Le vrai visage de Vincent Peillon.

Publié le par Asse42

h-20-1258521-1221641794.jpg


Peillon a donc planté, comme on dit vulgairement, Arlette Chabot ce soir sur France 2.
Il a donné comme prétexte l'organisation nauséabonde de ce débat UMP-FN sur l'identité nationale, et le fait que la rédaction politique de France 2 se soit mal comportée avec lui. Ce que nie évidemment celle-ci. Il n'en reste pas moins que le clash a eu lieu et c'est...de moins en moins rare en politique!

Oui rappelez-vous la stratégie de François Bayrou qui a émergé dans le débat national en 2007 dès qu'il a pourfendu les médias. Il s'est de suite attiré la sympathie des français et est monté dans les sondages s'installant durablement comme le troisième homme. Rappelez-vous aussi l'esclandre aux européennes avec Cohn-bendit qui tournera ce coup-ci à son désavantage. Car le scandale s'il est un bon moyen pour se faire connaître et aussi à double tranchant. On joue à quitte ou double.

Ce soir Vincent Peillon tente le gros coup de poker. Il dit lui-même qu'il voulait faire un scandale. L'objectif est donc clair il cherche le buzz comme on dit vulgairement. Il va sûrement l'avoir. Pour réussir un buzz il faut s'attaquer à l'ordre établi en jouant gros. Pratiquer la politique de la chaise vide au dernier moment c'est gros. Est-ce digne d'un responsable politique c'est là le débat.
Vincent Peillon par ce geste veut s'installer dans l'esprit des français comme étant le pourfendeur de la sarkozie et garant de l'esprit républicain. En cela je n'ai rien contre personnellement. Je crois aussi que la sarkozie est un abaissement démocratique. Mais je ne crois pas que ce soit digne d'un responsable politique qui entend élever le débat. Monter d'un cran ce n'est pas donner à tout le monde...

Ce geste permet d'expliquer aussi le tempérament volcanique de cet homme pourtant intelligent. Il sait faire montre d'une brutalité et d'une violence qui dépasse les bornes. On se doit de rappeler l'épisode violent, agressif et vulgaire à l'encontre de Ségolène Royal à Dijon. On comprend mieux maintenant de quoi est capable cet homme qui entend être un grand responsable politique. Un homme qui perd son sang-froid et qui fait montre ensuite d'une violence brutale ne peut aspirer à de hautes fonctions. Il vient donc de se disqualifier en direct pour la suite. En a-t-il conscience? Ou croit-il que le buzz négatif suffira à le faire connaître des français et à s'attirer leur sympathie?

Enfin je ne pense pas que ce soit une bonne façon pour le parti socialiste de nier le débat sur l'identité nationale. On doit le combattre mais pas en donnant l'impression aux français que l'on perd son sang-froid et que le parti socialiste panique à l'approche des échéances électorales. Ce n'est pas un bon signe envoyé aux français de mon point de vue. Et finalement ça leur met dans l'esprit que rien ne changera dans ce milieu politique. A moins...à moins que la petite musique de fond jouée par Ségolène Royal sur la constitution d'une large alliance des progressistes soit entendue. Et montre ainsi qu'il y a d'autre façon de lutter contre la sarkozie et d'exister dans le débat politique que celle qui consiste à créer un buzz négatif.

Les liens connexes à cet article sont dans ce Pearltrees

Publié dans Sarkozie

Commenter cet article

Rodolphe 19/01/2010 17:48


Bonsoir Fabrice
Le commentaire de d'hibo relève d'une inadmissible manipulation de texte
je balance donc un large extrait explicatif en forme de volée de bois vert  à l'égard de VP complétée par une bastonade mérité explicative
le lien me Marc Vasseur très critique:
http://www.marcvasseur.info/vincent-peillon-une-faute-politique/2010/01/15/#ixzz0chJoFgE8

et un extrait
Hier soir lors du débat Besson/Lepen sur France 2, Vincent Peillon, invité pour la deuxième partie, s’est décommandé au dernier moment.

