Face au mondialisme les idéologies politiques ont explosées.

Publié le par Asse42

dessin-liberalisme.jpg

 

 

 

 

On prétend encore faire la différence par le débat d'idées. On nous dit, on nous sommes même, d'exposer nos idées à la critique pour prétendre accéder au pouvoir. Quelles sont vos idées? Sont-elles crédibles? Sont-elles financées? Ah le gros mot enfin lâché. Car tout est là et est de fait le nœud du problème politique mondial et des crises multiples qui le secoue: le financement. Cette domination de l'idéologiqe financière sur le monde a fait exploser toutes les idéologies politiques diverses. Il n'y a plus que deux chemins: ceux qui suivent et se conforment, tant bien que mal, à cet ordre mondial et les autres, qui entrent en résistance comme actuellement en Amérique du Sud.

Evo Morales, Bolivie, vient de nationaliser des compagnies d'électricité étrangères qui faisaient la pluie et le beau temps dans son pays en aggravant les conditions de vie, déjà difficiles, de sa population. Montrant ainsi que le libéralisme laissé entre les mains de groupes privés n'amenaient pas le bien-être humain. Bien au contraire.


Il y a donc une idéologie dominante qui agit pour l'intérêt du commerce, du libre-échange des biens et des flux financiers mais pas pour celui des humains. Cette idéologie est appuyée sur le pouvoir financier qui détient donc le nerf de la guerre. En face on trouve les résistants. Il ne s'agit plus ici de communisme ou de socialisme mais de sauver sa peau tout simplement. Comme on peut et avec les moyens du bord. Et les moyens peuvent être important car par exemple deux pays en résistance, Bolivie et Venezuela, ont des ressources naturelles dont le mondialisme ne peut se passer. Le compte à rebours pour fomenter un coup d'état et remettre la "démocratie" au pouvoir dans ces pays est sûrement en marche vous ne croyez pas? Ne parlons pas de malheur...


L'idéologie dominante que certains appellent le Nouvel Ordre Mondial, d'autres le mondialisme, est appuyé sur une idée fixe: faire des bénéfices. Il ne faut pas croire un seul instant que les institutions financières du monde agissent pour un objectif autre. Nous ne sommes plus des bisounours n''est-ce pas? Donc détenant le pouvoir absolu, celui de l'argent, elles ont pu construire leur idéologie mondialiste appuyée sur de beaux principes démocratiques et humanistes, et véhiculées par l'élite mondiale. Celle qui se retrouve dans les grandes écoles et dont on finance les études en leur permettant ainsi d'accéder au pouvoir dans leur pays. Il suffit de pas grand monde pour contrôler l'idéologie d'un pays.


Prenons un exemple qui nous va bien: la France. Admettons que sois donc un convaincu du mondialisme et que je concoure dans l'élection présidentielle de mon pays. Je cherche d'abord à financer ma campagne et je me tourne donc plus particulièrement vers les grands princes du mondialisme qui se feront une joie de financer ma campagne. Auparavant j'ai bien pris soin de placer tous mes pions, mes frères et amis, à la tête des médias montrant s'il le faut ma capacité de nuisance en faisant évincer un grand ponte d'un journal qui m'a manqué de respect en rappelant que j'étais séparé de ma femme. Enfin regardons bien qui nous avons en face. Une femme, seule. L'oligarchie du parti socialiste qui est mondialiste sait que de toutes façons la défaite est inévitable, les puissances en jeu ne sont pas comparables. La candidate socialiste n'a aucune capacité de faire pression pour rétablir les faits à son avantage, pour diffuser son message et pour contrer cette idéologie mondialiste. Elle est donc prisonnière entre les mains de cette éditocratie toute entière tournée vers le mondialisme. Résultat? Ce fût quand même plus dur que prévu. Elle s'est battue avec courage, elle s'est accrochée et elle a même réussi à soulever une ferveur populaire. C'était sa seule chance et elle l'a saisie. Et il a fallu au mondialisme utiliser toute sa puissance pour gagner. Quitte à déstabiliser au plus prés de la candidate en retournant ses soutiens ou au moins en les éloignant d'elle.

Voilà donc comment le mondialisme gagne dans notre pays, dans un pays dit démocratique.


Le mondialisme a une vision politique très claire: un monde unipolaire. Dominée par un pôle qui serait donc les USA. Première puissance militaire, économique, et financière du monde. Et à l'intérieur de ce pays la sphère mondialiste a pris clairement le contrôle sans que les quelques présidents US qui se sont levés contre aient pu changer la face des choses. Donc le mondialisme est au pouvoir dans nos pays et a des alliés partout dans le monde: Australie, Israël,Japon. Même si c'est parfois contraint et forcé. Le mondialisme est appuyé, outre l'argent, par une puissance militaire démentielle! Plus de 800 bases militaires US contrôlent les points stratégiques du monde. La guerre d'Irak leur aura permis de construire pas moins de 14 bases. Pour le plus grand profit de l'humanité? Pour lutter contre le terrorisme? Allons bons ne soyez pas naïfs. Si l'armée US rentrait chez elle il y aurait sûrement moins de terrorisme.

