Je voudrais être fier du parti socialiste!

Publié le par Asse42

vote-democratique-PS-jpg

 

 

 

Certes je ne suis qu'un jeune militant socialiste puisque j'ai adhéré à ce parti le 10 Mai 2007. J'ai adhéré suite à la magnifique campagne menée par Ségolène Royal au nom du parti socialiste, de la gauche et du pays. Pour autant je n'ai pas la sensation d'être moins socialiste que d'autres qui y sont depuis de nombreuses années. Que chacun se souvienne pourquoi il a adhéré un jour au parti socialiste. Quel a été l'événement déclencheur de son engagement? Beaucoup sont rentrés en 1981 ou en 2002 qui sont des dates marquantes dans l'histoire de notre parti. Moi donc c'est depuis 2007 qui est aussi une date marquante parce que pour la première fois une femme était en capacité de diriger notre pays. Cela a aussi compté dans mon engagement puisque je peux trouver moults arguments pour commenter pourquoi le gouvernement par des hommes finit par lasser tellement il manque souvent de hauteur de vues et consiste à défendre son pré carré au détriment d'un idéal plus grand que n'importe quel lobby: le bien -être humain. J'aimerais bien voir une femme montrer que l'on peut appréhender les problèmes d'une société autrement. Je crois qu'on en a fichtrement besoin pour monter d'un cran.

 

J'ai adhéré au parti socialiste parce que Ségolène Royal m'en a fait découvert la richesse des valeurs, des grandes figures illustres de son passé, et la grandeur de son histoire sans jamais l'enfermer dans une doctrine ratiocinante telle une momie entourée de bandelettes doctrinales qui le corsèterait et l'empêcherait de se projeter dans l'avenir. C'est cette vision pragmatique et réaliste du socialisme qui m'a séduit. J'ai pu voir ce que cela pourrait donner concrètement et elle permet de lutter contre celles et ceux qui veulent enfermer le socialisme dans un communisme pur et dur. En remettant le socialisme dans l'idéal républicain elle a réinscrit le parti socialiste dans la vie nationale de notre pays. En en revendiquant ouvertement les symboles elle a montré que le socialisme n'était pas honteux de notre patrie républicaine, et même qu'il en avait été à l'origine. Le socialisme est républicain. Fondamentalement. Les valeurs de Liberté, d'Egalité et de Fraternité sont directement inspirés du socialisme. Qui peut le contester?

 

C'est donc avec cet idéal chevillé au cœur que j'ai adhéré à mon parti et que j'ai fait connaissance de ma section. Je ne parlerai pas de ma section parce que j'en suis heureux et fier d'y appartenir. Non je parlerai du fonctionnement politicien de notre parti.

Oui il y a des apparatchiks dans ce parti et oui ils peuvent être utiles si ils mettent leur ambition au service de leurs convictions et de ce qu'ils croient justes. Malheureusement ce n'est pas toujours le cas. Certes nous sommes tous socialistes mais qui peut ignorer que nous défendons à l'intérieur de ce parti,de multiples et diverses branches de notre histoire? Certains défendent l'ouvriérisme, d'autres le social-libéralisme. Personne ne pense que DSK ou Emmanuelli c'est la même chose. Pourtant ils sont présents au parti socialiste pour essayer de faire gagner leurs idées et c'est respectable tant que le débat reste démocratique et que tout le monde puisse s'exprimer.

 

La plus grande faiblesse de ce parti c'est qu'il est totalement orientée vers les présidentielles tout en en refusant énergiquement la preuve! Tout le quinquennat est organisé pour faire gagner la candidature de l'une ou de l'autre. On parle plus places à prendre que débats de fond. On fait grimper ses amis sur les listes, on fait descendre ses adversaires. C'est tout un jeu politique qui n'a plus rien à voir avec la noble politique c'est de l'organisation politicienne pour peser ensuite dans la désignation à l'investiture. Paraîtrait que c'est inhérent au fonctionnement des partis. Certes. Mais les autres partis acceptent ensuite d'élire démocratiquement un chef, un leader, chargé d'incarner un projet validé par la majorité des militants. Ce n'est pas le cas au sein du parti socialiste où la proportionnelle intégrale empêche justement tout choix clair.  Il faut au contraire chercher le plus petit commun diviseur. Ce fonctionnement est mortifère car il conduit à des manoeuvres politiques pas toujours dignes pour se mettre en avant et prendre la place d'un autre.

 

Maintenant j'ai bien conscience de la puissance de feu d'un parti en politique. La richesse humaine militante et des sympathisants ainsi que la puissance matérielle sont des instruments indispensables pour mener une campagne. Et la mener pour la mère de toutes les batailles politiques sous la Vème république: la présidentielle.

Nous avons plusieurs candidats de talents à revendiquer l'investiture présidentielle. Ils ont le droit. L'ambition ,l'ego est indispensable en politique sinon on disparaît. Politique c'est un rôle public. Il faut aimer se mettre en avant et assumer la célébrité dans un sens ou dans l'autre. Nous allons donc devoir choisir entre plusieurs candidats et nous allons devoir le faire démocratiquement. C'est indispensable aux yeux de l'opinion. Reims doit rester comme la caricature de ce qu'on ne veut plus voir en démocratie. Comme le sarkozysme. Donc j'aimerai que mon parti organise le plus démocratiquement possible cette période des primaires. Il doit nous faire honneur ainsi qu'au pays. Déjà en 2006 elles étaient très intéressantes mais réservées à 200 000 privilégiés. Il faudra donc s'ouvrir. J'ai la nette sensation qu'elles se passeront entre nous. Cela ne doit pas nous empêcher de commencer déjà à chercher des convergences avec l'ensemble de nos partenaires du gauche, et du centre!, pour acter ensuite le ralliement au deuxième tour si nous ne parvenons pas à l'imposer dès le premier.

 

Bref c'est un grand moment qui va s'ouvrir pour notre parti. A lui de faire en sorte de donner envie. Martine Aubry et son équipe seront garant du respect démocratique et du bon fonctionnement. Je peux leur dire qu'on ne leur pardonnera aucun manquement à l'éthique et au respect. Que ce soit envers les leaders politiques comme envers les militants. On veut participer, on veut être consultés et respectés. Comme tout un chacun au sein de ce parti qui se veut humaniste. Alors montrons l'exemple. Oui les débats seront chauds entre nous. Oui nous avons des divergences de vues entre les uns ou les autres. A nous, l'ensemble du PS, de les accepter sans chercher à rabaisser ou à dénigrer l'adversaire. Débattons sur le fond! Nous avons failli à Reims nous n'aurons pas droit à une deuxième chance.

Je veux pouvoir espérer être fier d'être socialiste pendant ces débats et fier de mon parti. C'est le vœux que je fais après cette éclatante victoire régionale. Les citoyens nous attendent soyons à leur hauteur.

Publié dans parti socialiste

Commenter cet article