J'espère que Ségolène Royal va sortir de la social-démocratie.

Publié le par Asse42

reze-segolene-royal-martine-aubry.jpg

 

 

 

Ségolène Royal est attendue demain dans une émission politique où elle aura le temps de s'exprimer et de faire valoir sa vision. Dans le même temps on apprend qu'elle s'est fortement rabibochée avec Martine Aubry et moi ça m'inquiète. Non pas que Martine Aubry soit le diable, mais de la pensée social-démocrate qu'elle véhicule représentant ainsi la totalité du parti solferinesque. Ségolène Royal est-elle aussi dans cette voie-là?


Franchement j'attends ce moment avec une pointe d'appréhension. J'ai peur d'être déçu. Car le monde change, la politique change, l'Europe doit changer. Et j'ai peur que sur cette question, pourtant importantissime pour envisager un programme politique, Ségolène Royal soit sur la ligne social-démocrate. Parce que cette ligne c'est le passé et elle est mortifère contre les peuples.


Voilà ce qu'il en est actuellement: Nous avons construit par la force une zone euro alignée sur une monnaie forte comme l'était le mark. Cette monnaie est une catastrophe pour tous les autres pays qui n'ont pas la même puissance, et la même structure économique que l'Allemagne. Même nous, la France, nous sommes structurellement en déficit avec cette politique d'une monnaie forte. L'euro est invivable entre des économies de puissance aussi disparate et c'est une hériésie que de vouloir y rester!

Cette volonté à tout prix, véhiculée par la social-démocratie, nous condamne au cercle mortifère de l'accumulation de dettes et à la rigueur pour les peuples. Bref on nous met en droite ligne dans le piège sarkozyste. Pourquoi envisager de changer un gouvernement qui fait exactement ce qu'il faut pour ne pas sortir de l'euro? Comme le dit DSK il ferait pareil pour le pays. C'est une catastrophe pour les peuples.


Le plan qu'on a voté pour soutenir la capacité de la Grèce à rembourser sa dette est une hérésie! Nous, français, allemands on va voter des milliards pour rembourser les dettes dues aux banques! Et dans le même temps on nous demande de nous sacrifier pour quelque milliards manquant sur les retraites? N'est-ce pas scandaleux que de voir que des milliards on en trouve toujours pour les banques jamais pour les peuples? Si on reste dans l'euro on va être enchaîner à ce système. Il faudra rembourser les dettes de l'Espagne, du Portugal, de l'Irelande puis la nôtre etc...On va faire comment? On va nous demander de baisser nos salaires? de renoncer à toute protection sociale? A tout investissement public pour que l'on puisse rembourser les banques que l'on vient de sauver? Mais on devient fou là! On veut la révolution...


Cette social-démocratie est complètement sur ce dogme européiste à tout prix. Elle ne voit pas le piège et dit qu'il faudra essayer de trouver des mesurettes pour le réguler...mais si on ne sort pas de ce système on ne pourra pas le faire. On sera soumis au bon vouloir des banques elles-mêmes soumises au bon vouloir des banques US qui elles créent des milliards de dollar sans effort. Ils s'en foutent de leur déficit eux. Pas nous parce que nous n'avons plus la souveraineté monétaire. Autrement dit nos finances publiques sont entre les mains des banques privées. Et ceux qui croyaient que cela n'avait rien à faire en sont pour leur frais. On voit bien que ces banques peuvent exiger des garanties sur leurs emprunts et mettre la pression sur les gouvernements pour qu'ils fassent du sarkozysme! Non-remplacement de fonctionnaires, modération salariale (pas pour tout le monde hein?), baisse des protections sociales, gel des investissements publics...partout en Europe c'est la même potion amère infligée aux peuples par la social-démocratie! DSK au FMI, Socrates au Portugal, Zappatero en Espagne, Papandreou en Grèce. Cette social-démocratie qui a favorisé cette Europe libérale se trouve coincée à son propre jeu. Car elle n'aura pas le courage de dire qu'il faut en finir avec cette zone euro et même avec cette construction européenne qui se fait loin et contre les peuples. Une UE totalement soumise aux lobbys comme on le voit avec le vote sur les OGM, sur la santé, sur les services publics, ...sur tout en fait. Et voilà même qu'il est envisagé qu'elle vérifie en amont les budgets des états europée!ns? De quel droit démocratique? Voir Montebourg approuver cette mesure montre que cette social-démocratie nous trahira au nom de son dogme.


Non ce n'est pas le début d'une gouvernance européenne puisqu'elle se fait par l'ordre mondial libéral. Que dira la commission a un pays qui veut faire une politique socialiste donc d'investissement public? Vous ne pouvez pas parce que vous êtes endetté? C'est ça qui nous attend. Voilà donc la situation.

La solution est de dire comme Dupont-Aignan,  de sortir de l'euro en la gardant comme monnaie de réserve pour les échanges bancaires intra-européennes mais revenir aux monnaies nationales pour que nous puissions jouer dessus suivant notre compétitivité. La Grèce ne peut que dévaluer sa monnaie pour s'en sortir. Or l'euro l'interdit. C'est impossible d'y rester. Et c'est peut-être l'Allemagne qui en sortira avant nous, blasée de payer pour les dettes de tout le monde...


Voilà ce qu'est la vision social-démocrate de l'Europe. Un dogme européiste qui est une utopie. Il n'y a aucune envie il me semble pour les peuples d'abandonner leur histoire pour se fondre dans une soupe européiste atlantiste. Le français n'est pas l'allemand qui n'est pas l'italien qui n'est pas l'espagnol etc...Prétendre le contraire c'est de la pure démagogie européiste. Une démagogie qui nous mène droit dans le mur. Ségolène Royal cautionne-t-elle cette vision européiste? Ou pense-t-elle qu'il est temps de forcer le destin pour une autre Europe comme d'autres républicains le pensent. Une europe plus respectueuse des peuples, une Europe confédérale qui pourrait se construire à la carte suivant les objectifs de chacun. Et non par la force comme veulent nous y mener la droite et la social-démocratie.


J'avoue que j'appréhende beaucoup la réponse de Ségolène Royal sur ce qui se passe en Europe. Parce que ce sera déterminant pour la suite et pour elle.

 


 


Partager 

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article

David CABAS 05/06/2010 19:50




Face au chantage de l'empire financier :


 


Crise des « subprimes », crise bancaire, accélération de la destruction de l'agriculture, de l’industrie et des emplois. Puis aujourd’hui crise de l’euro, crise de la dette publique des
États, destruction du service public, chantage sur les retraites. Sans oublier les divers plans injustes pour sauver les banques !


 


Nous devons nous organiser et nous mobiliser massivement pour demander à faire la lumière sur la crise financière en convoquant immédiatement une commission d'enquête parlementaire !


 


Nous ne devons pas faire le choix de la défaite ! Alors rejoins moi sur mon groupe facebook : http://fr-fr.facebook.com/group.php?gid=104166076293247&ref=ts


 


David CABAS


david.cabas.over-blog.fr