La Recomposition politique.

Publié le par Asse42


Il est fini le temps où la droite et la gauche était séparée par un mur idéologique. Un mur qui séparait nettement la droite libérale, moderne, entrepreneuriale, capitaliste; et une gauche socialiste, communiste, collectiviste,planificatrice. Tout cela s'est écroulé avec la chute du mur de Berlin en 1989. L'idéologie communiste s'est effondrée et avec elle une certaine idée de la gauche. La droite capitaliste devenue hégémonique en a profité pour asseoir sa domination dans les moindres strates intellectuelles de la société. A un point tel que n'ayant plus d'adversaire idéologique en face d'elle elle s'est laissée aller jusqu'à l'excès. C'est ainsi que le libéralisme capitalisme s'est transformé en libéralisme financier décomplexé. ce libéralisme financier étant la source du déséquilibre mondial que nous vivons aujourd'hui.

Les partis politiques peinent à refléter une idéologie claire car ils n'ont pas encore assumés ce qu'est devenue notre société humaine. Une société économique dominée par la puissance financière dont la monnaie en est l'arme essentielle puisque dans une société où tout s'achète et tout se vend celui qui détient la monnaie détient le pouvoir.
Les partis gouvernementaux dans les années passées ont accompagné ce mouvement libéral financier. Soit en le devançant nous faisant croire que plus il serait libre de règles il créerait de la richesse redistribuable à tous, soit en l'accompagnant de mesures sociales pour tenter d'adoucir sa puissance destructrice. On le voit le débat s'est fait à la marge et sans remettre en cause fondamentalement ce libéralisme financier.

Or le clivage est là et il est fondamental. On ne pourra pas changer durablement et efficacement la société sans s'attaquer au pouvoir monétaire et financier. Pour cela il faudra choisir son camp et c'est ce qui est en train de se passer plus ou moins consciemment dans nos partis politiques de droite, du centre comme de gauche.
La césure est maintenant à l'intérieur des partis: entre les tenants d'un libéralisme financier et les tenants d'un humanisme assumé. On ne pourra plus se revendiquer des deux. Si on veut mettre les valeurs humaines avant les valeurs financières alors il faudra rompre avec l'ordre mondial établi. Il faudra s'attaquer au pouvoir bancaire. Plus de demi-mesures, plus de louvoiement idéologique. Non il faudra trancher! Il faudra être clair dans son expression.

Certains d'entre nous vont même encore plus loin puisqu'ils se veulent anti-capitaliste. C'est une utopie louable tant l'argent ne fait pas le bonheur de l'humanité et constitue au contraire un frein à son évolution. Mais quel modèle à proposer? Et comment l'imposer? Ce sont deux questions importantes qui amènent à penser que l'on devra passer par des étapes de transition avant d'établir une société véritablement humaniste. Pourtant c'est facile à mettre en place puisqu'il s'agit juste de mettre notre commutateur personnel interne en mode ON. ON: Oui je veux être un humain. C'est pas compliqué lorsqu'on y réfléchit. Il suffit de s'écouter et de se faire confiance pour ensuite s'ouvrir aux autres.
Mais on en est pas encore là. Nous sommes encore trop engrammés pour choisir librement notre destin. Nous sommes bombardés de pressions extérieures qui bloquent notre réflexion et la formate dans un objectif bien précis.
Alors peut-être bien qu'avant d'atteindre l'humanisme nous devrons passer par l'étape du social-humanisme capitaliste qui nous fait prendre conscience que l'argent perverti notre société.

C'est donc bien pourquoi le flou semble régner dans le milieu politique puisque chacun ressent son envie d'avenir suivant ce qu'il est et non plus ce qu'on lui dit. Cette prise de conscience individuelle active la décomposition politique des partis pour les dissoudre dans le magma de la pensée humaine. Qu'est-ce qu'il en ressortira? D'autres partis? Une nouvelle conscience politique faisant tomber les murs idéologiques? C'est très possible. Nous arrivons enfin à la question essentielle de notre ère: Voulons-nous continuer à vivre en société comme cela? Ensuite tout est possible...même le meilleur.

 

Je vous encourage à visionner ce film qui explique bien notre situation actuelle et qui nous offre une piste pour l'avenir:

 

Zietgeist Addendum.

Publié dans Désordre mondial

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pat 31/10/2009 15:54


Bonjour! Contente de ce nouveau blog. C'est important de s'exprimer. On s'exprime trop à notre place. Je constate une décomposition politique, une démission de la gauche qui laisse les mains libres
à Sarkozy. Je viens de laisser un message sur Désir d'avenir où je déplore l'abandon de personnes d'un foyer africain, expulsées sans recours après avoir demandé de l'aide au maire socialiste du
19e (Madec).Le monde est de plus en plus dur, c'est encore plus frappant depuis que Sarkozy est aux commandes,les effets déplorables de sa politique commencent à être une évidence.