L'espoir de la gauche repose entièrement sur Ségolène Royal.

Publié le par Asse42

238870

 

 

 

Tout le monde le dit, à gauche, il faut changer de système. Il faut construire un projet alternatif au capitalisme pour que l'on puisse mettre en action nos valeurs profondes et communes basées sur l'humanisme. Le projet qui doit nous rassembler bien au-delà de nos clivages partisans sera de mettre en place une politique qui valorise l'humain avant les valeurs financières. Cela ne veut pas dire que l'on pourra tout se permettre financièrement bien sûr, mais que la ligne politique choisie soit le bien-être humain dans toutes les composantes de la société. Assurer la sécurité de toutes et de tous qu'elle soit sociale, économique, environnementale et physique. Voilà l'objectif d'une vision de gauche de la politique.


Seulement pour l'envisager il faut des moyens économiques et financiers. Car cela demande des investissements qui ne seront pas rentables à court terme. Pour transformer la société dans le sens d'améliorer la vie des citoyens il faudra faire des choix et donc des sacrifices. Ces choix seront d'autant plus durs à faire que l'on devra trouver des financements et que la situation de la France dont on va hériter en 2012 sera catastrophique financièrement comme après chaque passage de Mr Sarkozy à la tête de notre pays. A croire que son rôle aura été de plomber financièrement la France pour de longues années...

Pour envisager une politique humaniste donc progressiste, il faudra s'attaquer au pouvoir exorbitant représenté par les banques. Il faut savoir que les états du monde se financent auprès de banques privées qui leur applique un taux d'intérêt suivant la note que mettent complaisamment des instituts eux-mêmes aux ordres des banques! Et pire encore, le pouvoir  de créer de la monnaie est entre les mains de la banque centrale européenne (BCE), tout comme aux USA. Autrement dit les états actuellement dépendent entièrement d'un cartel de banques privées qui financent notre économie. On peut dès lors mieux comprendre pourquoi nos déficits explosent véritablement depuis la mise en œuvre de cet abandon de souveraineté monétaire au profit des banques. Il est logique que celles-ci cherchent la rentabilité à court terme. Elles vont  favoriser les crédits qui lui apparaîtront efficaces pour elles. C'est normal dans une économie libéralisée. Mais c'est moins normal lorsque l'on décide de vouloir faire des investissements à long terme avec comme premier objectif l'augmentation du bien-être humain. Dans ce cas les banques nous diront niet tout simplement. Le voilà le nœud du problème de nos sociétés occidentales, nous sommes pieds et poings liés au pouvoir bancaire.


Nous le serons d'autant plus qu'en 2012 nous serons dans le viseur de nombre d'institutions financières qui nous mettront la tête sur le billot en nous disant remboursez-nous ou on vous baisse la note financière! Ce qui consiste en fait à augmenter le taux d'intérêt dû aux banques. Ainsi chaque année nous, français, nous remboursons non pas notre dette mais seulement les intérêts dûs à la dette! Cela uniquement parce que nous avons abandonné notre souveraineté monétaire grâce à VGE puis à l'entrée dans l'euro.

Il ne reste alors que deux solutions: se soumettre au diktat financier piloté par le FMI, ou se lever contre ce pouvoir financier. La première solution c'est simple va consister à faire une politique de rigueur exactement comme en Grèce. Pour faire cela on peut très bien demander à DSK ou un autre membre de son pacte à trois: Fabius ou Aubry. Ils sauront très bien nous dire qu'ils sont soumis à des contraintes financières, qu'ils avaient un super projet de gauche mais que finalement vu les circonstances...Bref un enfumage social-libéral auquel nous sommes habitués. Il nous reste la gauche radicale qui, elle, sera plus offensive même si je ne sais pas si elle ira jusqu'à demander à sortir de l'euro. Et je ne parle pas des Verts qui sont eux-mêmes divisés en leur sein entre des écolos décroissants et des écolos libéraux comme DCB. On voit donc bien ce que sera la campagne présidentielle de 2012: l'augmentation exponentielle de la dette et des déficits va disqualifier toute tentative de la gauche de faire une autre politique. On va nous dire qu'il n'y a finalement qu'une seule politique crédible: celle de sarkozy...ou DSK.


