Le Royalisme est la morale du socialisme.

Publié le par Asse42

                                                      12298842_m.jpg

 

Comme beaucoup de mes camarades socialistes je viens de recevoir la dernière publication de la Revue Socialiste: " La morale en questions". Voilà un sujet qu'il est bon! Oui car la morale en politique voilà qui a constitué une valeur fondamentale de mon engagement au côté de Ségolène Royal pendant la campagne des primaires socialistes 2006. Étant auparavant un citoyen éloigné des partis politiques, j'ai adhéré au parti socialiste car celui-ci avait fait le choix de mettre en avant Ségolène Royal comme candidate à la présidentielle. Un choix qui correspondait tout à fait à mon exigence en faveur d'une morale retrouvée de la part de nos élites. Une des causes fondamentales de la rupture avec les citoyens. On ne croit plus en nos élites et ceux qui nous gouvernent. Etant donc un sceptique avant de m'engager clairement au côté de Ségolène Royal je me suis intéressé à son passé et à ses valeurs. Je les ai trouvé en cohérence avec sa personnalité et ses actions politiques ce qui a renforcé mon engagement à ses côtés. C'est donc bien pour moi que la morale est une valeur essentielle de la politique et du socialisme.


Ainsi donc notre première secrétaire nous a envoyé cette revue avec un commentaire dont voici un extrait: " Les rapports entre la morale et le politique ne sont pas simples. Mais il serait erroné de penser qu'il y a une séparation entre ces deux domaines." Commentaire que je plussoie bien sûr comme tout bon socialiste qui se respecte. Et personne ne peut penser qu'il existe une séparation entre la politique et la morale! A part celles et ceux qui vivent loin du peuple peut-être...

Je ne vais pas revenir longuement sur le congrès de Reims et sur les pratiques politiciennes au sein du PS mais tout le monde a je crois bien à l'esprit ce qu'il en est réellement de la morale au sein de ce parti. Ceci est surtout valable pour les élus et les dirigeants qui nous dirigent et beaucoup moins pour les militants qui sont eux très attachés au respect de la morale. C'est pourquoi je distingue bien le parti solferinesque du parti socialiste.


A Reims les militants ont voté majoritairement pour une rénovation des pratiques impulsée par Ségolène Royal. Ils pensaient qu'insuffler du sang neuf militant au sein de le structure à tendance politburo du PS pouvait lui faire du bien à terme. Solferino n'en n'a pas voulu et a donc tué dans l'œuf toute tentative d'ouvrir le parti sur la société. Depuis c'est bien un petit clan constitué autour de Martine Aubry qui dirige ce parti d'une main de fer. Et parfois par la terreur comme l'épisode en Languedoc-Roussillon nous l'a encore montré.

La morale englobe tout un ensemble de valeurs: la dignité, le respect du débat, l'honnêteté, le respect de la parole donnée, l'intégrité. Et celles-ci ne peuvent être déconnectées de la personnalité qui les porte. Tout le monde est capable de revendiquer ces valeurs dans les paroles mais qu'en est-il ensuite dans les actes? On ne peut le dissocier comme on s'acharne à vouloir nous le faire comprendre. Non. Certes les valeurs sont importantes mais elles doivent être en adéquation avec la personnalité sinon elles ne peuvent pas s'incarner et donc produire leur effet sur l'ensemble de la société. C'est cela qui justifie notre engagement au côté de Ségolène Royal. Nous avons confiance en sa capacité à incarner ces valeurs fondamentales pour constituer une société démocratique et socialiste. Qui d'autre? Doit-on aussi regarder leur passé? Car croire en la morale ne veut pas dire faire confiance aveuglément. Bien au contraire. Cela demande d'être curieux, ouvert, engagé, pour tenter de comprendre les actions politiques des uns et des autres. Et non pas de faire une confiance aveugle comme certains voudraient le faire croire.

Mais le mieux finalement c'est de laisser la parole à celles et ceux qui côtoient de près et non s'en remettre à l'éditocratie qui véhicule une propagande souvent éloigné de la vérité. Voilà aussi pourquoi la presse est en danger car elle n'est pas en cohérence avec ces valeurs morales.

Alors pour Ségolène Royal le mieux est de laisser la parole au centriste humaniste Alexis Blanc qui a rejoint Ségolène Royal dès le premier tour. Il revient clairement sur les préjugés de l'éditocratie, les démontent, et explique comment il voit l'avenir au côté de Ségolène Royal:

 


Les liens utilisés pour ce billet sont dans ce Pearltree: 

 Le Royalisme est la morale du socialisme

 

Publié dans Royalisme

Commenter cet article

rbella24 25/04/2010 11:40



 


 


 @Dennis,


 


 Pourquoi parlez-vous toujours en termes de "patronne"? Si dans vos rangs vous avez des patrons, nous, nous avons camarades avec qui on partage les mêmes vakleurs et une leader qui porte ces
mêmes valeurs.