Face au mondialisme les idéologies politiques ont explosé. Comment faire croire que l'on fera du socialisme si on en n'a pas les moyens financiers? Comment penser et dire que l'on est pour un monde multipolaire alors que nous allons irrémédiablement vers une globalisation du monde? On ne pourra pas. Alors quelle solution? Soit on l'accepte avec les désordres économiques que cela entraîne ( délocalisations arbitraires, baisse des standards sociaux mondiaux, accroissement des inégalités, explosion de la pauvreté, famines mondiales, etc...) soit on se bat contre. Et là il n'y a pas d'idéologie qui soit. C'est tous unis dans un même combat. Tous frères. Ce devrait être en tout cas le mot d'ordre.


Or à quoi assiste-t-on? A une morcellisation de l'opposition au mondialisme. Cette division fait son jeu puique lui est solide sur sa base. A vouloir rechercher le plus petit diviseur commun entre les unes et les autres on affaiblit l'opposition et donc on fait le jeu du mondialisme. Chacun semble chercher le curseur exact pour pouvoir prétendre être le candidat qui sera envoyé à l'abbatoir contre le mondialisme. Il n'y a pourtant qu'une seule solution: Etre radical. Etre sans pité contre le mondialisme. Pour cela il faut le comprendre et le dénoncer. Comment faire lorsqu'on n'a pas d'outils pour faire passer son message? S'unir largement. montrer que ce mouvement contre le mondialisme fait lever des citoyens dans le monde qui demandent à être respecté, à vivre dignement dans un monde juste et fraternel. C'est la seule solution. Un vrai mouvement citoyen mondial.


Il devra s'appuyer sur un projet sociétal radical lui aussi. Fin de la spéculation financière, remise à zéro des dettes mondiales, fin du financement des industries d'armement, nationalisation des entreprises du secteur dit public et collectif assurant le bien-être de base des citoyens du monde. Et bien d'autres encore. Mais la base sera donc de se libérer de cette oligarchie financière qui mène le monde vers la guerre et sa destruction, pour reprendre la main sur le financement politique décidé en collaboration avec les citoyens. Et non sans eux! Voilà la seule politique d'opposition viable et qui pourrait être efficace. Le problème c'est que si une seule personne se lève elle se fera tirer au canon. Il faut une vaste coalition au-delà des idéologies politiques dépassées car il en va de la survie des peuples du monde dont on fait partie nous aussi je vous le rappelle.

Alors exigeons de nos leaders politiques qu'ils s'unissent pour nous défendre plutôt que de les voir diviser. Demandons-leur d'appliquer ce projet sociétal et soutenons-les massivement. Ce sera la seule source du changement. Il n'y en a pas d'autre.

 

Plus de liens dans ce Pearltree:

 Face au mondialisme les idéologies politiques ont explosées

 

Publié dans Désordre mondial

Commenter cet article

Radik 02/05/2010 19:56




Comment obtenir, dans le monde tel qu'il est, plus de justice sociale, de liberté, de sécurité et d'épanouissement pour toute la population ? Parmi les deux moyens suivants, l'irréalisable est-il
bien là où on le croit généralement ?


Le premier moyen : Réduire durablement les garanties – parmi lesquels figurent aussi les paradis fiscaux - que les puissants du moment s'octroient pour conserver, donc accroître sans cesse, leurs
privilèges. Je renvoie à ce qu'enseigne l'Histoire à ce sujet, pour apprécier les perspectives de " l'opposition viable" à laquelle nous invite sympathiquement Asse42.


Le second moyen : Augmenter si massivement la taille actuelle du "gâteau collectif" qu'apparaîtrait un régime "d'abondance" permettant à chacun de se déclarer heureux de sa part ; pas seulement
parmi les masses populaires actuellement privées du nécessaire, mais même et surtout parmi les maîtres actuels du monde, les "riches" qui craignent tellement de perdre des privilèges injustement
et brutalement acquis, donc non pérennes sans intervention constante pour les maintenir.


Si je pose ainsi le problème, c'est parce que j'aimerais qu'on réfléchisse ensemble à la façon d'accroître massivement ce qui rend heureux les humains quelle que soit leur condition (riches ou
pauvres). J'ai en effet de bonnes raisons de croire que le respect de l'environnement et des autres au sens large serait au centre d'un dispositif de production des "richesses" radicalement
nouveau, plutôt que foulé aux pieds comme dans l'actuel système de production contrainte (le travail), méthode obsolète que seul le conditionnement préalable des individus rend possible.


Mais, par expérience, mon désir de réflexion collective dans une telle direction est sans doute ce qui est le plus irréalisable de tout ce que j'ai abordé dans ce commentaire ! Je teste quand
même sur ce site qui me paraît plus ouvert que d'autres ... et renvoie la balle à Asse42 et autres habitués de ce site.


Radik






Asse42 02/05/2010 20:25



@ Radik


Ca me plait. J'ai un autre blog qui s'intitule le souffle divin: http://lesouffledivin.wordpress.com/