Au PS faut-il une unité de façade ou un leadership clairement assumé?

Publié le par Asse42



Il semble que le parti socialiste soit dans une impasse. Impasse idéologique parce qu'il ne choisit pas clairement une voie claire pour les citoyens: Est-il libéral? Est-il atlantiste? Est-il pour une Europe puissance ou une Europe inféodée aux USA? Impasse démocratique tellement le congrès de Reims fût la caricature de ce qu'on ne devrait pas voir dans un parti qui prétend mettre la démocratie au-dessus de lui.  Impasse citoyenne dans le sens où l'électorat populaire ne nous fait plus confiance et où les associations ne se tournent plus naturellement vers nous pour défendre leurs droits. Impasse républicaine en refusant toute ouverture politique au-delà de la gauche nous nous contenons dans une posture qui n'est pas compatible avec un parti de gouvernement. Nous représentons la gauche de gouvernement? Alors nous devons accepter de rassembler la gauche et ensuite de rassembler vers le centre. Sinon où rassembler? Ce refus du débat a été l'imposture de Reims alors que nos édiles le font naturellement localement.
Pour répondre à toutes ces impasses le parti socialiste doit-il rester uni? Du moins doit-on continuer avec les mêmes pour ne pas casser la belle machine électorale en vue des régionales? Un parti doit-il attendre d'être unanime ou doit-il se rassembler derrière un leadership?

En réfléchissant bien je constate que nous sommes divers au parti socialiste et que nous avons des attentes différentes concernant son avenir. Sur la future rénovation nous sommes nombreux à attendre que le parti s'ouvre enfin aux plus modestes entre nous, nous voulons que les militants soient plus franchement associés aux débats d'orientation futurs. On nous demande de patienter car le parti socialiste uni va travailler au projet. Mais on l'a notre projet non? Les grandes lignes sont claires alors pourquoi faire croire que nous perdons parce que nous n'avons pas d'idées, alors que le véritable problème c'est que nous n'avons pas le leadership espéré.
Cet appel à l'unité des socialistes est surtout pour éviter que se lève le bal des ego, la soif des ambitions. On nous dit surtout ne changeons rien pour ne pas froisser l'un ou l'autre...mais dans quel autre parti démocratique au monde il faut que tout le monde soit d'accord avec le leadership désigné pour avancer? Il y a un vote démocratique et le parti se rassemble derrière. Il n'y a pas d'autre solution. Or là le parti a refusé de se rassembler derrière son leader naturel voulu par les militants. peut-on incarner la démocratie avec cette direction? Non il faut changer en redonnant la parole aux militants socialistes.

On sait qu'aucun leader ne fera l'unanimité au parti socialiste, et qu'un leader est indispensable pour le représenter. Qu'on le veuille ou non un mouvement politique a besoin d'être tirer par un leader qui attire et rend le mouvement attractif. La priorité doit être de mettre à la tête du parti un leader qui attire. Non? Alors on voit qu'on ne peut continuer avec cette direction actuelle, Martine ne peut plus nous représenter car elle est considérée comme illégitime et ensuite elle n'attire pas à elle! Comme Jospin elle fait fuir nos sympathisants. Il est donc temps de refaire appel vite aux militants pour leur demander s'ils veulent changer de leadership ou non. Cela pour légitimiser notre future leader.
J'ai bien conscience que je parle beaucoup de leadership et que cela peut être repoussant pour les tenants d'un parti "collectiviste", notamment lorsqu'ils n'ont pas de leader... c'est le noeud du problème. Tant que le parti socialiste ne se mettra pas en configuration présidentielle il ne pourra être audible dans le pays. C'est clair et net.

La seule solution acceptable et responsable pour sortir de cette crise politique au parti socialiste est de voter démocratiquement ce coup-ci sur le leadership. La rénovation on le sait ne sera pas la même avec un leader ou l'autre. Il faut mettre le parti en configuration présidentielle comme l'avait voulu Ségolène Royal et vincent Peillon. C'était la bonne solution pour rendre le PS enfin audible. Une personnalité présidente du PS et un premier secrétaire chargé de l'organisation interne et d'organiser la riposte au gouvernement. C'est maintenant qu'il nous faut changer et ne plus attendre. La seule solution est donc de redonner la parole aux militants pour qu'ils actent ou non ce changement. Ce n'est plus aux hiérarques du parti de décider pour nous. On nous a déjà volé un vote qui aurait déterminé une autre direction pour le parti. Il faut que l'on sorte des bisbilles destructrices en validant fermement notre leadership. C'est la priorité.


Publié dans parti socialiste

Commenter cet article