Vincent Peillon a explosé en plein vol.

Publié le par Asse42





Vincent Peillon est en train de perdre le peu de crédit qu'on pouvait lui accorder avant donc son étripage publique avec Ségolène Royal. Avant il faisant figure d'un homme intègre, d'un intellectuel reconnu et d'un homme d'appareil énergique. Ne le connaissant pas suffisamment  on pouvait espérer qu'il y associe une vraie éthique comportementale et une sincérité politique. Nous, militants socialistes EAG, c'est pour cela que nous soutenons Ségolène Royal. L'éthique en politique est un gage d'espoir pour l'avenir.

Or ce monsieur Peillon a fait son outing et dorénavant on sait à qui on a à faire. Ce monsieur donc dans une confrontation verbale avec un membre éminent de son courant a donc eu recours à l'insulte, et l'insulte la plus vile qu'il soit puisqu'il a clairement dit que la situation créée par Ségolène Royal découlait de la psychiatrie lourde et u'elle faisait de l'esbrouffe médiatique permanent:




C'est clair et cela ne s'adresse pas à autre chose. C'est explicite. Alors sa tentative de rétropédalage sur France Inter ( à 9'55) lundi matin est pitoyable. Il en arrive même à accuser les journalistes de déformation alors qu'il a été soutenu à bout de bras par eux durant cette polémique et notamment par BFM Tv dont il avait micro ouvert pour réagir:




On voit donc bien que Peillon ment. Si il ment c'est qu'il est mal à l'aise. Tellement même qu'il en est à employer les mêmes arguments que Boutih et l'UMP sur les secrétaires de Ségolène Royal. Pitoyable vraiment.
C'est donc ce personnage public qui entend exercer un mandat de leadership socialiste au plus haut niveau national? Est-ce ce genre d'appartchiks que le PS doit continuer à mettre en avant? Le PS doit-il continuer à cautionner les fraudeurs, les menteurs, les manipulateurs? Ce n'est pas en tout cas mon idéal d'avenir pour le PS, pour la gauche, pour la France et pour le monde.

Pendant ce temps Ségolène Royal au plus fort de cette polémique a su rester digne et ne pas sombrer dans l'escalade verbal indigne dans lequel est tombé Peillon. C'est cela un leader. Savoir rester fort et solide dans la tempête sans se laisser aller à ses démons intérieurs. Lorsqu'on n'est pas capable de les dompter on n'est pas capable de revendiquer un quelconque leadership. Vincent peillon s'est disqualifié en direct et a explosé en plein vol. Tant pis pour lui.

Voici comment Ségolène Royal concevait l'avenir du parti socialiste. A ses côtés un certain Vincent Peillon...


Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article