Si on trouvera bien quelques socialistes satisfaits de cette dérobade et de la gesticulation appelant à la démission d’Arlette Chabot ; je crains hélas que tout ce cirque vire à la farce et mette
une fois encore le Parti Socialiste dans une posture assez fâcheuse. En effet, il n’y avait pas, face à ce débat qui n’a pas été préparé la veille, plusieurs alternatives :


- Soit  le PS refusait d’y participer dès le départ en expliquant les raisons.


- Soit il acceptait et donc l’assumait jusqu’au bout.


- Soit, il pouvait tenter le coup d’éclat en dénonçant ce simulacre par une présence mais certainement par une simple communiqué, surtout au dernier moment.


Au final, on a une fois encore le sentiment d’une improvisation la plus totale du parait-il 1er parti d’opposition, alors que  c’était un coup prémédité… et bien avec des trucs aussi foireux…
ce n’est pas gagné pour 2012.


Et ce d’autant plus que le matin même, le même Vincent  Peillon confirmait sa participation comme en témoigne cet extrait.


extraitpeillon


Au final, le PS est encore sur une position louvoyante (je n’ai toujours pas compris si il participait ou non à ce débat…) et Vincent Peillon a raté l’occasion de grandir politiquement… Qu’il
veuille un incident, très bien mais il faut l’assumer et pas comme un simple mauvais garçon qui fait lire son mot d’excuses par autrui…


Et le pire dans cette affaire… il semble avoir menti – une fois encore, serais tenté d’ajouter – tout indique que les propos sur son blog soient uniquement de circonstances : “Vincent Peillon
préférait passer en second de manière à entendre au préalable le duel Besson-Le Pen, explique Nathalie Saint-Cricq. Il souhaitait ainsi ramasser les arguments échangés et pouvoir se
positionner.” à lire le papier très complet du chafouin.


et petit extrait du chafoin (clic lien au dessus)


Entièrement d’accord avec Nathalie Saint-Cricq, rédactrice en chef de l’émission A vous de juger, qui a parlé de « méthode de voyou » pour qualifier le lapin posé par
Vincent Peillon à France 2 hier soir. L’élu socialiste, a refusé in extremis de participer à un débat sur l’identité nationale, laissant ainsi un boulevard à Marine Le Pen et Eric Besson. Quand
les socialistes cesseront-ils de jouer les vierges effarouchées dès qu’on parle d’immigration et de contrôles aux frontières?


VOILA QUI SERA DONC PLUS CLAIR POUR LE LECTEUR !!!


Amitiés à toi Fabrice et à tous du fond du coeur!


et...FRATERNITE !!!


 


 



gandhar 16/01/2010 08:36


Mémoire sélective de droite comme a gauche.Je n'est pas entendus grand monde de droite comme de gauche reprocher a chirac sont refus de débattre avec lepen pendant le deuxieme tour de la
présidentiel.Refus venant qu'il ne voulais débattre avec lepen a cause de certaines ideés du FN.Je trouve certains plutot faux cul dans cette histoire et tres sélectif dans notre histoire.Pour
mémoire se débat sur l'identité nationale n'as etait fabriqué que pour faire plaisir au electeurs du FN un avis partagé par plus de 70% des français.


d hibo 15/01/2010 17:09



Pas du tout d'accord. Si on peut ne pas aimer M Peillon pour son sinueux parcours politique au PS et son peu de loyauté à l'égard de quelqu'une, on ne peut que se féliciter qu'il ait mis les pieds dans le plat.

En effet, ce coup médiatique entérine 2 phénomènes que l'on pourrait à l'occasion développer :
1er Les TV ne sont plus en position de "commander aux politiques" lesquels auraient besoin des dites TV pour se faire entendre; conséquence de l'émergence d'internet et de
l'usage immodéré et outrancier de médias complaisants sinon complices par M Sarkosy .
2eme Le service prétendument public ( dont l'actionnaire, selon M Val, attend un traitement priviliégé ) est plus que complaisant avec M. Sarkosy et a soigneusement fait
disparaitre de ses grilles de programme toute émission de débat politique susceptible de présenter de réelles objections prouvées aux affirmations (pour ne pas dire mensonges) des ministres et du
Président, toujours en soutien à M Sarkosy.

