L'ennemi du développement humain c'est l'oligarchie financière.

Publié le par Asse42

finance_1.jpg

 

 

 

Je conçois que mon titre puisse choquer ou même heurter celles et ceux qui ne jurent que par l'argent. Mais je préviens que je vais parler d'oligarchie, de corruption des élites politiques, de soumission à la toute puissance financière. Et pour vous parler de cela je m'appuie, entre autre, sur cette audition de Simon Johnson devant le Sénat américain le 21 Avril 2009. La traduction ayant été faite par l'excellent site Contre-info qui publie des infos et des articles que vous ne trouverez pas dans vos médias traditionnels. Je précise que ce monsieur, Simon  Johnson,  est un ancien économiste en chef du FMI. Autrement dit ce n'est ni un bisounours, ni un illuminé, ni un complotiste.


Ce qu'il nous dit dans ce billet ne surprendra pas ceux, de plus en plus nombreux, qui se posent la question: A quoi sert la finance? Qu'apporte-t-elle de positif au développement humain? Et bien ce monsieur nous dit très clairement que la finance a conquis et ruiné l'amérique. Il doit savoir de quoi il parle. Il date la dérive du système financier des années Reagan qui ont commencé la dérégulation et pointe du doigt les années Clinton, qui ont ouvert les portes en grand sans réguler ce que faisait la finance.

Pour quel objectif? Mais pour faire de l'argent bien sûr! Pour s'enrichir et donc acquérir un pouvoir dans la marche du pays puis du monde. Tout simplement. Cette dérive s'est encore accentuée ces dernières années notamment en Europe puisque celle-ci est dominée par cette idéologie ultralibérale qui consiste à favoriser les flux financiers par tous les moyens et à faire contrôler leur "moralité" par eux-mêmes! Voyez ce qui se passe en Grèce où les marchés financiers ont fourni des moyens d'opacité financière à la Grèce, sous la droite conservatrice, avant de les dénoncer lorsque la gaucher revient au pouvoir mettant ainsi le pays entre les mains des prédateurs financiers. La Grèce est un coup d'essai. Gageons que si personne ne réagit alors la finance s'attaquera à de plus en plus de pays car elle est mue par un moteur puissant: la fascination de l'argent.


A quoi sert la finance internationale?


Au départ les banques servaient de courroie monétaire entre l'état et les citoyens. L'état fixait les règles et les banques faisaient leur métier: garder et prêter de l'argent. Malheureusement elles ont acquis leur indépendance en 1913 aux USA. C'est ainsi que la Fed Reserv US est devenue un cartel de banques privées chargé de valider l'économie américaine. Ce cartel n'a eu de cesse que d'obtenir les mains libres pour se développer et mettre ainsi la main sur le pays. Car qui détient l'argent détient le pouvoir.

L'argent n'est donc plus entre les mains de l'état, donc des citoyens. La capacité de créer la monnaie et de fixer les taux d'intérêt des crédits a été laissé entre les mains des financiers qui ne se sont pas gênés pour prélever leur marge et chercher le profit. Et le profit on le cherche dans des temps favorables. Ces temps favorables pour le profit ne sont pas les mêmes que les temps de l'humanisme. Car la finance pour prospérer doit prêter de l'argent ,un paquet d'argent, puisqu'elle s'engraisse sur les taux d'intérêt. Et quelles sont les conditions favorables où les états ont besoin massivement d'argent? Et bien pour financer une guerre par exemple. Cela a toujours été le problème de nos dirigeants de tout temps. Trouver le financement pour leurs rêves de conquête. Alors peut-on dire que la soif du profit financier a influé sur le cours meurtrier de l'histoire? Je le pense franchement.


En regardant bien le développement de la finance on ne peut que s'étonner de son importance prise au détriment de l'économie réelle. La finance a fini par dépasser l'économie puisqu'il est plus facile de s'enrichir en jouant en bourse qu'en créant des entreprises. C'est le système dans lequel on est. La délocalisation des entreprises ne provient que d'une volonté d'un trader au service d'un gros ponte de faire son bénéfice de suite sans attendre. Les conséquences sur les humains concernés? Aucune importance. L'argent prime sur tout.

Les mécanisme financiers mis en place depuis le début finissent par étonner le quidam moyen. A quoi sert les Opa sur les entreprises? A quoi sert les warrant et autres Wasps inventés par les instituts financiers? A qui profitent-ils? Et bien pas à nous. Nous le peuple citoyen dans sa grande masse. Non les profits financiers profitent à une petite élite d'oligarque qui a ensuite assez de fric pour financer la campagne d'un politique et attendre ainsi de lui un juste retour des choses une fois au pouvoir. Le fouquet's ça ne vous rappelle rien? De plus les financiers de par leur puissance ont pris le contrôle sur l'économie. Ils ont pris des parts dans les entreprises les plus florissantes et contrôlent ainsi les grosses compagnies. Qui siègent aux conseils d'administration des multinationales? Toujours les mêmes. C'est la même caste qui brasse des millions, des milliards, et qui donc font la pluie et le beau temps de la politique économique. Enfin elles ont fini par mettre la main sur l'éducation de nos élites, les grandes écoles et les médias. Il faut y mettre un terme. Brutalement.


