La différence Royal.

Publié le par Asse42

22777_272971927946_718072946_3564535_3313305_n.jpg

Hier soir on a pu voir toute la différence de Ségolène Royal avec le monde politique traditionnel. Une différence qui permet de mieux comprendre pourquoi elle est si méprisée par les médias, par les élites, par les intellectuels, parl es grands idéologues etc. D'ailleurs Cohn-Bendit en a été la parfaite caricature puisqu'il a commencé par employer un ton condescendant vis-à-vis de Ségolène Royal voulant montrer ainsi tout son côté professoral sur l'écologie, et incarner ainsi le "sachant" face à la "populiste" Ségolène Royal qui se ferait mousser sur l'écologie. Malheureusement pour lui c'est tombé à plat parce que la différence Royal s'exprime par la preuve.

En voulant donner des leçons d'écologie à Ségolène Royal DCB a voulu engager le débat sur le point fort de la propagande sarkozyste vis-à-vis de Ségolène Royal: son manque de crédibilité. Pour caricaturer dans ce milieu on l'appelle Mme la com ou la populiste ça fait bien et ça classe direct la politique. Ségolène Royal est directement mis dans une case et le grand manitou, le grand communicant, le leader politique qu'est Cohn-Bendit allait démontrer à la face de la sarkozie qu'il allait balayer Ségolène Royal d'un revers de main. Le pauvre...Il est mal tombé.
Ségolène Royal contrairement à ce que laisse croire la propagande ne se fait pas mousser et elle s'appuie sur des résultats concrets. Certes elle met en avant sa politique mais qui d'autre le fait à part elle? Elle peut donc regarder droit dans les yeux les différents intervenants politiques puisqu'elle fait ce qu'elle dit. Tout ce que propose Europe Ecologie est appliquée déjà en Poitou-Charentes. Avec ses moyens certes mais l'esprit y est. La transformation écologique de l'économie est déjà en route depuis 2004 et va s'amplifier naturellement à l'avenir. Alors pourquoi vouloir lui chercher à tout prix la petite bête comme si DCB incarnait l'élite politique? Ségolène Royal a déjà fait la preuve à son ministère de l'écologie et a un plus par rapport à DCB l'expérience de terrain. Pendant que les grands penseurs de la politique nous pondent des théories plus ou moins fumeuses, Ségolène Royal consulte le terrain. Ça fait toute la différence!

La passe d'arme sur la taxe carbone a été un grand moment de TV pour bien montrer deux visions de la politique. DCB qui s'appuie sur les sachants, sur les élites, sur les expériences extérieures mais sans les analyser et qui s'appuie sur l'expérience des proposants. "Vous vous rendez compte Mme Royal, Michel Rocard un grand socialiste premier ministre!" Et oui elle s'en est rendue compte mais ça ne l'a pas fait dévier de sa pensée parce qu'elle s'appuie sur le bon sens de terrain. La taxe carbone ce n'est pas aux citoyens de la payer mais aux grosses industries polluantes qui font des milliards de bénéfices! C'est ça une fiscalité écologique. Ensuite on la couple avec des bonus de TVA sur les produits verts et ainsi on développe au fur et à mesure une consommation éco-responsable. Ce n'est pas parce que l'ensemble des idéologues du monde disent taxe carbone qu'on doit les suivre comme des moutons. Ca c'est du populisme. Le pire, celui qui au nom de valeurs repeintes en verte fait croire que pour la planète il faut faire souffrir encore plus le peuple.
L'environnement c'est une volonté politique, on l'a ou on ne l'a pas. Et on voit bien que ce ne peut être que de gauche. La droite est trop soumise aux lobbys industriels et financiers qui lui font sa campagne pour les combattre ensuite.