L'émission de jeudi était de cette nature, de type people, puisque mettant en valeur un ministre traitre à sa famille nourricière et sans éthique au prétexte d'un spectacle de débat avec
l'extrême droite . Comment Madame Chabot a-t-elle pu imaginer acceptable le plan de cette émission faisant passer , comme l'a souligné M Peillon, le représentant du PS
pour "l'idiot utile", version médiatique de l'invité naîf d'un dîner de con.

Lire la suite: http://www.marcvasseur.info/vincent-peillon-une-faute-politique/2010/01/15/#ixzz0chJoFgE8



namy60 15/01/2010 14:32


Tout à fait pertinent à la fois l'article de asse42 et le commentaire de dissertation... quant aux "mécanismes" de fonctionnement de V. Peillon... la seule chose intéressante (enfin c'est du second
degré) c'est que ceux qui, soit ne savaient pas "à quoi il marche", soit qui n'avaient pas voulu voir... devraient enfin être fixés.

Juste amusant pour quelqu'un qui se permet de parler "psy" pour les autres... car dans de nombreux commentaires on ne parle que de conscient/inconscient, projection... pour ne pas dire plus.

Bien triste finalement : mais au fond, n'est-ce pas ce Parti, qui sclérosé et mortifère, qui produit des frustrés devenant violents devant leur impuissance à exister à ce qui peut leur paraître -
légitimement - comme leur juste place?


Asse42 15/01/2010 16:52


On en arrive au degré zéro de la politique à vouloir à tout prix ressembler à l'UMP.


evah5 15/01/2010 12:15


En complet accord avec votre analyse. je vous joins ce que j'ai envoyé sur le Post: Quelque chose se déchaîne qui fait vraiment peur. D'abord ce débat sur la télé publique qui
n'aurait jamais dû avoir lieu de cette façon si Mme Chabot était une femme plus libre de ses initiatives. ( On n'a jamais su non plus pourquoi S. Royal qui était invitée un soir avant Copenhague
par Mme Drucker avait été décommandée).Et puis M. Peillon et son coup d'éclat, prémédité ou pas, qui n'est guère étonnant quand on connaît le personnage et son glissement permanent vers le
"scandale" (à entendre avec l'accent de G. Marchais svp mais sans l'humour). Ses méthodes actuelles ne sont ni responsables ni respectables. Soit il s'engage et il y va, soit il n'y va pas ce qui
aurait dû être la décision depuis le début; mais il veut être partout, piégé lui aussi par le buzz médiatique qui vient en phase avec la grosse tête qu'il a pris ou bien qu'il a toujours eu. Cela
sans doute ne fait que révéler sa vraie nature. Si l'on ajoute à tout cela la trouvaille inopportune de Mme. Aubry sur le vote des immigrés, (s'engouffrant elle aussi dans la jouissance déclenchée
encore et toujours par NS et ses lieutenants) on se dit que le PS encore une fois joue sa perte. Et pourtant, tout ce que l'on entend dans les media (remarquable l'inexactitude journalistique d'un
Th. Legrand sur France-Inter!) finissent toujours par être des attaques répétées contre SR encore et toujours: MA que l'on monte en épingle comme a contrario "une personne raisonnée travailleuse"
etc...!! Une telle surdité et cécité, une telle connivence consciente et inconsciente avec le pouvoir fait peur vraiment. Si la France est à ce point réactionnaire dans tous ses rouages,
médiatiques notamment, il y a à beaucoup à craindre de l'avenir. Je ne suis pas une fan aveugle, j'ai passé l'âge; je voudrais seulement conseiller à ceux qui sont curieux et veulent un peu de
hauteur politique de suivre la campagne régionale de Poitou-Charente par exemple. De lire ces discours ici et là en France et à l'étranger, une Ethique.