Ségolène Royal prend le risque de sa banalisation.

Publié le par Asse42

aubry dsk royal

 

 

 

 

En 2007 Ségolène Royal a fait campagne seule contre la puissance de l'état aux mains d'un seul homme. Elle a pu constater de visu combien elle était démunie matériellement contre cette machine de guerre prête à exploiter toutes ses faiblesses, à faire mousser les polémiques, à cambrioler ses locaux, à venir débaucher en pleine campagne des socialistes dans l'entourage d'Hollande. Elle l'a vu de prés et elle ne l'a pas oublié. Je suis même presque sur qu'elle l'a imprimé très fortement dans son esprit. Elle n'était qu'une artisan contre une multinationale. Depuis elle a donc compris que si elle allait seule à la bataille une nouvelle fois elle se ferait ramasser encore une fois, car les armes de destruction massive de crédibilité sont en face. Les médias, comme on le voit avec l'affaire du Monde, sont entre les mains de sarkozy et de ses proches. Ce sont eux qui détiennent le pouvoir et l'argent.


Cette constatation implacable invite Ségolène Royal à se dire qu'elle n'a pas d'autre choix que de se rapprocher de Solferino pour y chercher un peu de protection. En insistant sur le fait qu'elle pourrait laisser sa place à quelqu'un de mieux placé qu'elle et rappeler que la priorité de la gauche sera de battre sarkozy , elle montre sa volonté de faire passer l'ambition collective avant son ambition personnelle. C'est un poids de moins pour les apparatchiks du parti et un soulagement tant la possibilité d'une candidature hors parti de Ségolène Royal les empêchait de dormir. Ce ralliement au collectif est pour eux une victoire. Et j'ai bien peur que ce soit pour Ségolène Royal une défaite.


Ce ralliement enlève à Ségolène Royal tout ce qui faisait sa force médiatique. Son poids populaire indéniable et sa position en marge du BN incarnait l'idée qu'elle portait une autre idée du socialisme, du parti socialiste. Elle défendrait son parti mais elle ne partagerait pas les options de cette direction. Cela lui donnait une aura particulière. Ségolène Royal est socialiste et elle pouvait l'être au-delà du parti. Avec ce ralliement elle donne à penser au contraire qu'elle a renoncé au dépassement des partis. Elle s'est rendue compte aussi qu'elle était seule sur cette voie. Aucun de ses soutiens de poids n'envisagent une rupture avec le parti solferinesque, et tous, je pense, souhaite au contraire qu'elle revienne au sein du parti les ramenant eux aussi par la même occasion. Ségolène Royal a donc choisie une solution la plus évidente pour elle et son équipe.

En voulant à tout prix se mettre d'accord sur un projet avant les primaires on prend le risque qu'il soit social-démocrate et que l'on perpétue la vie de ce parti sous l'ère Jospin. Ce sont toujours les mêmes qui sont au pouvoir finalement. Rien n'a changé même si Ségolène Royal a été à deux doigts de faire exploser le Jospinisme. Ils ne le lui pardonneront jamais et ils feront tout pour la banaliser d'autant plus maintenant qu'elle s'est rangée à leurs côtés. On va dire à Ségolène Royal bienvenue dans la grande famille socialiste et basta.


Mais le pire dans tout ça c'est que la force de Ségolène Royal repose sur un lien populaire fort et qu'elle risque de le perdre.  Elle était identifiée comme pouvant encore lutter contre la social-démocratie en étant capable de prendre des positions très dures contre les banksters. Qu'en sera-t-il maintenant sachant qu'un des plus grands banksters du moment est DSK? Va-t-elle prendre le risque lors de son discours à l'ONU devant l'Internationale Socialiste, de critiquer l'action du FMI qui nous pousse entre les mains des banksters contre les peuples? Ce serait pourtant une position socialiste et une position que les peuples attendent de leurs leaders de gauche. Or aucun ne la prend sauf en Amérique du Sud où les socialistes sont engagés dans une guerre ouverte contre l'empire des banksters. C'est pourtant là qu'est attendue Ségolène Royal. Si c'est pour justifier la social-démocratie alors elle prend le risque de se banaliser et perd ainsi toute capacité à soulever l'espoir d'un nouveau modèle de société. Je le dis alors clairement c'en est fini de Ségolène Royal. Les quartiers ne se déplaceront pas pour la soutenir et elle perdra alors toute sa force.


