Ségolène Royal pratique une politique socialiste qui inquiète les libéraux.

Publié le par Asse42

100214191424599 75 000 apx 470 w ouestfrance

Dans le temps de cette campagne régionale il nous faut constater le peu de critiques que suscite le bilan régional de Ségolène Royal, et son équipe, en Poitou-Charentes.
Et lorsqu'on regarde les critiques de nos "adversaires" on constate qu'elle porte principalement sur tois points:
  1. L'hyperpersonnalisation du pouvoir par la présidente.
  2. Le manque d'objectivité sur la réalité de son bilan écologique.
  3. La hausse inquiétante des dépenses de personnels.
A cela il nous faut répondre point par point:

  1. L'hyperpersonnalisation de la présidente est une attaque facile tellement elle est inévitable! Ségolène Royal étant la présidente de région la plus médiatique il est en effet incontournable que son action régionale soit la plus commentée et valorisée médiatiquement. D'autant plus en étant une politique à dimension nationale et ex-candidate à la présidentielle de 2007. Mais ce que les adversaires tentent de faire passer comme message est qu'elle serait autoritaire et ramenerait la couverture à elle. Je crois qu'on peut dire que ce n'est pas le cas. Mis à part quelques fois où la présidente a du tranché un choix, comme sur l'augmentation des impôts ou non, elle s'est plutôt évertuée à démocratiser au maximum les prises de décision. Elle met toujours en valeurs ses adjoints pour rendre hommage à la politique régionale. C'est donc un faux procès qui tient plutôt à la jalousie politique qu'à la réalité du terrain. Europe Ecologie l'accuse notamment de ne pas assez prendre la démocratie du terrain...Je crois que l'action de Ségolène Royal depuis 2004 prouve exactement le contraire. La région Poitou-Charentes est reconnue pour son exigence démocratique et nombre d'actions en ont découlé: budget participatif des lycées, créateuf, forums participatifs divers, jurys citoyens. De plus tout le monde s'accorde à dire que la gestion des débats au conseil régional a été exemplaire et enrichissante. Même l'UMP!
  2. Cela provient notamment d'Europe Ecologique qui sous couvert de sa soi-disante expertise écologique vient dénier le bilan environnemental de la région Poitou-Charentes. C'est de bonne guerre politique puisque nous sommes adversaires au premier tour mais cela comportera quelques difficultés de compréhension lors d'un , éventuel, rassemblement de second tour. Ségolène Royal a toujours associé les élus verts à la politique environnementale de la région. Cette politique est reconnue comme étant exemplaire par les élus verts qui ont choisi de la rejoindre dès le premier tour. Enfin il faut débattre en vérité. Il ne s'agit pas de dire que Poitou-Charentes est la première région écologique d'Europe bien sûr, mais de montrer son dynamisme sur ce secteur et de pointer les réalisations, les investissements et les perspectives d'avenir qui permettent à la région de revendiquer le leadership européen. Comme l'investissement par la BRI sur le plan photovoltaïque régional qui est un investissement de grande ampleur sans coûter un euro à la région! On peut parler aussi du véhicule électrique dont la région est identifiée comme porte-drapeau européen et qu'il faudra pérenniser. Sa volonté de combattre les OGM et les pesticides par des aides spécifiques. Le lycée Kyoto. La volonté de promouvoir une agriculture de qualité et économe en eau. Le bio-carburant du futur à partir d'algues et le pôle de compétences des éco-industries font de la région Poitou-Charentes incontestablement une région de pointe dans le secteur. Elle est encore en retard d'équipement mais depuis 2004 sa volonté de la rattrapper est évidente et incontestable.
  3. Les "libéraux" fustigent la volonté régionale de ne pas augmenter les impôts, ni la TIPP et de ne pas assez investir dans l'avenir. Les libéraux d'Europe Ecologie et de l'UMP préconisent ,eux, une augmentation des impôts, en plus de la future taxe carbone, pour augmenter les investissements. La majorité régional a choisie la stratégie inverse en augmentant les ressources tirées d'économies, en augmentant les investissements non impactées sur le budget régional comme celui de la BRI et, surtout, un retour à l'internalisation des structures associées à la compétence régionale. Fini l'externalisation des compétences régionales que l'on délégue à des instituts privés et qui au final coûtent plus chers à la région. Celle-ci a donc choisie une politique socialiste en intégrant en son sein les structures associaitives et de compétences diverses pour les rattacher au budget régional. Cela augmente donc mécaniquement le coût du fonctionnement des personnels mais c'est une garantie de service public pour les citoyens et une garantie de contrôle des ressources alloués par la région à ces structures autrefois privées. C'est fondamentalement un retour à une vision socialiste de la gouvernance de collectivités publiques. Il est donc normal que les libéraux de tout poils s'en émeuvent.
Je mets à votre disposition l'analyse du CES ( Conseil Economique et Social) de la région Poitou-Charentes sur le buget 2010:

Avis_CESR_decembre_2009-3



En conclusion on  peut dire que Ségolène Royal pratique une politique socialiste dans sa région. En optimisant les ressources régionales par le biais d'économies rigoureuses, en finançant des actions sociales fortes, en augmentant le co-financement avec l'Europe, en internalisant à nouveau des structures de co-gestion régionales auparavant externalisées, en investissant dans la croissance verte, et en s'appuyant sur une démocratie citoyenne développée, on peut dire que Ségolène Royal a crée le laboratoire du socialisme d'avenir. Un socialisme qui ne sera plus tourné, comme le libéralisme plus ou moins social, par une recherche effrénée de nouveaux financements par l'accroissement des emprunts ou l'augmentation de la dette, mais par une gestion efficace des fonds publics orientée vers la population. La fuite en avant des investissements n'est pas à tout coup la solution aux problèmes actuels. Il est bon aussi de redistribuer les crédits vers des investissements plus productifs, plus sociaux et, surtout, faire comprendre qu'être socialiste c'est de mettre à la disposition de chacun les meilleurs outils fournis par la collectivité. Car l'on croit que la réduction des inégalités sera un accroissement du bien-être général, ce qui est notre objectif idéal  permettant de croire en une société plus fraternelle.
Alors nous socialistes pouvons être fiers de l'action de Ségolène Royal dans sa région et nous croyons que cette politique est transposable au niveau national avec d'autres moyens bien sûr. Nous sommes fiers d'être socialistes et de redonner l'espoir à la gauche.   




Les liens connexes à ce billet sont dans ce Pearltrees:
 Ségolène Royal pratique une politique socialiste

Voter !

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article

hafrit 25/02/2010 23:55


http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-02-25/royal-epingle-le-ps-sarkozy-et-aubry-dans-un-livre/917/0/428211

meme SR commence a gratter notre pain ont est cuit , chacun sa place , mais bon elle gagne en credibilitee .

manque plus qu'elle nous parle du CFR et des young leaders don sa bras droite NVB fait partie et la elle peux gagner les elections mais y lui faudra d'autre engagement plus concret ,avoir des
ministres qui represente toute la societe dans sa diversite pour exemple des dieudos , des sorals , .............
des humains qui ne font pas partis de lobbys et groupe de pression , si elle ne le fait pas c'est perdre encore en 2012 .

ca je te le promets internet est un sera un outil a faire perdre ou gagner les elections en 2012 .


Asse42 26/02/2010 00:01


Ouais t'as vu Hafrit? Quand je te dis qu'on est à ses côtés et qu'on la pousse à ouvrir les yeux. Cette femme c'est la
dernière chance politique démocratique. Autrement c'est la révolution ou la dictature.
Et sur la force d'internet je suis au courant