Pourquoi les Royalistes inquiètent le parti socialiste.

Publié le par Asse42

16269 1217834257736 1585285364 540778 794191 n

 

 

 

Le parti socialiste est en configuration pour des primaires nous dit-on. Avant cela le parti socialiste doit travailler collectivement à un projet pour définir un socle acceptable par les futurs candidats, condition sine qua non, nous dit-on, pour convaincre le peuple français en 2012. Il est bien sûr évident qu'il faudra porter au pays un projet qui soit différent du sarkozysme et adapté à la situation pour le pays. Cela ne fait aucun doute. Mais beaucoup de Royalistes, je ne veux pas englober tout le monde, pense qu'on ne peut dissocier la personnalité choisie de son projet. C'est bien gentil de définir collectivement un projet mais nous pensons que la personnalité choisie devra être en osmose avec ce projet. Si elle n'en porte visiblement pas les convictions et si elle n'a pas fait la preuve dans sa pratique politique qu'elle était digne de confiance, alors il sera difficile de nous faire adhérer à cette personnalité. C'est tout le problème auquel se trouve confronté la direction solferinesque pour 2012.


On a vu en 2008 que Ségolène Royal conservait une certaine légitimité au sein du parti socialiste auprès des militants. Elle n'a été battue que par la seule volonté des élus du parti qui, ayant tous des ambitions pour 2012, ont préféré se coaliser pour faire barrage à Ségolène Royal. En nommant Martine Aubry à la tête du PS ils conservaient leur chance pour 2012 et, dans le pire des cas, pourraient exercer assez d'influence pour exiger de Martine Aubry , si elle était désignée candidate, qu'elle intègre tous les ambitieux solferinesques. Cette configuration politique interne rend les choses très difficiles pour les candidats qui se présenteront en dehors du sérail solferinesque parce que l'on peut très bien imaginer que les places sont déjà préemptées pour 2012, on a déjà fait des petits compromis entre amis, et même décidé que le candidat choisi proviendrait de cette union.

Mais le problème c'est que Martine Aubry pour trouver une certaine crédibilité rénovatrice auprès des militants, et d'une partie de ses soutiens comme Montebourg, a du valider les primaires alors qu'elle n'y était pas du tout favorable. Elle l'a fait à la Rochelle en 2009 en prenant bien soin, en plus, d'en exclure Ségolène Royal qui avait pourtant solidairement joué le jeu collectif lors de la débâcle des européennes. Cela a constitué la deuxième mort interne du parti socialiste auprès des militants Royalistes. On a bien vu dès lors que l'ennemi pour Solferino serait Ségolène Royal et qu'ils feraient tout pour l'écarter de leur jeu. Après Reims c'était la confirmation. Dijon est venu ensuite confirmer que Solferino conservait une pression sur les quelques derniers élus auprès de Ségolène Royal. Peillon ayant lamentablement tenté de détruire Royal avant de se faire ramasser...par les militants.


Elle est là la grande inquiétude solferinesque: les militants, les sympathisants, les citoyens qui viendraient voter à la primaire. Ont-ils la garantie qu'ils choisiront bien leur candidate (e) soit Martine Aubry ou DSK? N'auront-ils pas la tentation de continuer encore à snober les appareils pour voter Ségolène Royal et sa vision du socialisme? En tout cas les derniers sondages doivent bien les inquiéter puisque Ségolène Royal est toujours bien présente dans l'esprit des militants. Pourtant la médiacratie sarkozyste fait tout ce qu'elle peut pour appuyer Solferino et faire oublier Royal mais ça ne fonctionne pas.

De plus au sein du parti socialiste les Royalistes montrent qu'ils sont encore bien présents et qu'ils iront jusqu'au bout de leurs idées et de leur soutien pour Ségolène Royal. Pourquoi? Parce que d'abord elle ne les a jamais déçus en tant que personnalité politique. On peut faire confiance à son intégrité, à son éthique et à sa dignité de la fonction. Sa large réélection en Poitou-Charentes vient appuyer le diagnostic au plus près des citoyens. Après 6 ans de pouvoir elle les a convaincus.


Mais surtout nous avons une certains ambition pour notre pays qui ne se confond pas totalement avec celle du parti solferinesque. Nous sommes socialistes mais aussi républicains. Nous aimons notre pays, ses traditions républicaines, ses symboles, son peuple. Notre ambition est de faire gagner notre pays pas notre parti. Et ça c'est la grande différence entre nous. Nous ne militons pas pour un clan, comme les Fabiusiens ou les DSKistes, nous militons pour que la personnalité que nous sentons comme étant la plus en phase avec les aspirations de la société humaine soit choisie pour notre pays. C'est tout. On a bien compris qu'on était en Vème république et que c'est d'abord une personnalité qui serait choisie. On a bien compris qu'elle n'aurait pas le soutien du parti même si elle était choisie en 2011. Alors c'est pourquoi, tout en étant fier de défendre sa vision socialiste d'avenir, nous savons qu'elle doit dépasser le parti socialiste et trouver des appuis au-delà.

On voit bien que le projet socialiste pour 2012 se fera sur les idées de Ségolène Royal. Pierre Moscovici chargé de mettre en place certaines conventions a esquissé une mise en perspective fiscale issue de la motion E et surtout ,avec le donnant-donnant aux entreprises, issue du pacte présidentiel de 2007 et que Ségolène Royal applique dans sa région, contre vents et marées au début, depuis 2004. On sent bien que sur la conversion écologique de l'économie Ségolène Royal pourra très bien faire sa politique par la preuve. Sur la démocratie jusqu'au bout qui d'autre que Ségolène Royal peut incarner la démocratie participative citoyenne? Bref sur nombre de sujet de base pour la transformation de notre société humaine Ségolène Royal est naturellement le porte-drapeau.


Un porte-drapeau non accepté par Solferino car elle ne dépend pas d'eux. Elle ne dépend que du bon vouloir des militants, des citoyens. Elle n'a que sa politique par la preuve en bandouillère pour convaincre les citoyens. C'est sa faiblesse disent invariablement tous les apparatchiks pour se convaincre que la politique appartient encore aux appareils des partis, c'est sa grande force nous disons parce que l'on sait que cette personnalité élue à la tête de notre pays ne sera prisonnière d'aucun dogme d'appareil, d'aucun clan d'appareil, d'aucune idéologie d'appareil. Et nous, soutiens Royalistes, nous avons confiance en la vision d'avenir de cette femme pour la société humaine. Elle conjugue toutes les qualités requises pour mener le pays vers une autre destinée que le conformisme financier. On sait qu'elle aura assez de courage pour, enfin, construire le socialisme d'avenir avec les citoyens contre le pouvoir des différents lobbys. C'est la seule en ce cas et , pour nous, ce sera la seule possibilité d'un véritable changement de société. On comprend que notre détermination à la soutenir ne lasse pas d'inquièter à Solferino parce que nous saurons nous montrer intransigeants sur les valeurs socialistes à porter, et de plus nous avons une excellente mémoire.

 

 

 

 

Les liens utilisés pour ce billet sont dans ce Pearltree:

 Pourquoi les Royalistes inquiétent le parti socialiste.

 

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article