Regardez ce qui se passe en grèce, les financiers n'hésitent même plus à s'attaquer à un pays souverain. Ils sont plus puissants que lui! Ils ont le pouvoir de vie ou de mort sur les peuples. Là ils font du chantage pour réclamer leurs profits après avoir été les instigateurs au départ de la mauvaise santé financière de l'économie grecque! Ils peuvent tout se permettre ils sont seuls au monde. Plus personne ne peut contrôler ces élites qui sont déconnectés du monde réel et qui ne regardent que le niveau de leurs actions. Ce niveau d'action qui s'ajuste au prix de vies humaines déchirées, abandonnées , meurtries.

Il nous faudra donc un pouvoir politique fort et convaincu pour s'attaquer à cette élite financière et décider de nouvelles règles, voire éradiquer la finance de l'économie! Il faudra peut-être aller jusque là. Et d'abord commencer par limiter leur capacité de nuisance en définissant des produits, des secteurs, des marchés non soumis à spéculation. En spéculant sur la nourriture, sur l'eau ils sont à l'origine de catastrophes humanitaires mondiales.


Alors la gauche, si elle veut dire encore quelque chose, doit avoir comme projet de départ de stopper la dérive financière. Avec des volontés exacerbées. Nos dettes, nos déficits ne sont que du vent, que du papier. Ce n'est que le résultat des taux d'intérêts versés aux banques. Ni plus ni moins. Exigeons leur disparition pour commencer par assainir nos finances et on y verra plus clair. Nous n'aurons alors plus aucun soucis pour financer nos retraites, nos services publics, nos acquis sociaux. C'est la base pour concevoir un avenir meilleur. C'est la base d'un projet de gauche et seule cette volonté sera suffisamment porteuse de désirs d'avenir pour l'humanité. Tout le reste ne restera que du vent politique et rien ne changera pour nous.

C'est pourquoi je suis convaincu de l'utilité d'un mouvement citoyen et de la démocratie participaitve pour lui permettre d'être insitutionnalisé et ainsi de participer aux grandes décisions prises en son nom. Ne laissons plus le pouvoir entre les mais d'élites qui ne peuvent être que corrompues. Qui voudrait vivre comme nous franchement? C'est pourquoi je ne epux croire ne la sincérité, pour la gauche, d'élus politiques à la tête de puissances financières ou côtoyant dans des réunions, des clubs, des cercles ceux qui détiennent le pouvoir de notre société. C'est pourquoi je crois en Ségolène Royal. Tout simplement. Ils nous appartient maintenant à nous citoyens de lui donner assez de force, et de courage, pour concevoir cet projet et la soutenir une fois au pouvoir. Car il ne s'agira pas de tsimplement axer les banques mais de s'attaquer directement au système financier mis en place depuis plusieurs siècles. C'est dire l'énormité de la tâche pour quelqu'un qui n'a pas le soutien des citoyens. C'est sûrement un de nos derniers espoirs démocratiques avant le chaos...

 

Retrouvez plus d'infos, plus de liens dans ce pearltree:

 L'ennemi du développement humain est l'oligarchie financière.

 

Publié dans Désordre mondial

Commenter cet article

Paneloux 27/04/2010 09:23



Arrête de copier ta cheftaine qui fait semblant de croire à la simplicité des problèmes financiers posés.


Leur complexité est manifeste et surtout, il n'existe pas de structures internationales aptes à être au même niveau de connaisance et de pouvoir que celui des entreprises financières en
action.


Le capitalisme intégral fonctionne sur ces bases qui lui conviennent et la gauche ne sait pas comment dire sa perplexité et son absence de solutions défendables.


Cet état de fait ne doit pas favoriser le populisme de gauche auquel Royal n'est pas la seule à mal resister.



Asse42 27/04/2010 10:11



Déjà ce n'est pas ma cheftaine et je n'ai pas la chance de me mettre du côté du pouvoir ou des puissants comme toi puisque tu sembles trouver que le capitalisme vit bien. Pas moi. Je le pense
dévoyé par la finance et je le dis.


Tu es libre de penser différemment mais essaye de te reposer sur tes propres arguments et pas sur la facilité de toujours vouloir rabaisser son interlocuteur.



Paneloux 26/04/2010 11:30



"Nos dettes ne sont que du vent. Ce n'est que le résultat des taux d'intérêts versés aux banques. Exigeons leur disparition pour commencer par assainir
nos finances. Nous n'aurons alors plus aucun soucis pour financer nos retraites, nos services publics, nos acquis sociaux. "


Simplifier à ce point  la complexité bénéfique de notre monde est un crime qui vise la démocratie.


Même la question de la dimension nécessaire à la réalisation des problèmes n'est pas abordée.


Heureusement, nous n'aurons jamais à voir l'application d'un tel plan!



Asse42 26/04/2010 14:50



@ Paneloux


Oui je simplifie exprés parce que la finance c'est hyper simple. Elle se gargarise de termes hyper techniques pour nous enfumer mais en fait il faut tarir la source. Et la source c'est laisser la
création monétaire à des banques privées qui ont ensuite tout le loisir de fixer leur propre taux d'argent et de prêt. Ce sont elles qui prêtent aux états et avec des intérêts. Les intérêts c'est
ce que le France rembourse chaque année.


Donc je dis très clairement que puisqu'il y a une crise financière organisée par ces mêmes banques, on accepte de les renflouer mais en remettant à zéro les dettes vis-à-vis de ces banques. C'est
le bon moment pour agir parce que sinon on aura jamais une politique humaniste , ni même l'espoir ce qui est encore pire pour l'humanité non?



rauscher 26/04/2010 11:10



Félicitations, très très intéressant. Puis-je le publier sur mon blog en te citant naturellement !


salut et fraternité


andré



Asse42 26/04/2010 14:46



Merci André. Oui bien sûr.