La dérive du journalisme politique en sarkozie.

Publié le par Asse42

sarkozy.jpg

 

 

 

 

A travers les deux affaires concomitantes touchant Jean-Luc Mélenchon et le couple Carla Bruni-Nicolas Sarkozy, on peut se faire une idée précise de la dérive du journalisme politique qui est de plus en plus dépendant du pouvoir. Auparavant avec l'Affaire Peillon contre Chabot on avait pu aussi se rendre compte que ce qui se disait sur les blogs finalement était fondé: oui la médiacratie n'est plus neutre, et est même totalement entre les mains des pouvoirs financiers, et seul le net parvient encore à faire émerger un contre-pouvoir d'information. On comprend mieux les velléités pour contraindre ce dangereux média. La loi LOPSI 2 est totalement conçue pour cela. Cela va entraîner des dérives inacceptables dans une démocratie.


A lire les compte-rendus et les commentaires sur l'affaire Bruni-Sarkozy on se dit que l'on ne vit pas dans le même monde que cette monarchie complétement déconnectée du peuple citoyen. L'acharnement à protéger le dernier filon de la story telling organisée par Sarkozy fait peine à voir. Mettre tous les moyens de l'état disponibles pour châtier les coupables nous fait doucement sourire et nous inquiète en même temps. Tout est possible en sarkozie. Pourtant le monarque nous avait déjà bien amusé avec sa réconciliation avec sa précédente ( Cecilia) le temps d'une campagne présidentielle. On se souvient même que pour en assurer la propagande il avait dû faire licencier, par son frère Lagardère déjà, le rédacteur en chef de Paris-match de l'époque: Alain Genestar. Sans que cela ne suscite la moindre petite polémique en sarkozie. En tout cas le signe était envoyé dans toutes les rédactions de France et de navarre, n'attaquez pas sarkozy! En d'autres termes il est donc fortement suggéré de relayer docilement la parole présidentielle et de laisser le couple seigneurial tranquille. La réunion des services secrets sous sa coupe, la réunion de la police et de la gendarmerie sous un seul pouvoir, la décoration d'un magistrat aux ordres,  la réforme territoriale destinée à centraliser encore plus les pouvoirs, la réforme des institutions pour accepter la main mise présidentielle sur le parlement, vient montrer la dérive autocratique de notre démocratie. Il n'y a plus qu'un seul pouvoir autorisé à mentir, à colporter des rumeurs, à prendre des gens pour des cons: le sarkozysme.


Le pire c'est que dans le même temps il existe aussi le deuxième effet kiss cool, la deuxième lame de la mise en tutelle des médias: la décrédibilisation des opposants. L'affaire Mélenchon l'illustre parfaitement. Voilà comment un journaliste peut piéger puis monter en épingle un leader politique, de gauche bien sûr, pouvant déstabiliser le pouvoir. On pense ce que l'on veut de Mélenchon on peut dire qu'il sera contre sarkozy en 2012, surtout depuis qu'il a enfin vaincu, semble-t-il, sa fascination pour sa supposée intelligence. Non ce monsieur n'a pas 6 cerveaux...Bref on sait aussi que c'est une grande gueule et donc que l'on peut, en le titillant suffisamment, déclencher une polémique prolifique. Ça a été le cas. La vidéo fait un ramdam sur le net et tout le monde en parle. Et oui tout le monde en parle mais comme ce sont des journalistes qui doivent exposer les griefs des uns et des autres on n'a qu'un seul son audible. C'est-à-dire celui qui vient des journalistes car ils sont assez cons pour être solidaire entre eux. Ce qui permet d'adouber toutes les manipulations au nom de la liberté médiatique. Certes on doit pouvoir le penser mais lorsqu'elles vont systématiquement dans le même sens cela devient malsain. Et c'est le deuxième effet de cette sarkozie médiatique.


Évidemment cette dérive on la dénonçait déjà pendant la campagne présidentielle de 2007.  On parlait même de dérive fascisante pour qualifier ce que serait le sarkozysme. On en est loin aujourd'hui? Ah qu'est-ce qu'on n'a pas entendu pour dénoncer les complotistes, les bisounours en short, ou les illuminés sectaires. Pourtant lorsqu'on regarde bien comment cette campagne a été menée médiatique ment par la sarkozie et l'actualité aujourd'hui, on peut se dire qu'on avait bien raison de craindre le pire pour notre pays. On y est. Et malheureusement cela devrait être encore pire en 2012. La peur de la non-réelection possible de sarkozie va entraîner un durcissement des mesures sécuritaires pour protéger ce pouvoir. On va connaître le pire et il faut s'y attendre. Vous pensiez vivre dans un pays démocratique? C'était l'avant 2007. Dorénavant ce sera l'abaissement au pied du monarque, de sa seigneurie, et ce ne sera plus possible de le regarder en face le dos courbé.

 

Les liens utilisés pour ce billet sont dans ce pearltree:

 Billets du 1 Avril au 15 Avril 2010

 

Publié dans Sarkozie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

JohnJohn 07/04/2010 00:58



C'est vrai que Mitterrand, l'homme à qui Royal doit sa carrière politique et pour qui j'ai quand même un grand respect, ne monopolisait pas les rouages de l'Etat. C'est vrai, les écoutes
téléphoniques pour que les rumeurs sur sa fille cachée ne se sachent pas, ça n'existait bien entendu pas. Sarkozy est aurant un monarche que Mitterrand pour le coup...



hafrit 06/04/2010 21:53



oui j'admets , tu est le seul avec qui ont peu discuter ce qui vaut comme je te l'ai deja dit un certain respect .une chose est sure ca deviens tres dur aux politiques et aux medias de mentir au
peuple grace a internet ,lopsi 2 est bien la pour controler la pensée et les idées critiques .



hafrit 06/04/2010 19:22



c'est seulement maintenant que vous le remarquez , ca me rappel mes premiers commentaires sur le blog de NVB ,ou vous m'insultiez de fou  .mediacratie oligarchique


le temps demontre encore que je m'etais pas trompes sur toute la ligne .


comme prevu de plus en plus de pleurnicheuses .


comme tous les politiques roulent pour le capital , ils ne sont que des acteurs de cette grande escroquerie de la fausse democratie , la difference je pense c'est que nous attendons plus rien
d'eux , la meilleur des solutions est l'anarchie autonome , vivre sans etat , du peuple au peuple sans nous ils sont rien ,mais l'inverse est impossible , bientot un depot de bilan mondiale , les
peuples vont echnager directement entre eux sans passe par les intermediaires politiques et financiers , du goudron et des plumes pour les politiques et financiers .



Asse42 06/04/2010 20:21



Pas moi