Ségolène Royal doit bousculer Solferino!

Publié le par Asse42

segolene-royal 155


Bousculer ne veut pas dire diviser ou détruire. Bousculer c'est le réveiller, le confronter à la réalité, lui donner un sursaut d'énergie. A entendre les divers commentaires solferinesques on se dirigerait plutôt vers une autosatisfaction gage de statu-quo. Les uns et les autres rappellent en boucle que la victoire serait due à notre unité et en appelle donc à se rassembler bien sagement derrière le politburo solferinesque pour que rien ne change et ne vienne bousculer l'ordre établi. Cette analyse est très largement fausse. Les citoyens n'en ont rien à ... du PS! Ils veulent une alternative à Sarkozy et ils veulent qu'arrêtent les guerres d'égo. C'est tout. Ils veulent savoir si ils peuvent rêver à une autre alternative au sarkozysme en 2012. Ou pas. Alors le PS...

Et bien le PS parlons-en quand même. Il devrait commencer par regarder en face les résultats comme l'a fait l'UMP au soir du deuxième tour. Certes c'est une victoire pour la gauche mais une petite victoire. Parce qu'elle se fait dans un contexte lourd d'abstention et avec une montée du FN. Rien n'a changé depuis le siècle dernier on dirait. Seule la poussée des écolos qui ont remplacé le bloc communiste est une nouveauté. Mais c'est tout. La sociologie de l'électorat citoyen est quasiment la même lorsqu'il y a désintérêt pour la politique. La dernière mobilisation citoyenne s'est faite lors de l'élection présidentielle 2007, gageons que la prochaine devrait avoir lieu pour celle de 2012. L'élection présidentielle est l'élection mère, celle qui commande tout et qui donne l'impulsion d'avenir pour le pays. Donc ne nous voilons pas la face et commençons très sérieusement à l'envisager avec lucidité au PS.

La victoire des régionales ne résout absolument pas le leadership de notre parti. Martine Aubry n'a rien apportée en plus pour la victoire et je serais même tenté de dire en moins. Si l'on parle des retraites, du droit de vote des étrangers, du cas Frêche on ne peut pas dire que notre première secrétaire ait montrée un soucis d'unité au PS. Bien au contraire.
La victoire des régionales remet en selle dans l'esprit des militants Ségolène Royal. C'était la seule leader national engagée dans cette élection et elle les remporte brillamment. Faisant ainsi la preuve que sur son territoire elle a fait valider sa politique par la preuve et rassembler largement au-delà du PS et de la gauche. Si on veut faire la comparaison avec le Nord Pas-de-calais, région traditionnellement de gauche et socialiste, alors la balance est nettement déficitaire pour Mme Aubry. Sa présence dans le Nord n'est pas un gage de réussite pour le socialisme.

Mais le pire dans tout cela c'est que nous n'avons toujours pas réglé la blessure de Reims. Pour nombre de militants socialistes cette direction incarnée par le trimuvirat Aubry-DSK-Fabius n'est pas légitime. Elle s'est nommée elle-même par dessus le vote des militants et cela n'a pas été accepté. Comment voulez-vous apaiser le parti si vous ne réglez pas les problèmes? Alors entendre les appels à l'unité et faire croire que rien ne changera pour le plus grand bonheur des citoyens est un enfumage que nous n'accepterons pas. La priorité devrait être de régler notre leadership pour 2012 et donc organiser rapidement des primaires, au moins socialistes,  pour désigner notre personnalité candidate. Et le faire démocratiquement bien sûr...

Je pourrai dire pour analyser en profondeur le résultat de ces élections que c'est une victoire pour le parti socialiste, même petite, mais pas encore une victoire pour le socialisme. Celui-ci n'est pas encore considéré comme crédible par l'ensemble des citoyens et s'est même éloigné de la jeunesse et des classes populaires. Sauf en Poitou-charentes où Ségolène Royal est parvenue à garder un lien. Dans un océan d'abstention ce lien est énorme. Et c'est sur cela qu'il devrait interroger si la volonté est de faire gagner le socialisme. Mais j'ai bien peur que nombre de barons, d'élus, songent plutôt à faire gagner le parti socialiste pour 2012. Tout le monde veut sa place sur la photo et peu importe notre programme au fond. Faire croire que le socialisme d'avenir serait celui présenté par DSK montre que tout repose désormais sur des sondages que l'on sait manipulés et sur une propagande médiatique en faveur de personnalités politiques.
La seule personnalité en capacité de faire exploser ce schéma mortifère pour le socialisme d'avenir est Ségolène Royal car elle a gardé un lien populaire très fort et qu'elle vient de faire la preuve de la cohérence de sa politique.  L'abandon de la taxe carbone par ce gouvernement donne quitus a-posterioiri à Ségolène Royal de s'être levée toute seule, en bravant la sarkozie, contre cette taxe inepte. Cela s'appelle du courage politique, de la cohérence et du respect des citoyens. Pour la réussite du socialisme d'avenir tout repose donc sur les épaules de Ségolène Royal et de quelques autres courageux. Qui seront-ils? Oseront-ils braver le politburo solferinesque? Prendront-ils le risque d'affirmer leurs idées? Parviendront-ils à se regrouper pour créer une force? C'est tout l'enjeu de la séquence politique qui s'ouvre. Le résultat sera la mise en oeuvre des primaires rapides ou non. Il en va de la survie du PS.