Donc pour moi, et je le maintiens, ce ralliement à Solferino sera plus largement vu comme une faiblesse de sa part que comme une volonté collective exprimée. Elle prend le risque de sa banalisation alors que l'époque est justement ouverte à un combat d'idées. On le voit avec la Grèce, avec l'Europe qui entend s'en remettre entre les mains de la commission pour décider des budgets des états nations souverains, avec l'euro qui nous prive de notre souveraineté monétaire en nous mettant entre les mains des banksters nous faisant ainsi exploser nos dettes nous contraignant ensuite pour ne plus pouvoir faire une politique socialiste! Bref il y a là matière à prendre une position radicale argumentée. Une position de combat contre l'ordre mondial libéral. Certes elle prend le risque de se heurter aux oligarchies mondiales mais elle n'a pas le choix si elle veut exister et continuer d'incarner un espoir. Certes c'est un gros rique pour elle et son entourage même physiquement et j'en suis conscient. Comme je suis conscient aussi que l'oligarchie fera tout pour que Ségolène Royal n'ait aucune chance d'être un jour présidente et qu'elle puisse mettre en place une démocratie citoyenne qui va à l'encontre de l'ordre mondial libéral.


En fait elle est coincée Ségolène Royal mais je lui réitère tout mon soutien car je sais qu'elle est engagée dans un combat politique périlleux et dangereux. A ce sujet je voudrai lui dire qu'elle arrête de sourire trop largement à la TV. Elle doit durcir son masque. L'heure est grave. Les peuples commencent à gronder un peu partout, les libertés démocratiques se délitent, il y a dans l'air comme un avenir explosif. Ségolène Royal est le dernier espoir démocratique pour les peuples, elle a besoin de montrer qu'elle ira au combat et cela exige une farouche détermination. Alors je lui dis très fraternellement: Ségolène lors de ton discours à l'ONU tu auras l'occasion unique de marquer l'histoire du monde en t'attaquant au cœur du sytème qu'est le bankstering. Cela doit se faire avec un masque de fermété et de dureté sans failles pour montrer que tu es prête à en prendre le leadership mondial. Tu peux retourner la salle de l'IS très largement social-démocrate et atlantiste, tu peux gagner tes galons de chef de guerre et ce sera ta meilleure carte pour l'avenir. Le socialisme a besoin de retrouver des grands leaders engagés contre le libéralisme. Tu dois en être un si tu veux avoir une chance d'exister aussi sur la scène nationale car ils vont tout faire pour t'étouffer. Il est temps, Ségolène, que tu portes le fer contre cette social-démocratie libérale quitte à te brouiller avec Solferino. C'est la condition de ta survie politique j'en suis persuadé.

 

Le combat pour l'eau potable si cher aux socialistes ne pourra se faire qu'en se levant contre les multinationales et donc les banksters qui les dirigent. Il est là indubitablement le combat socialiste et il est farouchement anti-libéral. Je vous mets une vidéo explicite sur ce combat vital pour la race humaine. Elle vous montrera aussi que les rappeurs, que le peuple, que les quartiers, ont aussi conscience des réalités de ce monde et qu'ils attendent d'un leader politique socialiste qu'il prenne franchement position contre le bankstering mondial:

 

 

 

 

Plus de liens dans ce pearltree:


 

Partager

standard iframe src <=% http://www.facebook.com/plugins/like.php?href=http "3A% 2F%%% 2Fexample.com 2FPage 2Flike 2Fto% et mise en page = & show_faces = false & width = 450 & ; & action = comme colorscheme lumière = & height = 35 "scrolling =" no "frameborder =" 0 "style =" border: none; overflow: hidden; largeur: 450px; height: 35px; "allowTransparency =" true "> < / iframe>

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article