Le PS dans les traces de Ségolène Royal.

Publié le par Asse42




Le PS depuis l'éviction, par la fraude et la triche, de Ségolène Royal de la direction du PS s'attache, après avoir pris une grosse claque aux européennes, à mettre ses pas dans le sillon creusé par Ségolène Royal. La conversion aux primaires ouvertes, le tour de France participatif, la croissance verte, et dernièrement, et de façon très claire, la conversion à une stratégie d'alliances plus "ouverte" dans le futur.

On avait cru comprendre à Reims que cette perspective faisait se lever d'indignation nombre de délégués, de militants mais aussi de grands élus socialistes comme Fabius, DSK, Delanoë,Hamon etc.. qui auraient construit une alliance commune au congrès de Reims sur ce seul oukaze: Non au Modem! Quelle émotion alors de voir la salle s'enflammer pour la perspective de voir le parti socialiste rester ancrer à gauche. Comme si la motion de Ségolène Royal prônait un parti socialiste centriste. Bien au contraire la vision de l'arc républicain est basée sur un PS fort, rassemblant la gauche et s'ouvrant ensuite aux forces républicaines et démocratiques d'où qu'elles viennent pour construire ensemble une nouvelle république. Une république défendant les valeurs fondamentales et socialistes: Liberté, Égalité, Fraternité et Laïcité.

Pour battre cette droite populiste et puissante on savait qu'on aurait besoin de tout le monde. On savait aussi qu'il serait très dur de faire une alliance avec le NPA. On savait aussi que la seule alliance à gauche ne suffira pas et que de toutes façons on aurait eu besoin d'une alliance entre les deux tours. Notre conception politique n'était pas de concocter une alliance dans un bureau entre les deux têtes du parti mais de commencer à construire des convergences pour être crédible ensuite. C'est le mandat clair que nous avons donné à Espoir à Gauche. Mais nous n'avons pas donné le mandat d'en écarter Ségolène Royal!
Au vu de ce repositionnement stratégique vers le centre de la direction du PS, on comprend mieux la réaction de Peillon et ses amis qui ne veulent pas laisser préempter ce courant par Ségolène Royal. Ils veulent pouvoir offrir ensuite ce travail soit à la première secrétaire soit à DSK si ils sont mieux placés dans les sondages que Royal. Ils ne veulent pas dépendre d'un soutien exclusif à Royal. Ils veulent être libres mais ils ne le sont pas! Ce courant EAG s'est construit sur le soutien à Ségolène Royal et nous lui sommes gré d'avoir pris les coups au congrès pour avoir affirmer clairement sa stratégie de front républicain. Nous lui sommes gré aussi de poursuivre cette conviction avec détermination et sans se cacher. Elle sait et elle le dit qu'on aura besoin du centre pour gagner. C'est inéluctable. Alors la construction de ce courant ne se fera pas sans Royal. Et il n'est pas possible de laisser croire que Martine Aubry, après avoir voler le congrès, viendra comme une fleur voler ce courant. Niet.

C'est là où le clivage est profond entre les apparatchiks du parti et les militants. Ils n'ont pas compris que si nous continuons de soutenir Ségolène Royal depuis la présidentielle c'est parce que nous sommes fidèles à la personnalité politique qui est fidèle à ses convictions et qui les assume courageusement sous la mitraille. On nous accuse de penser au Rien Sauf Royal, et je leur réponds oui. Bien sûr. Nous on croit à l'éthique en politique. Et cette éthique se base sur les actes et sur les paroles. Nous ne croyons pas à la politique politicienne comme outil d'avenir. Nous croyons à la politique par la preuve. Alors pourquoi voulez-vous que nous changions de soutien? Pourquoi nier le passé comme si de rien n'était? Nous n'avons pas oublié ce qui s'est passé à Reims et ce qui se passe depuis. Et nous pour notre pays nous voulons une dirigeante qui porte haut les valeurs humaines et en qui on peut avoir confiance. Nous savons donc que pour la démocratie participative, pour la croissance verte, pour la stratégie d'alliance on peut faire confiance à Ségolène Royal parce qu'elle les a assumé face à tout le monde et sous les railleries de ses camarades. Qui d'autre peut le revendiquer?

Voici ce qu'elle disait le 5 Décembre 2007 à propos d'une alliance au centre:

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article

monica 29/11/2009 03:14


excellent article qui reflète l'absolue vérité ! merci, il faut tout dire, et surtout rétablir la vérité à chaque attaque ou mensonge visant Ségolène !
Femme libre, debout, courageuse, pugnace, compétente (oh, combien !, novatrice et enthousiaste dans une autre façon de faire de la politique ! et qui suit sa ligne politique avec droiture et
honnêteté.
voilà tout ce qu'elle nous apporte depuis 2006, et je la soutiendrai, contre vents et marées, parce qu'elle met en adéquation ses paroles et ses actes !
et ça, ... ça lui vaut notre fidélité et notre admiration,
amitiés fraternelles