L'union des francs-tireurs contre les partis?

Publié le par Asse42

alliance-republicaine-copie-1.JPG

 

 

 

 

Les personnalités politiques identifiés comme étant hors appareil du parti sont de plus en plus nombreuses. Dominique de Villepin doit lancer son parti samedi prochain. Eva Joly se dit prête à se lancer dans l'arêne politique en 2012 si elle sent un soutien populaire. Jean-Luc Mélenchon pourrait estimer qu'il est plus à même de représenter le Front de Gauche que le représentant du parti communiste. François Bayrou pourrait envisager une candidature personnelle. Ségolène Royal a appelé au dépassement des partis et n'a pas renoncé à son ambition personnelle...On peut dire que le monde politique bouge et qu'en bougeant ce sont les frontières des partis qui sont soumises au risque d'éclatement.


L'élection présidentielle de 2007 aura été une révélation finalement pour les personnalités politiques. Nul besoin d'avoir un appareil politique rassemblé derrière soi pour se présenter et prétendre gagner l'élection présidentielle. Ségolène Royal était au deuxième tour sans le soutien de l'appareil du parti. Bayrou était à un niveau jamais espéré par la seule grâce de sa personnalité rassurante pour les français. Seul Sarkozy était appuyé sur un parti aux ordres et, en plus, avait l'appareil de l'état à son entière disposition. On était donc bien en configuration de deux francs-tireurs contre l'ordre établi.

Evidemment cela n'a jamais été vraiment accepté par les oligarques et les apparatchiks car par définition les francs-tireurs sont des libre-penseurs et sont donc incontrôlables par une machine à penser, ou à formater, mise en place à l'intérieur des appareils.


Pourtant même si ces personnalités politiques sont rejetées par les appareils elle n'en conservent pas moins une certaine popularité qui les maintient dans le jeu politique. Les appareils sont donc contraints de rentrer dans une action d'amour-haine avec eux pour ne pas se les aliéner définitivement tout en essayant de les récupérer. Le mot d'ordre est au rassemblement à l'intérieur du parti, à l' unité. Solidarité d'appareil...Comme si finalement le plus important était de faire gagner son parti plus que son pays. A l'intérieur des partis sous couvert de pluralité d'idées, de débats démocratiques, c'est toujours la pensée unique qui s'impose. Et lorsque par inadvertance on s'en remet aux militants on finit par décider de passer outre. Ca a été le cas au PS sur le traité européen et dernièrement sur la rénovation qui abandonne la souveraineté militante au BN. On le voit les  appareils des partis n'ont aucun intérêt à voir émerger la démocratie militante en leur sein. Trop dangereux.


L'irruption médiatique de ces francs-tireurs pose question car elle est susceptible de faire éclater ces monolithiques partis, dont les apparatchiks, à force de se coopter et de se cotoyer, partagent le même intérêt qui est de faire gagner celui qui tient l'appareil, puisque c'est là qu'est le pouvoir leur permettant d'assouvir leur ambition personnelle. Ainsi on finit par adhérer dans un parti non pour son idéologie et ses valeurs mais pour y faire carrière. Les convictions naviguant au grè des intérêts personnels.

Cette organisation d'appareil est dangereuse car elle étouffe le débat politique. Malgré l'illusion donné au débat c'est toujours l'oligarchie du parti qui mène le jeu. Comme cela pas de surprises possible... croyaient-ils jusqu'à peu.


L'intrusion de Ségolène Royal dans la machine socialiste a cassé cette machine fermée et formatée pour faire gagner son oligarchie. Ségolène Royal n'y appartenant pas elle ne devait pas être désignée. Mais son incroyable popularité auprès des militants, et la publicité médiatique l'ayant accompagnée, ont fini par faire plier l'appareil du parti. Il ne l'a jamais accepté. Et c'est pourquoi depuis cet appareil s'applique méthodiquement à ramener son franc-tireur trublion dans le jeu par la contrainte et la séduction. Il veut reprendre la main sur la désignation à la candidature présidentielle qui est la finalité du parti plus que le débat d'idées, ou la défense des valeurs. Le projet tout le monde s'en fout en fait, puisqu'on continuera à faire de toutes façons ce que font les partis au pouvoir qui se succèdent depuis trente ans qu'ils sont soumis à l'ordre mondial libéral.


C'est pourquoi les libres-penseurs véhiculent avec eux une autre image plus démocratique et plus attractive pour les citoyens. Ils donnent l'impression de sortir du moule et dont souffler un vent de fraîcheur sur la politique en apportant des idées neuves, des pratiques nouvelles, en cassant les tabous, les dogmes incrustés dans l'idéologie des partis et qui contraignent le débat public.

Mais depuis quelques temps semble s'ajouter à cette volonté de casser les dogmes une vraie différence idéologique avec les apparatchiks oligarques qui, à droite comme à gauche, nous promettent la perpétuation du système. Ces francs-tireurs amènent avec eux une éthique, une morale et des valeurs républicaines à défendre. Ce n'est pas anodin dans un monde où la pensée unique invite particulièrement les français à abandonner leur souveraineté au nom de la toute puissance anglo-saxonne. Cette reconnaissance de notre souveraineté républicaine, des valeurs qui font notre pays, peut contribuer à forger un pacte républicain entre ces francs-tireurs. Un pacte républicain qui ferait pour le coup de l'ombre aux appareils des partis notamment à gauche puisque la droite tient son candidat.


Est-ce souhaitable? Va-ton en arriver là? Ne serait-ce pas là la meilleure solution pour les français de voir enfin leur véritable aspiration pris en compte? L'analyse de 2007 montre que les français préféreront toujours le sentiment d'unité nationale à la victoire d'un camp. Or une candidature issue d'un parti est identifiée contre celle d'un camp. Sauf en 2007 où l'élection de Ségolène Royal a pu être vécue comme étant contre l'appareil socialiste.

On voit donc clairement un schéma se dessiner devant nos yeux avec des candidatures d'appareils politiques se bornant à faire gagner leur parti avant tout, et, pourquoi pas, une union des francs-tireurs arc-boutés sur une idée force: la défense des valeurs républicaine et de la morale politique. Une union aui aurait le mérite de dépasser les clivages politiques et de rassembler sur l'intérêt général des français étouffés par le carcan anglo-saxon imaginé par l'Europe. Ne serait-ce pas là le début d'un désir d'avenir pour le pays?

 

Plus de liens dans ce pearltree:

 


 

 

Partager 

Publié dans 2012

Commenter cet article

Elie Arié 13/06/2010 15:35



Ca arrive avec les mini-liens; voilà le lien complet:


 


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20100613.FAP3636/retraites-royal-denonce-une-arnaque-considerable.html



Elie Arié 13/06/2010 15:02



Royal semble avoir définitivement choisi la carte de la démagogie et du populisme, sans doute parce que c'est la seule qui lui reste: mais jusqu'où ira-t-elle, et qui peut-elle espérer conquérir
ainsi sinon l'électorat de LePen?


 


Voir:


 


http://tinyurl.com/26lmrz4http://tinyurl.com/26lmrz4


 


 



Asse42 13/06/2010 15:31



@ Elie


Ton lien sûrement très intéressant ne débouche sur rien. Autocensure?



La F.P. 12/06/2010 18:32



:-)