Les liens utilisés pour cet article sont dans ce Pearltree:

 Ségolène Royal doit bousculer solferino!  

Publié dans parti socialiste

Commenter cet article

Elie Arié 25/03/2010 23:35


Extraits de l'interview de François Hollande dans "l' Express" du 25.3.10:
http://tinyurl.com/ygvaka3

"Je récuse l'irrationalité. L'émotion, la séduction, l'envie ne sauraient être les déterminants d'un engagement: seule compte la conviction d'apporter des solutions à son pays" (...)

"En 2007, c'était un changement de génération, le choix de la personnalisation, la prétention de vouloir rompre plus sur les pratiques que sur les choix. Aujourd'hui, c'est la morale publique,
l'éthique personnelle, le souci d'unir, l'apaisement et la sincérité qui doivent être les valeurs capables de briser les dérives de comportement. Je ne suis pas pour casser des codes, mais des
facilités.(...)"

Suit l'énoncé d'un véritable programme, qu'on peut accepter ou refuser, partiellement ou totalement, mais qui formule des propositions précises aux questions essentielles qui se posent à la France:
ce que Ségolène Royal s'est avérée incapable de faire depuis deux ans et demi.


Elie Arié 25/03/2010 16:06


Un panel d'une cinquantaine de personnalités politiques, économistes, intellectuels et artistes de gauche donnent leur avis sur l'homme ou la femme politique idéaux, pour eux, pour représenter
la gauche à la prochaine présidentielle:

http://tinyurl.com/yb5cmrd

À noter que même J.P. Mignard et Thomas Picketty ne citent pas Ségolène Royal, alors qu'ils la connaissent bien (et peut-être, justement, parce qu'ils la connaissent bien...); par contre, elle
arrive largement en tête de ceux qui sont cités comme "surtout pas untel ou unetelle".




À noter, en particulier, l'analyse de 

Dominique Barella, magistrat, ancien président de l'Union syndicale des magistrats:


"Celle qu'il ne voit pas du tout dans la fonction : ROYAL

Je le dis avec d’autant plus de regrets et de déception que j’ai cru qu’elle mettrait son talent de communicante, sa capacité à faire adhérer à sa personne au service d’un projet collectif.
Malheureusement elle est marquée par le sarkozysme, cette communication politique de surface, ce populisme d’affichage, dont elle imite les dérives dans la forme et le fond. En période de crise,
les postures ne peuvent tenir compte de programme. Elle n’a pas progressé sur le plan programmatique tant elle a peur d’être liée par un programme collectif, tant sa vision politique est
individualiste. Ségolène Royal comme Nicolas Sarkozy sont les enfants de la star académie politique des années 2000. Les Français ont besoin d’être rassurés par une chef de l’Etat qui fédère les
talents, qui manage des équipes de compétence, non pas un chef de l’Etat qui s’isole et qui isole. Elle s’est trop isolée pour fédérer. Un chef de l’Etat doit fédérer. Aux dernières élections
présidentielles elle n’était pas prête, et on ne peut lui reprocher, sera-t-elle prête en 2012, j’en doute."


francis 25/03/2010 14:01


martine et ségo en tandem?
cela ne respecte pas la prité!
qui au guidon et qui pour pédaler derrière?

les situtaions ne sont pas du tout équivalentes!


Emile Proust 25/03/2010 12:11


Pour nous, c'est ElleS...! Contrairement à un grand nombre, ma réflexion est la suivante: pour que la gauche l'emporte en 2012, prochain scrutin significatif pour lequel nous devons nous mobiliser,
j'en appelle à ce que Martine et Ségolène se rejoignent pour mener le combat de front et unies face à la droite.
Ras le bol des luttes internes, intestines, querelles d'égos, guéguerres entre supporters. La sarkozie, elle, se répare à une seule chose, cette présidentielle. Suffit de voir le peu d'échos reçus
sur toutes autres politiques menées en cours de mandat. Sa machine était bien huilée en 2007, elle devrait être redoutable en 2012. Pour combattre cela, l'union est la seule chance de réussir. les
points de convergences sont tellement plus nombreux que les divergences.
Pour 2012, c'est une sorte de Pacs que je propose, Martine et ségolène, où ne serons plus encombrés par des DSK, Fabius, ou le Mosco en embuscade.
Martine et Ségolène, partagées en Elysée et Matignon: 1, ça aurait de la gueule,2, ça serait une première en France, deux femmes en tandem, 3, et surtout, ce que je crois, c'est que ce
serait redoutablement efficace pour le socialisme, la société, nous tous. 


Asse42 25/03/2010 14:01


Malheureusement Emile, Fabius n'en veut pas et poussera à l'isolement de Ségolène Royal.


La famille Bidochon 25/03/2010 02:24


Pour nous, c'est Elle ! (avec un "E" majuscule).