Deux conceptions opposées de l'avenir du PS.

Publié le par Asse42

Après le discours rassembleur et ouvert de ségolène Royal j'ai entendu catherine Tasca _ soutien de Delanoë_ qu'elle avait des divergences de fond avec nous. Et lorsqu'elle l'a exprimé c'était pour dire que " demander leur avis aux militants sur la question des alliances n'était pas notre conception de la vie démocratique d'un parti politique. Nous on pense qu'il y a des dirigeants, des responsables pour cela etc..". Voilà le clivage profond entre toutes les motions et cette volonté d'ouverture sur les militants ou non. Je mets de côté la motion d'Hamon qui aura, je pense, du mal à exister dans ce débat car on ne sera plus dans une volonté de positionnement plus à gauche puisqu'on y est déjà.


Ce sera donc le duel attendu entre deux femmes politiques qui ont deux conceptions opposées de la vie démocratique.
Martine Aubry est très jospiniste dans sa démarche intellectuelle et elle incarne la volonté sachante, l'autorité de la décision. Elle est clairement la candidate de l'appareil socialiste hostile à toute ouverture massive à un afflux de militants et d'adhérents. Elle ne croit pas en la démocratie participative qu'elle a moqué et qui n'est pas dans sa culture et dans son parcours. Elle a l'habitude d'imposer ses décisions de manière parfois autoritaire. Ce sera donc le cas si elle est élue première secrétaire.

Ségolène Royal recherche le consensus populaire pour avancer. Elle pense que c'est en associant les gens aux décisions politiques qu'ils sont ensuite le plus apte à les accepter. Elle pense que c'est par l'information, la formation, l'écoute, le respect que l'on peut construire une société humaine. Elle a cette volonté chevillée au corps depuis toujours et l'on sait qu'avec elle on sera consulté sur les grands sujets de débats au sein du parti socialiste. Ségolène Royal est aussi capable ensuite de trancher une décision et de la faire respecter. Elle a assez d'autorité et de volontarisme pour cela. D'ailleurs dans sa région elle a pu insufflé un esprit collectif après avoir du montrer à certains qu'elle était capable d'assumer son leadership et ses responsabilités.

Alors bien sûr mon choix est fait. Ce sont ces deux conceptions opposées du parti qui vont s'affronter. Entre une conception ancienne du débat démocratique et celui du XXI ème siècle qui consiste à faire confiance à l'intelligence collective. Ce débat est clair et fondamental pour la suite et l'avenir du parti socialiste car il entrainera aussi une conception nouvelle de la société humaine. Nous avons l'ambition pour notre pays de montrer qu'on est capable d'avancer collectivement lorsqu'on se respecte les uns les autres. Il faudra d'abord commencer par le prouver chez soi. Les militants socialistes auront donc entre leurs mains le choix d'une société pour l'avenir. Grandiose et exaltante responsabilité pour nous toutes et tous camarades

Commenter cet article