 Alors quand vous parlez de la "cause " de notre patronne: quelle cause? Sacause n'est pas individuelle, mais collective; c'est notre "cause" à tous, faire de la société française une
société plus juste , plus fraternelle, mais aussi faire de la politique autrement dans le respect des valeurs d'intégrité, de respect de l'autre, du respect des militants et des citoyens, du
respect de la parole donnée, ce n'est pas une "cause" propre à notre "patronne", c'est la cause de tous ceux qui veulent une action politique transparente respectueuse de la parole donnée et de
ses engagements, respectueuse de l'éthique... la fraude électorale, les petits complots et les petits coups bas entre camarades, les petits arrangements entre amis pour faire tomber l'autre, un
citoyen, un militant politique normalement constitué devrait dénoncer et combattre  cela.


 Par ailleurs, j'ai reçu le pavé socialiste et sa "société du care"... je suis encore à me demander ce qu'ils entendent par là; ce pavé parle aussi de "morale", ceux qui parlent de cela
sont-ils déjà entrés eux aussi dans la "secte"?



Asse42 25/04/2010 12:52



@ Rbella


Oui moi aussi j'ai bien rigolé quand j'ai lu, un forézien par ailleurs lui aussi, que le socialisme devait suivre un ordre moral et dépasser le marxisme. Que cette logique s'inscrit dans la
logique voulue par Gaston Leroux le créateur de la verbalisation du socialisme. Alors oui je m'inscris dans cette exigence d'ordre morale pour le socialisme. Et j'en suis fier. Je laisse les
détracteurs me qualifier de sectaire, d'illuminé voire même de droitiste. C'est leur problème. Le socialisme c'est nous qui l'incarnons.



rbella24 25/04/2010 11:28



 


 Bonjour Asse42!


 je viens d'avoir une discussion avec un voisin sur le thème de "Ségolène Royal la clivante qui a fait partir  les cadres socialistes du PS!"


 


 La remarque de ce Monsieur: "Regardez Eric Besson! quand on pense qu'on a accusé Ségolène Royal d'être responsable de son départ du PS, je me dis maintenant qu'elle a fait oeuvre de
salubrité publique, tellement Eric Besson est tombé bas!"


 


 Et moi j'aoute, il y a Hortefeux aussi!


 - Mais non! Hortefeux, c'est il était déjà de la droite de la droite; mais Besson qui était un secrétaire national du Parti Socialiste, un élu socialiste ami de Jospin et de Hollande, vous
vous rendez compte? est-ce que vous en parlez dans vos réunions?"


 Voici ce que pense le peuple d'en bas, nous n'appuyons jamais assez sur le fait que tous les socialistes qui ont déserté le PS "à cause" de Ségolène Royal nage dans les eaux troubles de la
droite et de l'extrême droite!


 Comment peut-on déchoir quelqu'un de sa nationalité, comment peut-on se permettre de fouiller dans la vie privée d'un individu non coupable parce que sa femme porte le voile intégral et
entendre un ancien responsable national du PS soutenir cela?


 


Je pense fermement comme toi que le Royalisme est la morale du Parti Socialiste.


 



Max 24/04/2010 19:44



Il y a peu de différence entre morale et éthique. L'éthique, étymologiquement, vient du grec ethos (moeurs) : c'est la science de la morale. Et des morales, il y en a eu plusieurs dans
l'histoire : kantienne, platonicienne, épicurienne, stoïcienne, religieuse, etc...C'est un peu l'auberge espagnole.


Je ne sais pas pourquoi le mot "morale" a, aujourd'hui,  une connotation plutôt religieuse : le Bien contre le Mal. C'est réducteur.


Cela dit, quand le PS solférinesque veut nous parler de "morale", je m'interroge. Plan com ? Pour moi, la responsable politique, au PS,  qui incarne le mieux l'ensemble des valeurs du devoir
au service du bien collectif, et qui soit "clean" sur le plan personnel, c'est évidemment Ségolène Royal.



Denis 24/04/2010 15:56



Morale, c'est un contre-sens. Ethique... alors, là, c'est la bonne piste ! ;+)



Asse42 24/04/2010 16:27



@ Denis


Oui je vois bien ta logique qui est d'assimiler morale à religion ou je ne sais quoi. Mais mon billet se base sur la Revus socialiste reçue. Donc au haut niveau il parle de morale eux



De plus je pense que l'éthique fait partie de la morale qui est la valeur englobante. 



Denis 24/04/2010 15:22



Je ne pense que de tels propos puissent "servir" la cause de votre "patronne". ;+)


Militant, oui. Supporter, non.



Asse42 24/04/2010 15:27



@ Denis


Et bien non pas d'accord. C'est exactement un des fondamentaux de notre engagement auprès de Ségolène Royal. La valeur morale qu'elle incarne est une constituante essentielle du
socialisme du XXI ème siècle.