Le projet arc-en-ciel d'avenir se construit en Poitou-Charentes.

Publié le par Asse42

h-20-1911662-1264686246.jpg

 

 

 

 

C'est encore une fois dans la région Poitou-Charentes que se développe l'avenir pour notre pays. Après le schéma de rassemblement électoral dès le premier tour montrant qu'il est possible de se rassembler en tenant compte d el'intérêt général plutôt que vouloir à tout prix valoriser sa différnece sans tenir compte des impératifs sociétaux, la région Poitou-Charentes continue de consolider son socle arc-en-ciel en proposant un projet collectif pour son territoire. Un projet collectif basé sur la conversion sociale et écologique de l'économie. Un projet qui met l'humain au centre du projet d'avenir et qui fait donc l'unanimité de la gauche aux centristes humanistes.

Un projet qui n'en doutons pas est parfaitement transposable à l'échelle d'un pays. Il s'agit d'une redistribution des aides publiques, d'un rééquilibrage vers plus de respect, plus de justice, plus de responsabilités des acteurs économiques. Un projet mobilisateur des forces vives d'un territoire et plus largement d'une nation.

 

 

type de script

Publié dans Royalisme

Commenter cet article

Elie Arié 30/06/2010 13:41



@ asse42


 


Pas de bol, le Parti Socialiste est sur une toute autre position -qui est d'ailleurs aussi celle de Royal- et commence à amorcer l'indispensable virage:


 


Martine Aubry a déclaré mardi que le Parti socialiste n'était pas favorable à un retour à l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans pour tout le monde. "Nous allons vivre de plus en plus
longtemps et donc il va falloir travailler plus longtemps: nous en sommes tous d'accord", a affirmé la première secrétaire du PS. "Il va falloir travailler plus longtemps mais pas n'importe
comment", a-t-elle insisté lors d'un meeting à Roubaix. "Nous ne demandons pas le retour à 60 ans pour tout le monde: nous ne l'avons jamais demandé. Nous savons qu'il va falloir travailler plus
longtemps mais nous voulons que ceux qui ont commencé à travailler tôt puissent partir à 60 ans", a assuré la députée-maire de Lille.



Elie Arié 30/06/2010 02:48



Ségolène Royal lance, à grands renforts de vuvuzuelas, une pétition pour un referendum populaire sur la réforme des retraites:

http://petition.desirsdavenir.org/

Elle y écrit notamment :

"La gauche et les forces sociales doivent organiser un référendum d’initiative populaire, pour mettre en échec ce projet
et avancer vers une réforme juste et efficace. Un cinquième des parlementaires et 10% des électeurs suffisent."

Hé non! Elle fait semblant d'ignorer que, pour qu'un référendum d'initiative populaire, inscrit dans la dernière réforme Constitutionnelle, soit possible, il faut que le Parlement vote une loi
organique, et que celle-ci soit publiée au Journal Officiel...ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, qu'aucune date n'est prévue pour ce vote,  et ce détail n'est mentionné nulle part dans le
texte.

Bref: encore un "coup médiatique" qui prendra l'allure d'une nouvelle "bourde".(mais les braves militants de Désirs d' Avenir signent à tour de bras...).

Il est d'ailleurs très intéressant de noter que Sarkozy prend bien soin de ne pas faire voter cette loi organique; mais le Parlement est trop occupé par des questions plus importantes: une
Commission d'Enquête va être constituée pour connaître les raisons de l'élimination de l'équipe des Bleus au Mondial, "comme pour Outreau" (sic):

http://www.lepoint.fr/politique/fiasco-des-bleus-ces-deputes-qui-veulent-une-enquete-comme-pour-outreau-24-06-2010-470021_20.php

Entre un Sarkozy qui prend bien soin de rendre impossible l'application des rares réformes populaires qu'il a fait voter et une opposante qui lance des initiatives purement médiatiques sans aucun
effet possible, nous vivons l'apothéose de la politique réduite à l'effet d'annonce et aux coups de com foireux.

On n'est vraiment pas gâtés...



Asse42 30/06/2010 13:33



Elie,


Il s'agit plus de faire pression sur le gouvernement et montrer la capacité de rassemblement d'une force citoyenne. S'il y a succés populaire sur la pétition ce sera un moyen d'obliger le
gouvernement à réflechir et au parti socialiste à s'emparer du projet.