Les régionales dans la ligne de mire des rénovateurs socialistes.

Publié le par Asse42



Les élections régionales sont dans la ligne de mire des partis politiques. Les élections européennes ont bouleversé la donne politique et chaque parti, chaque personnalité politique, tente de faire valoir ses compétences, ses solutions pour l'avenir. Mais au-delà des stratégies individuelles des uns et des autres, c'est le positionnement stratégique pour 2012 qui se joue.

Les partis politiques.

Les deux partis politiques se sentant le vent en poupe sont les verts et l'UMP. Le résultat des élections européennes leur permet d'envisager de changer de stratégie et d'être plus offensif dans leurs revendications ou dans leurs expressions. Ainsi l'UMP n'hésite pas à se positionner en veilleur de la refondation de la gauche, donnant son satisfecit ou non.
Les verts quant à eux se sentant fort de leur succès, veulent continuer à incarner la colonne vertébrale de "l'autre gauche". Celle qui regroupe les associations, la société civile dans son ensemble ainsi que les syndicalistes et les militants politiques du premier cercle de la gauche. C'est aussi ce qu'envisage de faire le Front de gauche mais il se trouve qu'il na pas le leadership électoral pour le revendiquer. Quant au NPA il souhaite être visiblement indépendant du parti socialiste et ne participera donc pas à une alliance regroupant le PS. Intéressantes manoeuvres en perspective pour cette gauche pour savoir si elle parviendra à s'unir ou si le combat pour le leadership va conduire à la saborder.
Le Modem et le PS sont les grands perdants. Le Modem parce qu'il est trop dépendant de Bayrou et lorsque celui-ci fait une fausse manoeuvre il se retrouve au tapis. La stratégie individualiste de son patron l'a conduit dans le mur.
Reste enfin le PS, le parti qui est sensé incarner l'opposition gouvernementale à l'UMP sarkozyste. Le PS est mal en point et voit se profiler gros comme une maison les échéances régionales qui devraient être logiquement moins bonnes que celles de 2004. Grande année que 2004 pour les socialistes non? Ce parti malgré toutes ses turpitudes incarne encore l'alternance et ce statut le met au centre de toutes les attentions. Qu'elles soient de gauche comme de droite. Et à l'UMP on verrait d'un bon oeil une nouvelle bataille interne se développer histoire de créer une division qui affaiblirait inéluctablement ce parti et ainsi dégagerait la route pour l'élection de Sarkozy. Il voit donc d'un bon oeil les candidatures se multiplier pour les primaires socialistes.

Les personnalités socialistes.

Les régionales on le sait sont idéalement placées pour Ségolène Royal. Si elle les réussit bien sûr. L'ex-candidate socialiste à la présidentielle est encore considérée comme une personnalité incontournable parmi les leaders socialistes. Et beaucoup de militants espèrent qu'elle se représentera en 2012 dans d'autres conditions.
Évidemment ce n'est pas la volonté de tout le monde et particulièrement celles et ceux qui ont une ambition pour 2012.
Malheureusement pour eux, n'étant pas tête de liste socialiste comme Ségolène Royal ils risquent de se faire passer devant si celle-ci est réélue, l'installant ainsi comme candidate naturelle du parti.
C'est pourquoi on assite à une recrudescence de candidatures socialiste pour les futures primaires, chacun cherchant à se rappeler au bon souvenir des militants. Il en est ainsi de Valls, de Delanoë qui lève le doigt après sa petite réunion avec Jospin, de Lang qui se verrait bien incarner le renouveau, de Moscovici qui veut être le leader de la rénovation, sans compter tous les autres qui attendent leur heure. DSK qui reviendra si les militants socialistes lui demandent à genoux, de Fabius qui tapi dans l'ombre est toujours là, de Martine Aubry qui n'a pas dit son dernier mot bien que nettement fragilisée. Bref cet emballement soudain pour la rénovation socialiste et pour apparaître comme le leader de la rénovation est assez amusant à observer tellement ils disent tous la même chose: il faut ouvrir le parti sur la société, baisser les cotisations, faire des primaires de la gauche, construire un projet de gauche axé sur l'écologie, sur une démocratie irréprochable...Que des idées développées déjà par Ségolène Royal lors de l'élection présidentielle. Alors tout ce petit monde sait que si par malheur, pour eux, elle était réélue triomphalement en Poitou-Charentes, s'en serait fini de leur ambition pour 2012.

Il nous reste maintenant à observer, nous militants socialistes et de gauche, comment ce petit monde va agir pour empêcher la candidature de Ségolène Royal. Ou pas d'ailleurs! Peut-être la compétition sera loyale et démocratique pour pouvoir ensuite se rassembler naturellement derrière le leader désigné. Il n'est pas interdit de rêver, et ce comportement serait le premier de la future rénovation des pratiques internes au PS qui validerait ainsi son leadership pour une société plus démocratique. Il est toujours indispensable de faire la politique par la preuve et c'est la grande leçon à retenir de la défaite des européennes. On ne peut pas motiver les gens si on n'est pas exemplaire soi-même. A bon entendeur.

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article

Valentin louis ROCHE 16/01/2010 02:47


C'est aussi mon cas ! Je suis impatient !


Valentin louis ROCHE 16/01/2010 02:33


Imagine : + de 55 % ET la présidence de l'IS



Asse42 16/01/2010 02:46


C'est clair que je l'ai imaginé Maintenant il ne faut pas s'enflammer et suivre les événements qui vont s'enchainer.
Positivement j'en suis persuadé.


Valentin louis ROCHE 16/01/2010 02:13


Ce serait vers quel mois ?


Asse42 16/01/2010 02:17


Dans la foulée des régionales je pense.


Valentin louis ROCHE 16/01/2010 01:55


Je suis entièrement d'accord avec toi !

Sinon tu parle de présidence de l'I.S. ? ? ? D'où tiens-tu cette info ? ? ? Ce serait génial !


Asse42 16/01/2010 01:59


@ valentin

De l'année dernière au momenbt de son arrivée à l'I.S. Papandreou élu devrait laisser la présidence en 2010. On va voir


asse42 17/06/2009 19:12

Ce n'est pas une loi c'est une conséquence incontournable. Si elle réussit les régionales et si en plus elle prend la tête de l'IS elle sera incontournable.
Je ne vois pas comment ensuite un candidat autre pourrait émerger.