En Poitou-charentes, Ségolène Royal construit la santé d'avenir.

Publié le par Asse42

 

14342_1295231903730_1318302468_854324_3257307_n.jpg

 

 

 

La différence entre une politique de droite qui ne juge l'efficacité sociale qu'à la seule aune de la rentabilité financière,  et une politique de gauche qui prend en compte le bien-être humain de sa population, est nette et bien marquée. Lutter contre la désertification médicale dans les territoires ruraux est donc une volonté politique de gauche. De même que la lutte contre la désertification des services publics qui signifient l'abandon envers des populations éloignées et n'ayant donc  plus les moyens matériels d'accéder aux services.

Cette lutte s'est construite sur l'innovation politique qui consiste en la création de maisons de santé regroupant plusieurs disciplines et recoupant la totalité d'un territoire. C'est la garantie d'une santé de proximité pour tous.

 


 

Cette volonté politique a rejoint la volonté des médecins de se regrouper pour partager leurs expériences, leurs compétences et ainsi assurer le meilleur service aux citoyens.

 


 

Cette combinaison originale en 2005 permet en outre de donner l'envie à des étudiants en médecine d'envisager une carrière en milieu rural dans de bonnes conditions, et d'envisager leur métier sous un angle plus confortable concernant leur vie familiale avec, pourquoi pas, la possibilité d'envisager un salariat. Ils gagneraient moins bien financièrement leur vie qu'en cabinet libéral, avec les contraintes qui vont aussi avec, mais gagneraient en qualité de vie familiale. Voilà un concept qui pourrait sauvegarder notre système de santé sur l'ensemble du territoire national. Un concept bien présent dans le pacte présidentiel de 2007 (vous vous rappelez?) qui préconisait l'implantation de dispensaires en milieur rural et aussi dans les quartiers.

 

Pour conclure on pourrait donc dire que la droite c'est la centralisation des moyens de santé quitte à faire des hôpitaux des usines à gaz, la gauche c'est la diffusion au plus près des citoyens. Deux conceptions opposées de la politique de santé et un vrai débat de fond pour notre société non?

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article

Radik 06/10/2010 12:11



 


L'accès "au meilleur de la médecine" souhaité par Ségolène Royal ne serait-il pas d'intégrer, dans les centres médicaux pluri-disciplinaires de proximité, une donnée qui pourrait être
fondamentale pour un socialiste : la liberté, et donc ici la liberté de choix thérapeutique ?


 


Mais une telle liberté pourrait aboutir à réduire significativement les énormes bénéfices obtenus au nom de " l'accès aux soins " par le complexe agro-pharmaco-industriel ...


 


Alors escamotons vite cette question sacrilège. Au nom, bien sûr, de la protection des malades contre les charlatans : vous savez, ces gens qui font un max de fric en soignant des malades
de plus en plus nombreux, en leur dispensant des soins de plus en plus rémunérateurs, bref tout le contraire de la médecine actuelle ...



Elie Arié 06/10/2010 01:01



Asse, je te rappelle que je sais de quoi je parle, car depuis 11 ans j'enseigne l'économie et la gestion des systèmes de santé au CNAM; ton opposition entre médecine de proximité contre
regroupement des gros hôpitaux (que tu appelles "usines à gaz"...) est ridicule: tout le monde est d'accord sur la nécessité des deux...même Royal, c'est dire!.


 


Mais je te connais depuis assez longtemps pour savor que tu te fous complètement de la pertinence de ce que tu écris.



Asse42 06/10/2010 01:28



@ Elie


Un bon chirurgien n'est pas forcément un bon médecin. Excuse-moi donc de m'appuyer ici sur un médecin de campagne, créateur d'un réseau de santé qui remercie Ségolène Royal d'avoir été
visionnaire en voulant des maisons de santé dès 2005. L'état participe maintenant devant la pertinence absolue de cette mise en oeuvre il n'a pu que s'incliner.


Mais je sais élie que tu commentes souvent sans réfléchir c'est ta caractéristique première.



Elie Arié 05/10/2010 23:39



Mais non, voyons. Bachelot tente aussi de mettre en place des cabinets multidiscciplinaires de campagne, et les premières "maisons médicales rurales" remontent à une dizaine
d'années.


Ce qui n'empêche pas la nécessité de poursuivre la concentation d'hôpitaux à plateau technique lourd, il ne s'agit pas des mêmes soins: tu t'imagines qu'on va pratiquer la neurochirurgie
du cerveau ou la réanimation néonatale dans les diispensaires de campagne?


 


Il ne s'agit pas de politiques contradictoires, mais complémentaires, sur lesquelles à peu près  tout le monde est d'accord.


 


Tu devrais supprimer cet article, il est franchement ridicule.



Asse42 06/10/2010 00:53



@ Elie


Comme souvent tu commentes sans savoir et surtout sans réfléchir. Je te conseille de visionner les vidéos c'est très biren expliqué là-dedans.


Quant à la neurochirurgie du cerveau, SR finance la téléchirurgie assitée dans sa région