La main mise sur l'emploi du libéralisme triomphant.

Publié le par Asse42

medium_neplusubir02.jpg

C'est en tombant sur cet article que la lumière a fait tilt sur le fonctionnement de l'économie. Cela couplé avec mon rendez-vous au pôle emploi montre que le libéralisme économique a mis la main sur le marché de l'emploi. En imposant une vision très dogmatique "Si vous êtes courageux vous n'avez qu'à travailler" ...à n'importe quelles conditions bien sûr, et une vision très idéologique " seul le libéralisme crée des emplois", la société formate un avenir plutôt sombre concernant l'avenir et la conception de l'emploi dans notre pays.

Cette main mise sur l'emploi concerne particulièrement les citoyens en difficulté. Que ce soit dans leur vie, dans leur emploi. Il ne s'agit pas ici de tout contester globalement mais d'illustrer l'esprit qui se développe de plus en plus. Sarkozy quoi qu'on en pense réussit à formater la société sur un concept clair: Si tu ne travailles pas, t'es un feignant. Cette doxa s'impose à travers tous les interlocuteurs administratifs auxquels on est confronté. On nous dit donc très clairement qu'il vaut mieux travailler, même dans des conditions douteuses, plutôt que d'être assisté par la société. C'est un message très clair qui est envoyé. Et je pense à tout le monde quelles que soient les situations viables. Autrement dit cette administration de l'emploi n'est pas conditionnée pour INCITER les gens à travailler mais pour les CONTRAINDRE. Soit par la culpabilité soit par la force. Je vous passe le chantage au RSA en contrepartie d'une acceptation d'emploi à 20h. "Ca fera bien sur votre CV en montrant que vous voulez travailler" me dit ma correspondante. "Et si j'en ai marre à 40 ans d'être confiné dans des trappes d'emplois sans avenir à 20h pour 500 euros/mois?"...Pas de réponse ici parce que ce n'est pas l'objectif du pôle emploi.
Ceci est un exemple d'un cas particulier et je ne veux pas en faire une généralité. Il y a des gens pour qui ça se passe bien, qui trouve un emploi et pour qui tout roule. Tant mieux pour eux. Mais je pense être un cas particulier représentatif  parce que c'est l'esprit même du libéralisme qui m'a conduit au RSA. Pourquoi m'échiner à me lever à 5h du matin pour gagner le SMIG et faire un boulot de merde dans des conditions de travail limites, alors qu'au RSA mes revenus sont exactement les mêmes? Avec le RSA 1 euro c'est 1 euro. Avec le SMIG c'est pareil.

A un niveau plus global la main mise du libéralisme sur l'emploi est aussi criante. Sarkozy réduit de plus en plus les offres administratives. Autrement dit il ferme des portes. De plus sa politique consiste à financer des heures sups aux entreprises au détriment de l'emploi notamment intérimaire. Dont j'étais par ailleurs avant de tomber au RSA. Avec les délocalisations qui s'intensifient il ne reste plus beaucoup de possibilités d'emplois visiblement. C'est là-dessus que joue donc le libéralisme triomphant en imposant ses propres conditions d'installation aux collectivités publiques sous réserve de chantage à l'emploi. Et ça marche. C'est très grave pour l'avenir de l'emploi digne dans notre pays.
L'exemple de cette installation de plate-forme logistique sur un territoire montre que les collectivités publiques sont prêtes à se saigner à blanc pour attirer quelques emplois chez eux. Cet exemple est d'autant plus accablant qu'il vient d'un maire socialiste. Je ne lui jette pas la pierre car il est conditionné à la misère sociale de son territoire, mais ce que je regrette c'est la soumission au diktat de ce libéralisme qui créera des emplois précaires en plus.

Il est temps pour la gauche de montrer que nous pouvons incarner un autre système économique plutôt que de se soumettre au libéralisme qui au final créera de la misère sociale sous prétexte de richesse économique. En pillant un territoire de ses ressources publiques, en en dénaturant le paysage, l'environnement, ce n'est pas que la nature qu'il détruit c'est tout notre cadre de vie. Un cadre de vie indispensable à l'épanouissement humain.
Il faut donc inventer un nouveau modèle. Comment? En investissant dans l'avenir. Dans la croissance verte par exemple. Il y aurait des gisements d'emplois au moins aussi importants avec le même investissement public dans l'agriculture, dans le maintien des paysages, la sauvegarde de l'eau, la création d'exploitation des ressources naturelles du territoire: bois, algues, etc dédié à la création de nouvelles filières économiques. C'est possible si cette volonté est appuyée de plus régionalement et nationalement. Ce serait un changement profond de l'avenir de l'emploi. Non on n'est pas condamné à faire des boulots de merde, avec un salaire de merde et un objectif de merde jusqu'à la retraite. Il doit être possible d'inventer autrement l'emploi et créer les conditions d'un nouveau développement économique plus respectueux de l'emploi, du territoire, de l'humain. Ce devrait être un choix politique. La gauche ne doit plus cautionner cette dérive libérale. Elle doit se lever!

A cet égard la région Poitou-Charentes, au hasard, se bat pour faire émerger une autre filière économique et pour créer d'autres conditions d'emplois. Voyez ici l'exemple de la Nouvelle fabrique écologique à la place d'une usine détruit par le libéralisme mondialisé.
C'est ça le message que doit porter la gauche pour le pays. Non nous ne sommes pas dans une logique de soumission au libéralisme et oui nous préférons dépenser les ressources publiques pour créer des emplois dignes et contribuant à l'amélioration de notre cadre de vie, plutôt que de nous vendre au libéralislme triomphant qui ne nous le rendra pas. Ce combat pour la qualité de l'emploi sera le combat fondamental contre la droite. Même s'il ne sera pas le seul car nous l'avons déjà gagné en 2007. Ségolène Royal avait fait 58% sur les actifs, les jeunes. Sarkozy l'avait battue chez les inactifs et laminée chez les retraités. On se rend bien compte depuis 2007 que cette politique sarkozyste augmente le mal-être chez ceux qui ne s'en sortent pas et ont des difficultés d'emploi. N'oublions pas d'en changer en 2012.





Les liens connexes à ce billet sont dans ce Pearltrees:
 La main mise sur l'emploi du libéralisme  

Publié dans Politique

Commenter cet article