Enfin la différence Royal s'exprime dans la globalité de sa vision. Elle a une vision holistique de la politique. Pour elle tout se tient et ne peut donc prendre une mesure sans en détailler les conséquences pour l'ensemble de la société. C'est tout le contraire du populisme même si elle s'appuie sur le bon sens populaire et pragmatique. Sarkozy c'est le type même du populiste puisqu'il annonce des mesures sans queue ni tête et quitte à se désavouer un mois après ,parce qu'il ne réfléchit pas aux conséquences de ses décisions. Et pire il s'en fout. Il a été élu pour mettre en œuvre une politique antisociale il l'assume. Ségolène Royal c'est tout l'inverse, depuis 2004 elle montre que l'on peut faire une politique différente tout en étant en prise avec les citoyens. Et elle le fait par la preuve. Le résultat est son plebiscite régional.  Un plebisicite que le ministère de l'intérieur a tenté de noyer dans les statistiques, c'est dire si Ségolène Royal est dans le vrai face à cette droite populiste et dangereuse.
Qui d'autre à gauche peut se vanter de son bilan et dire moi je propose ça puisque je l'ai testé et ça marche? On entend Aubry se glorifier de ses mesures à Lille? Et Hollande il met en place ce qu'il dit dans ses discours sur son territoire? Et DSK il a fait la preuve au FMI que c'était un socialiste ou il suit la même ligne qu'avant? Alors bien sûr Ségolène Royal dérange parce qu'en plus de ne pas attaquer ses petits camarades , alors qu'eux ne s'en privent pas se croyent ainsi plus intelligents, elle montre qu'un autre projet de société est possible, un projet de société qui prend en compte l'humain dans sa réalité et ça c'est toute sa différence.

Les liens utilisés pour ce billet sont dans ce Pearltree:
 La différence Royal.  

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article

Elie Arié 27/03/2010 14:18


À tous les ségolènistes attachés à ce qu'ils croient être "la personnalité" de Royal:
 L'image que nous nous faisons de la personnalité des candidats est un mélange de celle qu'ils cherchent à donner d'eux-mêmes et de celle que cherchent à donner d'eux leurs
adversaires: c'est une bataille de stratégies de com, et il faut être très naïf pour s'imaginer que l'on connaît leur personnalité réelle.

Que dire du peu que je sais de sa personnalité, étant entré au PS à peu près en même temps qu'elle, en 1974, et y étant resté 30 ans?

Quelqu'un de très intelligent, de très ambitieux, de très dur, ne disant même pas bonjour à ceux qu'elle estimait ne pouvant lui être d'aucune utilité, n'ayant pas réussi à percer dans l'appareil
tout en réussissant tout de même à être deux fois Ministre ce qui n'est pas rien.

Bref: un profil normal de politique ambitieuse, quoique un peu maladroite (on ne peut jamais savoir de qui on aura besoin demain) et rien qui aurait pu me dissuader de la soutenir en 2007 comme je
l'ai fait.

Mais ayant choisi de jouer la carte des militants contre celle d'un appareil dans lequel elle n'arrivait pas à percer, et s'étant ensuite laissée entraîner dans une ligne démagogique et populiste,
alors qu'une fois désignée candidate, elle aurait dû se rabibocher avec l'appareil au lieu de se le mettre à dos en disant que, pour les éléphants (dont elle faisait partie), c'était fini.Donc: une
très mauvaise stratège .


Elie Arié 26/03/2010 19:26


Très instructif et inquiétant (lire non seulement l'article, mais aussi les commentaires): quand les soutiens de Ségolène Royal veulent (sérieusement) faire des procès aux médias qui critiquent
Séglène Royal:

http://tinyurl.com/yglups2

C'est la "démocratie participative" version Corée du Nord.


Mouassi 26/03/2010 18:55


Super, je vois que le débat sur les idées, les actions réalisées et les réussites commence.
Et c'est bien sur ce terrain que nous allons devoir choir notre candidat(e).
Les primaires doivent alors avoir lieu


Asse42 26/03/2010 19:17


En tout cas elle a pris la voie Royal


cyrano 26/03/2010 18:09


Aubry a été une bonne Ministre sous Jospin, où elle a fait un grand nombre de réformes dont les 35h qui sont une avancée pour certains (certes pas pour tout le monde, faute de temps). Elle a changé
Lille : si tu connais un peu, je t'invite à t'y rendre pour voir les dernières constructions.

DSK essaie tant bien que mal d'infléchir la politique du FMI qui prend en compte une dimension sociale (voir ce qui est fait en Afrique par exemple où en Roumanie). Certes, le FMI n'est pas encore
un modèle de socialisme mais un fléchissement a eu lieu. Par ailleurs, grâce à sa réforme, le FMI va devenir plus démocratique, le prochain président étant probablement issu d'un pays en voie de
développement. De même, la Chine commence à y être bien représentée, ce qui montre qu'il prend enfin en considération l'évolution du monde.

Comme quoi, Royal n'est pas la seule à faire du bon boulot...