Prendre Solferino avant la Bastille.

Publié le par Asse42

la gauche républicaine

 

 

 

Battre Sarkozy? C'est une évidence pour tout le monde. Pour les gauchistes, pour les socialistes, pour les syndicalistes, pour les écologistes, pour les démocrates, pour les républicains, pour les pauvres, pour les précaires, pour les français métissés, pour les agriculteurs, pour les salariés, pour les associatifs, pour les commerçants, ...oui battre Sarkozy et avec lui sa politique libérale pour notre pays est une évidence. Qui prétendrait le contraire? Mais pour mettre quoi à la place? Pour quelle vision politique d'avenir? Quel projet pour le pays? Voilà ce qui taraude les esprits engagés politiquement dans ce combat. Doit-on pour cela tout accepter? Doit-on remettre l'autre face du libéralisme? Un peu plus soft mais qui ne change rien à l'histoire? A-t-on perdu l'espoir de changement?


Il faut croire que les partisans du libéralisme débridé ont gagné. Ils nous ont dit qu'il n'y avait pas d'alternative et ils avaient peut-être raison non? C'est vrai ce système semble être tellement bien rôdé. Il fonctionne depuis maintenant plus d'un siècle. Ces cycles économiques suivis de contra-cycliques sont parfaitement connus et identifiés. Rien ne bouge finalement. Après les périodes euphoriques de croissance débridée où on lâche la bride à l'argent facile, on subit l'explosion de cette bulle financière artificiellement créée pour permettre aux banksters, et à ceux qu'ils financent, de s'en mettre plein les fouilles et consolider leur pouvoir sur les masses. L'explosion de cette bulle entraîne une dépression de plus en plus globalisée qui entraînent la mise en œuvre de politiques publiques restrictives. Les guerres viennent sonner ensuite la fin des dépressions comme une routine acceptée par tous. Oui le monde a explosé technologiquement, le progrès s'est propagé plus ou moins partout à vitesse grand V mais rien n'a changé. Si ce n'est que le marteau qui s'abat sur les peuples à tendance à devenir incontrôlable déséquilibré qu'il est par le poids de sa propre puissance.

Dans un monde interconnecté économiquement et imbriqué financièrement, un seul grain de sable peut enrayer la machine mondiale. Car nos gouvernements ont accepté trop facilement d'ouvrir leurs richesses à ces prédateurs financiers tout en leur abandonnant facilement notre droit absolu qu'est la souveraineté monétaire. Celle qui nous mettait encore à l'abri de ces puissances prédatrices. Celles que la construction européenne n'a eu de cesse de privilégier. Ouvrant sans cesse, par la force et la contrainte, les marchés, les services publics à ces puissances prédatrices au nom du dogme de la concurrence libre et non faussé et surtout du libéralisme débridé. Et pourquoi cette impérieuse nécessité si ce n'est pour satisfaire les appétits voraces des fonds de pensions américains, des hedges funds, des banques, des multinationales qui veulent mettre la main sur nos richesses patiemment construits par les peuples européens tout au long de leur histoire? Alors non cette Europe là n'est pas la mienne car elle n'est pas celle des peuples.


Le parti socialiste dans son histoire récente n'a fait qu'accompagner cette évolution. Favorisant même par ses politiques l'accés des marchés financiers. Le parti socialiste s'est aligné sur cette évolution, y a même trouvé son compte au gouvernement, mais ne parvient pas à comprendre pourquoi on ne lui fait plus confiance? Pourquoi on a nulle envie de voir un DSK, un Fabius, un Jospin revenir au gouvernement et nous proposer à nouveau la même politique. L' on sait qu'avec ce parti solferinesque on va tout droit vers cette même politique. C'est bien pourquoi il ne déclenche nulle ferveur populaire. On prend note qu'il défend parfois nos acquis sociaux ou la démocratie mais que proposera-t-il une fois au pouvoir?


C'est pourquoi nous devons prendre d'assaut d'abord Solferino! Et à la hussarde s'il le faut. Mais nous devons le prendre par un projet socialiste. Un projet construit pour, par et avec le peuple car c'est cela l'essence du socialisme. Nous devons l'élever par la prise de conscience des enjeux du monde, nous devons favoriser son éducation populaire, nous devons lutter contre les propagandes médiatiques et nous devons, surtout, proposer un projet socialiste pour le pays. Ce projet on l'a plus ou moins et c'est le pacte présidentiel. On ne pourra pas faire beaucoup mieux. On peut l'enrichir ici ou là mais on ne pourra pas surpasser son esprit car il était socialiste et républicain. Il reste maintenant à l'inscrire dans une démarche globale de lutte contre le système mis en place  et que j'appelle l'ordre mondial libéral. Sinon on court à notre perte. Ce doit donc être notre priorité à nous socialistes, à nous la gauche, à nous les démocrates et à nous aussi les républicains. Car nous devons tous partager la même idée que l'oppression demandée aux peuples en comparaison des richesses étalées par les puissants ne doit plus être supportable. Cela nous rapproche les uns des autres. Nous différons certes parfois sur les méthodes à employer ici ou là, mais l'important ce doit être l'objectif. Européens nonistes et ouistes on peut se retrouver dans ce combat pour une autre Europe.


