Manifeste de soutien populaire au peuple Grec.

Publié le par Asse42

fmi.jpg

 

 

 

 

Ce qui se passe avec ce pays est une infâmie pour tous les peuples quels que soient notre culture, notre civilisation, notre histoire. Voici que des financiers voraces sans scrupules viennent dévider de son sang  le peuple grec au nom de leur rentabilité financière. Aidé par tout un système politique, mis en place patiemment et guidé par une idéologie libérale pour qui l'argent est la valeur absolue, voilà que ce pouvoir financier en appui sur le FMI vient réclamer son dû sans aucune dignité ni aucune compassion pour le peuple grec. Et cela venant seulement un an après que les peuples du monde se soient portés au chevet de ces mêmes puissances financières pour les sortir du gouffre dans lequel elles s'étaient, sciemment?, mises. Cette vermine demandant son dû au peuple grec est une insulte à notre citoyenneté et à notre condition d'être humain tout simplement.


Allons-nous accepter nous peuples européens baignés de cette culture grecque, de laisser ce pays, cette culture, cette civilisation, cette histoire, détruite par la seule volonté d'un pouvoir financier apatride et mondialiste? Un pouvoir pour qui l'argent n'a pas d'odeur et qui le place bien au-dessus de toutes les valeurs humaines. Ce qui compte pour lui étant la multiplication des bénéfices, des profits sans vergogne. On rattache à cela à ces fonds de pension qui se jettent sur nos industries les plus innovantes, sur nos savoir-faire, sur notre plus value locale pour en retirer la substantifique moelle et ensuite l'abandonner tel un corps industriel vidé de toute substance vitale. Combien de temps allons-nous accepter cet ordre mondial? Combien de temps allons-nous accepter que nous gouvernements, nos élites se soumettent au pouvoir financier? Combien de temps allons-nous accepter que l'argent mène le monde au détriment de notre condition humaine? La réponse à cette question marquera le début du compte à rebours de ce monde que nous avons construit depuis des années et notamment depuis 1989 et la chute du mur. Cette idéologie dominante ultracapitaliste nous a mené dans les tréfonds de notre âme humaine. Il faut nous en sortir.


Moi je crois au socialisme pour cela car je le sais humaniste lorsqu'il est en accord avec ses racines idéologiques. Son combat est pour la dignité des peuples et pour la démocratie jusqu'au bout. Une démocratie que les grecs nous ont léguée. Alors je suis un partisan d'une révolution démocratique citoyenne parce que je pense que c'est la seule solution viable pour tous à terme. Une révolution brutale entraînerait une réponse brutale de nos gouvernements et l'instauration du fascisme qui est déja bien en route dans nos sociétés dites civilisées.

Alors peuple de France, peuple d'Europe, peuple du monde, levons-nous avec fierté et courage. Levons-nous pour rallumer toutes les étoiles du ciel celles qui reflétent nos âmes dans l'immensité de la nuit noire, levons-nous pour dire non au fascisme, non au pouvoir financier, non au FMI et toute sa clique de croque-mort des peuples. Levons-nous avec fierté pour soutenir le peuple grec et montrer aux puissants qu'on en a fini de courber la tête.

Publié dans Désordre mondial

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hafrit 12/04/2010 00:05



tu te trompes Asse42 , le FMI est dans systeme bancaire bresilien .


dans le BRIC , il ne faut plus dire Bresil,Russie ,Inde et Chine


mais il faut dire British ,Russie ,Inde et Chine .


l'europe dans tout ca mais surtout le France c'est le grand ?



Max 10/04/2010 21:37



asse42,


Je te signale une position qui me paraît intéressante de Benoît Hamon à propos de la crise grecque


http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-04-10/hamon-ne-veut-pas-faire-elire-en-2012-le-ou-la-papandreou/917/0/443012


Il s'insurge contre la position du B.N. du PS qui consiste, selon lui, à vouloir paraître "crédibles" plutôt du côté de la Commission européenne, du FMI (tiens, tiens !), du
secteur bancaire, plutôt que du côté des salariés français (...) des citoyens qui supportent le poids et les conséquences d'une crise où ils n'ont aucune responsabilité.


Bravo !



Asse42 10/04/2010 21:49



Merci pour le lien. Et j'ai bien aimé que Ségolène Royal félicite Lula d'avoir résister au FMI. Comme quoi ça va faire mal à nos camarades DSKistes.



Maurice-alain Baillergeau 10/04/2010 20:46



Ce que tu dis sur la crise grecque est du même tonneau que les démagos de tout poil.


Tu n'expliques rien des faiblesses de ce pays, de la mise en lumière de l'impuissance européenne et du rôle des manipulateurs, entreprises ou états.


Pour le faire il faut savoir de quoi l'on parle, ce n'est pas ton cas en ce domaine, où les spécialistes non mouillés sont rares.


L'heure de vérité approche, il en sortira quelque chose comme une force de résistance, rassemblant des gens de conviction,  soucieux du bien commun et avec des motivations diverses.


L'objectif sera "Mesures à appliquer dès la libération de l'économie" "du territoire" allais-je dire.


Je serais surpris que tu en sois !



Max 10/04/2010 20:26



@asse42


Je ne crois pas que les socialistes soient "humanistes". Chacun pour soi, hein ? As-tu entendu Solférino, et nos sémillants députés européens (je pense à Peillon), sortir quoi que ce soit
sur la crise grecque ? C'est Marielle de Sarnez qui s'est exprimée. Les médias français tournent la tête. Peillon râle contre une émission de télé-réalité diffusée sur TF1.


Ainsi va la vie en socialie...



Maurice-alain Baillergeau 10/04/2010 12:38



Tu es un pompier pyromane qui ferait mieux de lire Paul Jorion.