Pourquoi Peillon a-t-il lancé l'offensive anti-Royal?

Publié le par Asse42





Depuis trois jours il n'arrête pas, et il continuera encore un certain temps, de participer au show médiatique avec deux objectifs: Un, présenter son rassemblement Social-Ecolo-Démocrate; deux, disqualifier Ségolène Royal pour 2012! Pas pour demain mais pour 2012. Et pour cela il balance du gros , il balance du lourd, quitte parfois à grossir le trait et à travestir la réalité. Ce qui compte c'est la fautive c'est Royal. Il a donc décidé de tirer un trait sur elle. C'est clair et il a du penser que c'était le bon moment.
La presse a préparé le terrain en martelant que Ségolène Royal était seule et en stigmatisant son isolement, contribuant ainsi à la fragiliser du moins le pense-t-elle. Peillon balance ses petites phrases contre elle depuis un certain temps et tente de faire monter la mayonnaise. Il a pris le temps de faire un tour des édiles de son courant pour savoir s'il était soutenu et a donc lancé son offensive. Elle est brutale, violente et basse. Est-ce cela qu'ont cautionné les Valls, Filipetti, Rebsamen, Menucci et autre? Je ne suis pas tout à fait sûr du moins pour certains.
Mais les dés sont jetés et il ne semble pas décider à se retenir ni à revenir en arrière. A mon avis il a véritablement décidé de couper les ponts avec Royal et de larguer les amarres. Pour quel objectif?

Si on en croit Moscovici, Peillon vise le premier secrétariat du parti socialiste. En connaissant sa mentalité d'apparatchik et sa capacité à manoeuvrer en interne on peut penser qu'il a sollicité des appuis en ce sens auprès de ses anciens mentors comme Emmanuelli et auprès de son ami Aubry. En échange on lui a demandé de flinguer Royal pour 2012. Ca se tient et c'est envisageable connaissant la réputation du personnage. Il a fait le choix du pouvoir au détriment des convictions.
Deuxième objectif prendre le leadership incontestable et visible sur la pertinence d'un rassemblement au-delà de la gauche. Alors qu'il sait très bien que c'est ce que porte Ségolène Royal et ses soutiens. La dénigrer aussi envers de futurs partenaires est une solution radicale pour la carboniser en interne et en externe. Il veut montrer que lui est capable de travailler sur le fond, en piquant les idées de Ségolène Royal au passage, avec les leaders des autres sensibilités politiques alors que Ségolène Royal est incapable de rassembler. C'est une épreuve de force pour la disqualifier.

Evidemment il faudrait rappeler à ce cher Peillon que lui n'est QUE député européen et qu'il n'est PAS présidentiable. Autrement dit lui peut se permettre d'être plus libre de ses mouvements alors que vis-à-vis de Ségolène Royal les autres leaders verront une concurrence. Normal. Mais on devra pouvoir le dépasser si on veut construire véritablement un rassemblement des progressistes. Car un rassemblement sans leadership possible et donc sans perspective d'ouverture pour 2012 à quoi cela peut-il servir? Nous nous soutenons l'idée d'un rassemblement progressiste depuis le début mais nous le voulons sous leadership socialiste et avec la leader en cohérence avec ces convictions: Ségolène Royal. N'en déplaise à Peillon. C'est l'heure de l'affrontement voulue par Peillon qui joue toute sa stratégie personnelle et individuelle pour le futur. Il pense que cela se construit sur le mensonge et l'invective. Moi socialiste, démocrate, républicain et écologiste je ne le pense pas. Je pense même tout le contraire et c'est pourquoi Peillon vient de se disqualifier à mes yeux pour continuer à porter cette idée de rassemblement progressiste.

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article