Le parti socialiste a assassiné Jaurés.

Publié le par Asse42

 

jaures.1235250192-copie-1.jpg

 

 

 

 

Sous couvert de mondialisation et d'adaptation au monde libéral, le parti socialiste a nié et s'est éloigné des valeurs de Jaurés.  Le parti socialiste s'est éloigné du peuple, le parti socialiste s'est éloigné du socialisme, le parti socialiste s'est éloigné du patriotisme républicain. Il ne reste plus rien de cet héritage prestigieux et fondateur du socialisme républicain qui devrait pourtant constituer notre colonne vertébrale idéologique. Or non seulement tout cela est nié mais tout seulement est sévèrement combattu en interne.

 

Le parti socialiste ne défend plus le socialisme.

 

Le socialisme c'est la démocratie jusqu'au bout, c'est défendre l'idée que le peuple est intelligent, qu'il a besoin d'être informé et qu'il est capable ensuite de participer aux décisions publiques qui le concerne. Or bien loin de défendre cette idée révolutionnaire, le parti socialiste fait au contraire tout pour la nier et empêcher qu'elle s'exprime. Il entend l'encadrer par des thinks tanks qui, seuls, auraient l'autorité suffisante pour débattre et décider de la future voie politique choisie par le parti socialiste. C'est exactement ce qui se passe aujourd'hui où solferino nous demande de voter oui ou non aux décisions qu'ils ont déjà prises en notre nom. Où est la démocratie militante que l'on appellait de nos voeux pour la rénovation du parti socialiste?

Le socialisme c'est aussi le mouvement ouvrier que l'on peut élargir de nos jours aux employés, aux salariés, aux agriculteurs qui souffrent tous les jours de l'ouverture au libéralisme sans que des règles socialistes, oeuvrant pour l'intérêt général, soient appliquées. Pourquoi? parce qu'à chaque fois qu'il est au pouvoir le parti socialiste se soumet à la globalisation libérale menée par les banksters et les grosses entreprises. Lui comme la droite se soumet au pouvoir des lobbys et en oublie le peuple. L'exemple le plus écoeurant est la signature par Jospin de l'acceptation de la mise en concurrence des services publics voulu par l'Europe. Le parti socialiste s'est couché devant le grand capital comme il le fait depuis au moins 30 ans.

 

Le parti socialiste ne défend plus la France.

 

Bien au contraire. Il nous demande d'être européiste voir atlantiste. Il nous demande d'abandonner nos rêves de grandeur passéistes dans un monde globalisé. Il nous répète sans cesse que nous ne sommes qu'un petit pays sans pouvoir de décision. Ah oui? Et que font les Moralés en Bolivie, les Lula au Brésil ou les Chavez au venezuela? Ne sont-ils pas en train de montrer qu'il existe d'autres solutions d'envisager le développement que la soumission au libéralisme mondial. Pourquoi est-ce possible pour eux? Parce qu'ils ont commencé par rompre avec la domination des grandes institutions financières mondialistes que sont le FMI, la banque mondiale, l'OMC et autre. Ils ont repris leur indépendance financière et peuvent donc appliquer leur politique. Pourquoi la France ne pourrait-elle pas être le fer de lance en Europe d'une offensive socialiste pour la reconquête de l'indépendance financière des états? Alors même que l'on sait que ce sera la base d'une future politique socialiste autrement inappliquable.

Au nom de l'européisme triomphant, et assujetti au libéralisme, le parti socialiste nous demande toujours plus d'intégrer l'Europe tout en niant toujours plus l'histoire de notre nation. Notre modèle est périmé et nous devrions donc le "moderniser" en acceptant qu'il ressemble trait pour trait au modèle anglo-saxon que des commentateurs soi-disant de gauche s'empressent de vanter tout en niant notre spécificité française. Faut-il pour être européen renoncer à ce qui fait la France? Faut-il se cacher derrière l'hyperpuissance américaine?

 

Le parti socialiste sous l'effort de la social-démocratie s'est ingénié à nier nos acquis sociaux français pour les adapter, ou les vendre, au libéralisme. Il n'y a eu aucune volonté de combattre et de rechercher des pistes nouvelles pour réhabiliter l'esprit socialiste d'un Jaurès. Bien au contraire on l'a enfoui sous des couches de dogmes européistes, atlantistes. Pourtant en son sein il existe des intellectuels, des philosophes, des penseurs, se réclamant de Jaurés, mais ne trouvant pas un débouché politique au sein du parti socialiste.

