Ségolène Royal cultive son affinité avec l'Amérique du Sud.

Publié le par Asse42

segolene-Royal-Lula-Bresil.jpg

 

 

 

Ségolène Royal est donc depuis le 6 Avril présente au Brésil où entre les réceptions d'usage, la rencontre des autorités brésiliennes, elle donnera une allocution spécifique sur " La mondialisation et son alternative de gauche". Un discours où elle devra articuler sa vision de socialiste européenne et la prise en compte de ce qui se fait actuellement en Amérique du Sud, où la gauche semble retrouver des couleurs en s'alignant sur les valeurs fondamentales de la démocratie populaire. Certains pays l'exprimant plus fortement que d'autre. Je pense à Chavez au Venezuela notamment. Dans son jusqu'au-boutisme politique vis-à-vis de l'impérialisme américain, Hugo Chavez symbolise le retour politique de l'Amérique du Sud à la table du monde et montre qu'il est possible d'exercer un nouveau modèle économique et social autre que l'ultralibéralisme revendiqué des américains.

Il est intéressant alors de faire la comparaison avec l'Europe qui, elle, est totalement dominée par la pensée unique US qui consiste à "libérer" les marchés des contraintes régulatoires exigées par la collectivité, pour pouvoir pratiquer la meilleure politique possible en fonction de son unique intérêt économique. A noter que bien évidemment les américains se gardent bien d'appliquer chez eux ce qu'ils exigent des autres et ils montrent qu'ils savent se protéger lorsqu'il le faut. C'est donc une véritable révolution des esprits qu'a commencé  l'Amérique du Sud en tentant de se sortir avec plus ou moins de facilité du joug US.


C'est avec cette réalité bien présente à l'esprit que Ségolène Royal se rend au Brésil. Car elle cultive une affinité particulière à l'égard d'un continent qui a su lui montrer sa vitalité, son énergie positive et sa volonté populaire de promouvoir d'autres règles dans la mondialisation uniquement dominée par les pays riches occidentaux jusqu'à peu.

On se souvient qu'en 1992, alors ministre de l'environnement, elle avait participé au sommet de Rio qui avait confirmé la nécessaire participation commune de tous les pays au sauvetage de la planète. C'est là aussi qu'elle avait pu visualiser pour la première fois la démocratie participative en direct.





On se souvient qu'en 2006 elle avait soutenue Michelle Bachelet candidate présidentielle au Chili. En 2007 elle y était retourné pour aussi soutenir Christina Kirchner et l'année dernière elle était présente au forum social global de Bélem au lieu de se rendre à Davos. Déjà elle avait articulé sa vision de la gauche dans le monde et la nécessaire réconciliation des trois gauches (l'altermondiale, la radicale et la démocrate) pour incarner un projet progressiste humaniste:





En tant que vice-présidente de l'internationale socialiste, Ségolène Royal doit continuer à cultiver ses rencontres avec les autres socialismes de par le monde. Il ne s'agit plus d'en faire un communisme étatique, mais de faire que l'état soit garant des conditions humaines nécessaires et suffisantes au développement de chacun. Ce développement ouvre une nouvelle voie au socialisme centrée sur l'humanisme, le respect de l'environnement, la démocratie participative citoyenne, la pérennité des services publics, la primauté de l'éducation, la santé pour tous. Cette vision socialiste va se heurter très durement au néo-libéralisme qui est une culture de l'individualité au détriment du collectif. Ce sont les deux modèles de société qui restent actuellement en présence après la disparition du communisme qui était l'absolutisme du socialisme.
Ségolène Royal en s'inspirant des modèles nordiques sociaux-démocrates adaptés à leur réalité et des modèles socialistes sud-américains, cherche à concilier ces deux mondes dans un seul modèle pour imposer à la mondialisation une identité humaine qui lui manque tant. En cela elle est très attendue pour montrer que la France peut parvenir à incarner le socialisme humaniste de demain.
Les liens utilisés pour ce billet sont dans ce Pearltree:

 Ségolène Royal cultive son affinité avec l'Amérique du Sud.

 

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article