Valls veut copier Ségolène Royal.

Publié le par Asse42



Manuel Valls, cela n'a échappé à personne, est à l'offensive pour être le candidat de 2012 pour le parti socialiste. Il a choisi de jouer sa carte personnelle et de forcer son destin prenant ainsi exemple sur deux personnalités marquantes qui ont réussi la même chose: Barack Obama et Ségolène Royal. Comme eux il entend percer dans la dernière ligne droite pour s'imposer comme le candidat naturel pour la gauche.

Il a donc lancé hier soir son "courant" Gauche optimiste, parce qu'il veut incarner l'espoir pour la gauche et redonner au peuple de France sa fierté optimiste. Ce en quoi il ne fait que reprendre les discours et la stratégie de Ségolène Royal en 2007 qui pour s'opposer au sarkozysme qui voulait "dresser les français les uns contre les autres", proposait une société " apaisée mettant en valeur tous les talents d'où qu'ils viennent".
En créant sa structure personnelle il souhaite ainsi faire adhérer autour de sa personne des talents divers de la société civile, et du PS, pour devenir incontournable ensuite. C'est la même démarche que pour Désirs d'avenir avec Ségolène Royal.
Mais contrairement à Ségolène Royal il ne cherche pas à attendre son heure, à saisir le bon moment. Il a décidé de bousculer l'appareil, de jouer franc jeu dans une sorte de quitte ou double pour lui. Car il connaît l'échéance électorale à venir, il sait qu'avec les élections régionales ce sera encore Ségolène Royal qui sera sous les feux des projecteurs. Et si elle gagne alors... Il n'a donc pas le temps de tergiverser si il veut être en situation pour 2012. Il joue sa chance à fond et c'est respectable même si les sarkozystes sont plutôt ravis de constater tout ce qui va dans le sens de la division et donc de l'implosion du PS.

Je n'oublie pas que Manuel Valls malgré toutes les bonnes intentions que je puis lui reconnaître est membre du groupe Bilderberg comme tous les puissants de ce monde. Alors quelle gauche entend-il représenter? La gauche libérale DSKiste? Quel jeu joue-t-il réellement au sein du parti socialiste? En tout cas sa stratégie offensive de cet été finira d'être perçue par les uns comme de l'opportunisme  et par les autres par du panache. Ce n'est pas le signe d'un futur rassemblement socialiste autour de lui. Mais on ne sait jamais de quoi demain sera fait et peut-être lui-même ne sait pas sur quel chemin il s'entraîne car, contrairement à Ségolène Royal, il n'y a pas de véritable attente populaire envers sa personne.


Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article

Nom d'un chien 15/07/2009 11:34

Ca fait de la peine de voir le PS: pas de projet, que des disputes internes. Sarko sera réellu, c'est sur.

Pat 30/06/2009 16:53

J'ai quelques doutes sur cette personne qui a pour modèles Sarkozy et Blair.

tna249 29/06/2009 15:48

Manuel Valls appartient à la même mouvance idéologique que Sarkozy dont il se dit très proche, Philippe Val, Askolovitch, Eric Zemmour... c'est un élève de Rocard , un Rocard qui soutient désormais ouvertement Sarkozy.
Les proches de Valls sont tous des anti-Royal. Manuel Valls ne pouvait en rien être un proche de Mme Royal: il voulait juste se servir d'elle et jeter le trouble.
Par ailleurs, Valls ne peut pas prétendre représenter le PS dont il nie désormais l'existence ou la raison d'être; il nie toute valeur à l'appellation "Parti".
Je considère que Manuel Valls ne fait plus partie d'un mouvement dont il nie la raison d'être; il n'est plus socialiste.
Vont le suivre tous ceux qui ne croient plus au socialisme et qui ne croient plus aux valeurs fondamentales de la Gauche.
Valls perdra face à Royal comme son mentor Rocard a perdu face à Mitterrand.
Les méandres du lobby que tu évoques sont multiples en France; les gens influents le savent et n'osent pas simplement les dénoncer parce qu'ils ont peur des représailles ou d'être accusés de tous les maux; mais il ne faut pas être naïf.
Dray y a résisté; et on l'a cloué au poteau. Si Dray avait accepté de quitter Ségolène pour aller rejoindre ses "amis" dans le gouvernement Sarkozy, s'il avait accepté de prendre des armes contre Royal après Reims comme l'ont fait Valls et Peillon, il n'aurait pas été traîné dans la boue par Tracfin. On sent qu'il s'agit dans son cas d'un avertissement ou d'une sanction de type mafieux.

defer 29/06/2009 15:08

laisse valls rever,Royal est dans une course de fond.Elle travaille comme on a pu le constater (universités populaires).Trop de bruits pour rien de la part de valls,il est entain de nous vendre du vent,laissons le courir,il finira par s'essouffler.
Amitiés ségolenistes