L'espoir est venu de Ségolène Royal et c'est bien pourquoi elle a connu un si vif succès militant. Elle a réinscrit le socialisme dans le fil de la pensée Jaurèssienne. Elle s'y tient encore même si elle doit aussi naviguer avec les contraintes libérales mondiales qui sont formatées pour empêcher toute possibilité d'expression idéologique du socialisme. Le socialisme qui ne nie pas les nations et qui se veut dans le même temps internationaliste. Un socialisme qui définit des règles justes dans cette globalisation libérale sauvage. C'est cela qui devrait être le vrai combat du socialisme or le parti socialisme se contente de subir et de s'adapter. Le drapeau socialiste tenu par Jaurés est à terre recouvert de poussière dans le coin obscur. Il attend d'être relevé, il attend que de nouveau le combat du peuple pour le socialisme retrouve ses lettres de noblesse, son dynamisme populaire seul susceptible de renverser la table mondiale. Or sans espoir, sans dynamisme populaire, nous ne changerons pas ce monde. L'important ce n'est pas le parti socialiste c'est le socialisme!

 

Pour prendre un exemple concret de ce que peut être une vision socialiste dans un monde globalisé, voyons l'exemple viticole. Alors que le libéralisme nous demande de nous adapter en nous demandant de nous conformer au goût anglo-saxon, Ségolène Royal proposait pendant la campagne présidentielle une approche bien différente de la problématique du vin. Une approche ancrée sur nos territoires tout en étant offensive à l'internationale. Pas pour nier nos valeurs, nos terroirs mais au contraire pour les mettre en valeur! C'est là toute la différence entre une vision social-libérale et une vision socialiste.

 



Publié dans Ségolène Royal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

la fourmi rouge 17/10/2010 12:27



+


 


http://www.midilibre.com/articles/2010/10/14/A-LA-UNE-Georges-Freche-fait-son-grand-marche-en-Chine-1419264.php5#contribution#reaction


tu comprends que les viticulteurs du LR suivent de près, les initiatives de GF !



la fourmi rouge 11/10/2010 11:39



Malgré tout, cet exemple viticole est plus complexe qu'il n'y paraît.


Les élus locaux (de l'Aude, puisque tu as pris cet exemple) du parti socialiste, sont trop souvent de simples relais des organisations de la profession. Donc d'un lobby ni plus ni moins. 


Heureusement, Georges Frêche sur le plan régional, qui est un des premiers à avoir initié la marque " Sud de France" pour exporter facilement le vin de....centaines de caves 
coopératives du LR, qui seules ne pourraient absolument pas vivre ni se développer, a su prendre le taureau par les cornes et innover en la matière, pour sauver la filière. Il a dû s'opposer
à des conservatismes effarants.


Jacques Bascou (Député-Maire de Narbonne, sur la circonscription de Léon Blum)qui s'est "spécialisé" dans ce domaine pour le PS, fait du bon travail (le 2nd à droite de Ségolène). ex-NPS, ami de
Vincent Peillon, il est fervent supporter de Ségolène.


Tous 2 sont amis de Ségolène et l'ont initiée intelligemment aux difficultés de la vigne qui se meurt en LR. Seuls les viticulteurs de moinsde 45 ans peuvent espérer un avenir. Les autres peuvent
vendre des terres près des villes et villages pour l'immobilier dans une Région prisée des Européens pour construire !


Mais tout bouge depuis 2006-7. C'était il y a 4 ans....


Tu prends cet exemple audois, mais je crains pour la suite :


cette fédé ex-fabiusienne, arrachée à 3 voix près par le N PS, il y a 2 Congrès ( Jean-Claude Pérez, fabiusien toujours de conviction, -- Député-Maire de Carcassonne, depuis les municipales
partielles de 2009, les précédentes de 2008 ayant été invalidées pour fraude-- était 1er fédéral PS11. Avec panache et loyauté, il n'a rien contesté ni demandé de recomptage, et passé la main
ainsi illico, à Eric Andrieu. Peu aurait eu sa classe ! ). J.C.Pérez est le 2nd à gauche de Ségolène, à côté de Marcel Rainaud, actuel PCG11.


Les élus locaux PS11, qui se ventousent toujours à de "gros élus" nationaux, pour ne pas se couper de leur base, mais aussi car tiennent à être réélus, sont en train de se diviser sur
divers candidats déclarés ou potentiels. Et comme en 2006-7, ils ont les yeux fixés sur les sondages et leurs tendances fortes.


Compte tenu des Régionales en LR, beaucoup vont basculer vers DSK ( les peillonistes ) ou Hollande voire revenir dans le giron Fabius, en attente de "ses consignes", et ce pour éviter Aubry
qui les a massacrés avec François Lamy.


Ségolène a laissé dériver certains individus, pour éviter d'affronter certains conflits avec des proches...Le Gard votera DSK majoritairement. La motion E et DA n'ont guère de vie à présent, que
dans l'Hérault.