La seule personnalité politique de gauche qui peut incarner une résistance au pouvoir financier et qui porte un autre projet crédible pour le pays c'est Ségolène Royal. Pour plusieurs raisons essentielles:


    D'abord elle n'a d'accointances avec aucun groupe financier, ni même avec un groupe de pouvoir élitistes tel le Siècle ou Bilderberg. Ce qui peut inciter à croire qu'elle ne sera pas téléguidé par une main occulte comme peut l'être un DSK par exemple.

    Ensuite elle aura le courage de le faire. C'est ce qu'elle a fait en 2007 toute seule puisque non soutenue par le parti solferinesque. Elle avait bien compris que ce qui mine la société c'est le pouvoir exorbitant des banques. Ce sont elles qui dirigent notre économie et ce sont donc elle qu'il faudra contraindre. C'est ce qu'elle proposait aussi concrètement pendant la campagne du congrès socialiste:




    Enfin elle a la vision globale d'un projet pour le pays. Tout est déjà bien clair dans sa tête. Elle a l'expérience de la campagne présidentielle précédente et elle a déjà abordé tous les sujets de société. Ainsi sur la sécurité elle peut reprendre son pacte présidentiel tout y était déjà, sur la transformation écologique de l'économie aussi, sur la nécessité du progrès social idem etc...Bien sûr il s'est enrichi depuis et il s'est adapté aux circonstances présentes. Mais les problèmes d'actualité et de société vécus par les français n'ont, eux, pas changé.

Il reste, pour être honnête, le problème fondamental que posera la construction de l'Europe telle qu'elle va actuellement. Elle est complètement dominée par une idéologie libérale soutenue principalement par l'Allemagne qui fait la pluie et le beau temps. D'autant plus que ce pays domine la BCE, et l'Euro, de sa toute puissance économique. Et pour s'attaquer au pouvoir libéral il faudra s'attaquer au pouvoir financier verrouillé par le traité de Lisbonne. Un traité auquel elle avait appelé à voter en Juin 2007. Pas pour sa logique libérale bien sûr, mais pour permettre à la France de revenir à la table européenne et pour permettre un nouveau souffle démocratique en mettant fin au traité de Nice qui rendait l'Europe ingérable. Est-ce mieux avec le traité de Lisbonne? J'en doute fortement. D'autant plus qu'on arrime notre continent, et donc notre pays, à une culture US ultralibérale de l'économie. Alors que pourra faire la gauche pour exprimer une autre vision de l'Europe? Sarkozy nous a montré l'exemple finalement En s'agitant fortement il a montré qu'il pouvait obliger les uns et les autres à bouger sur les lignes politiques, et que l'on pouvait réunir des états malgré l'Europe. Il est passé au-dessus du conseil européen pour imposer ses choix et ses partenaires. C'est donc possible si l'on a une personnalité assez charismatique et volontaire pour porter une autre vision de l'Europe et pourquoi pas monter un front du refus contre la dérive atlanto-libérale de l'UE.
Ségolène Royal peut le faire. Elle pourra le faire d'autant plus qu'elle n'aura jamais manquée à l'Europe. Elle rêve d'une Europe fédérale mais sans négation des états souverains. Elle rêve d'une Europe de la concertation, de la mise en commun des compétences plutôt que de la sotte concurrence. Si un état comme la France prend la tête de cette autre vision pour l'Europe alors tout devient possible. Même si il faudra affronter l'ensemble des puissants lobbys qui polluent Bruxelles.

Pour toutes ces raisons on peut dire que seule Ségolène Royal porte l'espoir pour la gauche en 2012. Et il sera urgent de se donner la possibilité de sortir du piège financier monté par les banques. Mais pour le réussir elle aura besoin de soutien. Soutien citoyen et populaire dont elle veut faire de la démocratie participative le levier, et soutien des autres gauches qui devront l'accompagner dans sa lutte. Ce sera à mon avis la condition sine qua non d'une victoire de la gauche en 2012. Si au sarkozysme nous opposons le social-libéralisme alors on est cuit. Il faut une vision de gauche radicale et crédible. C'est ce que porte Ségolène Royal et c'est ce qu'elle prouve directement dans sa région. De quoi avoir confiance dans l'avenir et d'espérer qu'elle prenne à pleines mains ce flambeau du combat fondamental contre le pouvoir bancaire qui plombe nos sociétés humaines.
Les liens utilisés pour ce billet sont dans ce pearltree:

 L'espoir de la gauche repose entièrement sur Ségolène Royal.

 

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article