Pour cela il va donc falloir faire sauter le premier verrou de ce système en France qu'est Solferino et le Jospinisme. Car c'est exactement le contre-exemple du socialisme auquel nous devons prétendre. Non pas qu'il ait été une injure pour les peuples, mais qu'il a réussi sans changer de système et même en l'amplifiant. L'Europe s'est aussi construite de l'abandon des socialistes à la cause. Non le socialisme n'est pas communiste ni même totalitaire! Le socialisme est un humanisme et il doit donc pour s'épanouir bénéficier de conditions favorables de liberté à son expression et bénéficier à tous. Il ne peut être exclusif car il parle à notre essence même. Nous sommes tous humains et nous devons tous avoir conscience que nous ne pouvons continuer à vivre dans un monde qui passe son temps à nous contraindre, à nous pousser les uns contre les autres. Il nous faut donc inviter les humains à passer à l'étape supérieure qu'est la coopération , le respect, l'échange, le dialogue, l'ordre juste. Non?

 

 

Plus de liens dans ce pearltree:


 

 

 

Partager 

Publié dans Socialisme

Commenter cet article

Radik 09/06/2010 11:20




@Asse


Je tenterai peut-être à nouveau l'expérience menée à ce sujet en février. La présence des mêmes contributeurs qu'en février sur ce forum
spécialisé de DA me laisse craindre un nouveau tir de barrage (en fait un contournement coordonné de mes propositions de dialogue par manoeuvres subtiles, très efficaces pour décourager de
contribuer dans le sens que j'indiquais). Je verrai cela à mon retour de voyage hors internet du 10 au 19 juin.


Merci pour tes encouragements et bonne continuation de ton blog, suffisamment aéré, lui, pour que les contributions de barrage ne bloquent
pas le dialogue.






Radik 09/06/2010 10:17




@ Asse


J'ai appris beaucoup à ce sujet en lisant le merveilleux livre d'Elise freinet "Naissance d'une pédagogie populaire" publié chez Maspero en
1968. C'est concret et vivant, et au final très dynamisant pour une réflexion socialiste humaniste radicale.


Je pense aussi que Ségolène est consciente du problème. Mais comment surmonter sans l'aide d'adhérents en nombre suffisant, les frilosités,
voire l'hostilité, visibles chez de très nombreux enseignants même membres de DA, envers une innovation pédagogique radicale, dont ils ignorent souvent le caractère anti-capitaliste ?


Je crois nécessaire de s'informer, notamment au sein de DA, sur ce point crucial pour contribuer à bâtir un changement profond de
société.


















Asse42 09/06/2010 10:34



@ Radik


Pourquoi tu ne proposerais pas ta contribution directement à DA ici? http://www.desirsdavenir.org/plateforme-participative/les-d-bats-participatifs/un-nouveau-pacte-ducatif



Radik 09/06/2010 09:42




@Asse


En attendant la chute de l'ordre mondial libéral, qui ne saurait tarder :-)), le projet de Ségolène Royal pourrait inclure une mesure radicale en
matière pédagogique dans le secteur de l'enseignement public pour asseoir l'ordre juste sur des bases durables. Une mesure permettant d'épanouir la capacité de coopération entre les citoyens au
lieu de la détruire.


Elle pourrait par exemple réaliser enfin le projet éducatif anti-capitaliste du Front Populaire, commencé en 1938 sur le plan réglementaire et
interrompu par Pétain sans retour en arrière depuis.






Asse42 09/06/2010 09:45



@ Radik


Je ne sais pas ce qu'était exactement le projet anti-capitaliste de 1938 mais je peux te dire qu'elle en avant conscience en tout cas. Lorsque dans le pacte elle met en avant le soutien scolaire
gratuit ce n'est pas pour faire plaisir à Acadomia... Lorsqu'elle propose les logiciels libres, lorsqu'elle entend enlever des établissement les distributeurs de boisson de merde etc...Je pense
que là-dessus elle était bien consciente des enjeux.



Radik 08/06/2010 21:57




@Asse


Très désolé de ce constat de décalage de niveau, qui ne me paraît qu'un décalage ponctuel de centre d'intérêt. Le sujet est pourtant d'importance. Juste pour en souligner l'enjeu : L'ordre juste
peut-il sortir du néant ? Peut-il sortir d'un simple changement de Président de la République, fut-ce Ségolène Royal ? Si c'était suffisant, il
me semble que l'ordre juste serait déjà en place quelque part dans le monde, non ?


Parce que je tiens compte de ce que je perçois de l'état réel des choses, je cherche les compléments nécessaires au changement de leader, qui
reste nécessaire bien sûr.


Sans vouloir paraître pédant (et je ne suis pas prof), Musset a traité de ce problème précisément dans sa pièce Lorenzaccio. Découverte très
récente et fortuite de ma part, car j'ai peu de culture générale. Il venait à peine de tuer le duc dictateur de Florence, au nom de la République justement, que les citoyens et le clergé
organisaient une nouvelle dictature, et bien sûr l'assassinat du "révolutionnaire", qui n'avait eu pourtant aucune illusion sur ce qu'il adviendrait de son geste.



Si nos moeurs actuelles sont plus soft, à mon avis le pronostic n'est guère
différent.


En espérant toutefois qu'un autre fil permettra de communiquer sans décalage stérilisant.










Asse42 08/06/2010 22:11



@ Radik


L'ordre juste ne peut que s'épanouir en faisant chuter l'ordre mondial liberal.



Romain P 08/06/2010 21:37



Le plus dur ne sera peut-être pas de gagner la présidentielle, mais de ne pas trahir notre victoire ensuite ...



Asse42 08/06/2010 22:09



C'est bien pourquoi je préconisai le combat idéologique acant ...