Pour le PS, 2007 n'a pas existé.

Publié le par Asse42

18598883.jpg

 

 

 

Il est assez bluffant de voir dans les déclarations de nos leaders socialistes, aucun retour sur ce qui s'est passé en 2007. A croire que cette période politique était un trou noir pour eux et que la dernière période politique de référence qui compte est celle de Jospin en 2002. Ils se réfèrent au "grand homme" qui a réussi l'exploit, unique, de ne pas arriver au second tour d'une élection présidentielle et oublient ce qu'a fait Ségolène Royal en 2007. A voir Martine Aubry s'échiner à remplir son concept du care, à voir certains leaders se référer à DSK et sa stature internationale qui s'adosse au complexe financier plutôt que de s'y attaquer, on se demande pourquoi le parti socialiste ignore ostensiblement le pacte présidentiel qui a l'énorme avantage d'avoir été construit de façon participative avec les français.On trouve encore beaucoup de choses de gauche et d'actuel dans ce pacte. A un point tel que franchement je ne le trouve nullement obsolète pour 2012. L'esprit de coopération qu'il diffuse entre le dynamisme économique, le progrès social et l'excellence environnementale me paraît toujours d'actualité pour une gauche moderne et offensive. Le seul gros problème, pour moi, sera de le construire dans cette union européenne libérale et anti-socialiste. Il faudra prendre des décisions offensives contre cette Europe et non se contenter d'en appeler à une construction sociale qui ne vient pas. Sarkozy nous a au moins montré que l'on peut s'asseoir sur les traités si on en a la volonté.

 

Cette façon d'ignorer le travail accompli par Ségolène Royal, et son équipe, lors de la campagne présidentielle 2007 est aussi un signe de l'estime dont jouit Ségolène Royal au sein du parti socialiste. Il leur faut oublier cette parenthèse désenchantée. Pour eux! Car bizarrement le peuple, lui, s'était senti pour la première fois depuis très longtemps partie prenante d'un projet participatif de gauche et avait massivement joué le jeu. L'enthousiasme pour le débat politique a atteint son plus haut niveau car il y avait un vrai débat de société entre la droite et la gauche, même si la droite s'est ingéniée à cacher les différences en faisant des références à Jaurés, à l'esprit républicain, aux modestes, qu'elle s'est empressée d'oublier une fois élue. Dans le pacte présidentiel il y avait matière à débat sur des propositions nombreuses et innovantes.

Le projet socialiste pour 2012 existe donc. Le combat des valeurs dont Aubry se veut être le porte-drapeau contre la droite, a déjà été largement entamé, et gagné, en 2007. L'ordre juste avait triomphé du travailler plus pour gagner plus. C'est la peur distillée et les mensonges du candidat Sarkozy qui ont fait basculer l'élection.

 

Cette façon arrogante d'ignorer tout le travail accompli par Ségolène Royal, montre donc bien le niveau de mépris pour le peuple qui règne au sein du parti socialiste. Ces arrogants ne se rallieront jamais à Ségolène Royal sauf par obligation devant un raz de marée populaire lors des primaires de gauche peut-être. C'est notre dernier espoir de faire rendre gorge aux éléphants qui ont plombé 2007 et tué l'espoir soulevé alors par Ségolène Royal. C'est pour cela qu'on attend que celle-ci se présente et ne se laisse pas soumettre par cet appareil socialiste qui nous concocte un projet de care éloigné de l'esprit français comme l'est devenue cette social-démocratie européiste.

 

Voyez ce que disait Ségolène Royal au sortir de Reims et avant le vote des militants sur la division qu'exercent ces "grands" leaders socialistes au sein du PS. Le bon sens politique aurait voulu qu'ils se rassemblent derrière la motion démocratiquement arrivée en tête, ils ont choisi la division ils devront en payer le prix à un moment ou un autre car c'est inimaginable que l'on donne quitus à ceux qui ont fait le jeu du sarkozysme pour nous en débarrasser. Nous, le peuple, on avait enfin un projet construit avec et pour nous, on nous a tué l'espoir on ne l'oubliera pas.

 


Publié dans parti socialiste

Commenter cet article

Elie Arié 05/09/2010 12:01



 


@ Pat: "tout cela, je le sais très bien"


Vous ne le savez absolument pas et vous n'avez toujours pas compris, puisque vous citez le questionnaire en ligne de Paris-Match comme un "sondage", et que vous me sortez maintenant comme
argument que les sondages avant Reimls étaient "des sondages au niveau national"...ce qui est le cas de tous les sondages, sans comprendre qu'ils n'ont pu être réalisés sur ceux qui allaient
voter (les militants socuialistes, et non les sympathisants).


 


Bref, vous êtes imperméable à la notion d'échantillon représentatif, qui n'est pas une question de nombre de répondants (900 à 1000 suffisent si l'échantillon est représentatif), mais de
représentativité.


 


Quant à leur valeur prédictive:


 


ils n’ont strictement aucune valeur prédictive à près de deux ans de la présidentielle, ils ne font qu’indiquer le résultat d’une présidentielle qui aurait eu lieu le jour où ils ont été
réalisés, dans des conditions totalement artificielles (avant les primaires, sans campagne électorale, sans que la totalité des candidats soient connus, pas plus que le contexte politique,
économique et social du moment où ils se dérouleront, etc.) ; une présidentielle se joue dans les trois derniers mois, et ce ne sont pas Balladur, Jospin et Royal qui me démentiront ;


 


-il n’en reste pas moins que ces sondages totalement artificiels pèsent désormais très lourd dans la désignation, par chaque parti, de son candidat : par la seule faute des partis, ils
fonctionnent désormais comme une prédiction autoréalisatrice.



