Ségolène Royal dans la nasse médiatique.

Publié le par Asse42





Lundi soir avait lieu une UPP Désirs d'Avenir sur le rapport Euro-méditerrannée. Un débat d'avenir qui tombait bien au moment où la sarkozie excite l'identité nationale. Un débat qui tendait à rapprocher les civilisations et les cultures autour de la méditerranée pour promouvoir les échanges, avec des intervenants extérieurs de qualité et reconnus.
Pas un mot dans les médias pourtant présents massivement à cette UPP. Comme si le seul intérêt était de savoir si enfin une UPP n'allait pas faire le plein ou autre, mais en dehors du sujet. Et surtout ne pas rendre compte que Ségolène Royal travaille sur le fond et qu'elle y rencontre du succès populaire.

L'interview de Bussereau ce matin était intéressante car en tant qu'opposant à Ségolène Royal il va rendre visible la ligne d'attaque de la sarkozie. Oh rassurez-vous ce ne sera pas sur le programme ou pour les citoyens, non, ce sera contre Ségolène Royal. Et si possible en-dessous de la ceinture car c'est comme cela que l'UMP fait de la politique. Mais plus insidieusement est repris une antienne comme quoi Ségolène Royal casserait le PS. Voilà un argument qui est partagé par l'UMP et le PS et qui arrange tout le monde finalement. Basé sur quel argument? Sur l'incident de Dijon où Ségolène Royal aurait empêchée un vrai travail de fond d'un courant socialiste par sa seule présence et par son refus de se rendre ( de se soumettre) au BN du parti. Ainsi elle est décrite comme étant un électron libre isolé du parti mais ne représentant pas la ligne officielle du parti. Elle est en voie de marginalisation médiatique.

Pourtant toutes ces avancées politiques ont fini par trouver preneur au sein du parti. Mais c'est justement cela qui sert d'étouffoir à Ségolène Royal. Martine Aubry n'a qu'à faire un copier-coller des discours de Royal, de ses idées, pour apparaître comme crédible et moderne. Voir comment la sarkozie médiatique tente de faire oublier ce que disait Aubry sur les débats participatifs, en vantant son tour de France est assez symptomatique d'une stratégie.
Bref on pique les idées de Ségolène Royal, on les fait sienne, ensuite on ne comprend pas qu'elle ne vienne pas se soumettre à la première secrétaire. Après on la décrit comme isolée et en dehors du parti qu'elle contribue à diviser pour ensuite la marginaliser médiatiquement. Voilà la stratégie mise en place par la sarkozie regroupant l'UMP et le PS. Tout le monde y trouve son compte.

Sauf nous les citoyens. Car si l'on veut un changement de société et de comportement politique il faut mettre au sommet des leaders éthiques et au comportement respectueux des citoyens. Cela semble faire peur à nos élites politiques, et au-delà, qui verraient d'un très sale oeil un jury citoyen venir mettre le nez dans leurs affaires. La démocratie n'est pourtant pas à sens unique. Les élites ne sont pas au-dessus des lois et c'est cette mise hors sol qui détruit notre identité nationale en affaiblissant le sentiment de solidarité si nécessaire pur cimenter une société humaine. Le seul recours sera de redéfinir de nouveaux comportement et d'imposer de nouvelles règles éthiques. On sait Ségolène Royal porteuse de cette aspiration, de cette volonté. On doute énormément que celles et ceux qui ont fraudé à Reims ou utilisent le bashing comme argumentaire politique, soient aptes à incarner le renouveau nécessaire de la politique.


Les dernières infos sur L'UPP DA sur l'euro-méditerrannée sur le blog Désirs d'avenir Paris.

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article