Pat 05/09/2010 11:44



Tout cela je le sais très bien. Mais les sondages ne sont pas pour autant fiables, le sondage avant Reims était bien un sondage au niveau national. Aussi, les sondages sont de plus en plus
orientés dans leurs questions et faussent donc le sondage, pire le jugement des sondés. Donc prudence à deux ans de l'échéance présidentielle. Je rajoute que Baladur était aussi très bien
orienté avant les présidentielles... Il ne faut pas sous estimer Royal et ses soutiens, un travail sur le terrain continue qui portera des fruits le temps venu. Cette femme est très forte,
et une de ses forces c'est que vous Arié et les autres vous continuiez à la sous-estimer (ou vous le faites croire)



Elie Arié 05/09/2010 11:21



@ Pat.


Votre commentaire est extraordinaire.


 


Il n'y a plus que les ségolènistes au monde pour ne pas comprendre la différence entre:


 


-un sondage, qui doit être réalisé sur un échantillon représentatif de la population,  vérifié par la Commission des Sondages,


 


-et un questionnaire en ligne, comme celui de Paris-Match (mais tous les sites d'information en font en permanence), auquel répond qui veut, qui n'a donc aucune signification; d'aileurs, sur le
site de Désirs d'venir, il y avait eu des appels à répondre à ce questionnaire (que ces pauvres crétins appellent "sondage"), ce qui prouve bien qu'ils n'ont aucune signification.


 


Les strauss-kahniens auraient pu lancer des appels sur leurs forums pour en faire autant, et DSK se serait retrouvé à 90% (c'est aujourd'hui le courant le plus nombreux au PS); mais ils ne sont
pas assez bêtes pour consacrer du temps à ces idioties auxquels seuls lespauvres DA accordent de l'importance.


 


Quant aux vrais sondages avant le Congrès de Reims, c'est encore autre chose: tout le monde savait qu'ils n'avaient aucune signification (mais ça faiit vendre...), parce que réalisés sur  un
échantillon de "sympathisants socialistes", et non pas sur cceux qui allaient voter, les militants socialistes, dont aucun institut ne peut constituer un échantillon représentatif, puisqu'aucun
parti ne communique la liste de ses adhérents et leurs cractéristiques à partir desquelles on peut constituer un échantillon représentatif (âge, sexe, catégorie socio-professionelle, type
d'agglométration de résidence).


 


Les questonnaires en ligne des sites des journaux n'ont qu'un but: augmenter le nombre de connexions, nombre à partir duquel ils peuvent fixer leurs tarifs publicitaires.


 


On peut se demander pourquoi les brav' ptits DA sont les seuls à courir d'un questionnaire en ligne à l'autre; d'une part, cela reflète leur niveau intellectuel moyen, voulu par le type de
campagne de Royal; d'autre part, il faut bien les occuper à faire quelque chose; parce que pour ce qui est du "laboratoire producteurs d'idées de la démocratie participative"...



Pat 05/09/2010 10:04



Souvenez-vous des sondages avant Reims ! Aubry ne serait pas à son poste de première secrétaire s'il n'y avait pas eu triche ou magouille de Fabius qui l'a quasiment installée dans son fauteuil.
Les militants n'ont pas oublié et le feront payer à la clique Fabius-Aubry. Maintenant si vous aimez les sondages, un autre sur Paris Match donnait Royal gagnante face à DSK et loin derrière
Aubry pour les primaires PS.



Elie Arié 05/09/2010 01:55




“Sondage : Aubry, la meilleure opposante à Nicolas Sarkozy”


Dans cette enquête, 22% des personnes interrogées considèrent que la maire de Lille est la meilleure opposante. C’est 8 point de plus qu’en mai dernier.


Suivent à égalité, avec 8% des suffrages, la vice-présidente du Front national Marine Le Pen et l’ex Premier ministre Dominique de Villepin. Eva Joly arrive en 3e position avec 7%.
L’eurodéputée Europe écologie fait donc une belle entrée dans cet indicateur. Viennent ensuite les socialistes Dominique Strauss-Kahn et Ségolène Royal.


A égalité à 2% suivent le leader du Nouveau parti anticapitaliste Olivier Besancenot, le président du MoDem François Bayrou et le porte-parole du PS Benoît Hamon. Le président du Parti de
gauche Jean-Luc Mélenchon est choisi par 1% des personnes interrogées, en baisse de 4 points, comme l’ancien numéro un du PS François Hollande.


Auprès des sympathisants de gauche, le résultat est encore plus net: 33% des sondés considèrent qu’elle est la meilleure opposante, loin devant Dominique Strauss-Kahn (6%), en recul de trois
points, ou Ségolène Royal (4%). La stature présidentielle du directeur du FMI et l’omniprésence médiatique de l’ancienne candidate n’y font rien.”


Pauvre Royal, tout ça pour ça…


- Etude réalisée les 2 et 3 septembre 2010 par internet, auprès d’un échantillon de 1006 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas).