Le parti socialiste dans l'impasse.

Publié le par Asse42



Vous constaterez que je me fais un grand plaisir de reprendre le titre des livres publiés par nos éminents camarades suite à l'élection imperdable et pourtant perdue par Ségolène Royal lors de la présidentielle 2007.  Et ce sont les mêmes qui voudraient que surtout rien ne change, qu'on ne sanctionne personne, que tout reste en place et que l'avis des militants?...pfffuit!

La Jospinie encore active autour de martine Aubry est en train d'amener le parti socialiste tout droit dans le mur ou...dans une impasse. Ce n'est pas que les gens sont incompétents mais bizarrement leurs compétences n'accrochent pas, mais alors pas du tout, avec l'électorat populaire. On dirait qu'il y a comme un fossé irrémédiablement creuser entre cette conception élitiste, et arrogante, du parti socialiste. C'est cette attitude qui nous mène à l'échafaud. Car comme tout bon arrogant on est aveugle de soi-même. On ne se remet pas en cause, on évite de se critiquer et surtout rien ne doit changer. L'ordre de Solferino est immuable et les portes sont closes loin des militants socialistes.

Ce qui s'annonce demain au conseil national semble être un enterrement en grande pompe de l'idée socialiste. C'est-à-dire qu'on ne consultera pas les militants pour savoir leurs (re)sentiments sur la séquence politique qui vient de s'achever. La direction socialiste Jospiniste mise en place au congrès de reims avait un seul but: Faire barrage à Ségolène Royal et à sa rénovation. Comment croire, qu'alors que rien n'a été fait depuis 6 mois, que les choses puissent rester encore en l'état et nous faire croire que l'on va enfin porter la rénovation des pratiques?
Je ne voudrais pas être méchant avec Aubry, et je pense qu'elle aurait du faire un ticket avec Royal dès le début. C'est cela qui aurait été novateur. Malheureusement le TSSR l'a emporté pour le plus grand malheur du parti socialiste.
Le plus grand malheur parce qu'il s'est coupé de ses bases populaires, les jeunes, les classes moyennes et même les écolos qui croyaient encore en nous. Et c'est cette direction qui pense que tout va aller mieux plus tard!? Quand? Cette conception Jospiniste du parti socialiste doit prendre fin c'est cela qui nous mine de l'intérieur. On évite les questions qui fâchent pour ne pas prendre le risque de disqualifier un présidentiable en puissance et lorsqu'on prend le risque d'appeler les militants au vote, on triche!  Comment voulez-vous croire à la rénovation?

Il faut donc redonner d'urgence la parole aux militants socialsites par le biais d'un référendum  militants. Nous devons répondre aux questions et y apporter nos réponses. Nous ne sommes pas bons qu'à tracter ou coller. Nous sommes aussi des militants avec une pensée socialiste et nous aimerions l'exprimer. L'exprimer clairement et démocratiquement. C'est la seule façon de résoudre le malaise. Si on laisse traîner cela ira encore pire aux régionales et, surtout, le parti finira de se couper de sa base militante qui n'en peut plus d'avaler des couleuvres. C'est le moment de le faire! Pas dans 6 mois il sera trop tard. Il faut trancher une bonne fois pour toutes le leadership, la conception du parti, son organisation et ses pratiques. Cela dès maintenant!
Ségolène Royal, et son conseil politique est en attente. C'est une bonne chose dans ce genre d'évènement il ne faut jamais se précipiter. Il faut prendre le temps de convaincre pour rassembler largement. Et quand le moment sera venu...Même si je sais bien que l'avantage de garder Martine au poste est de toujours boucher l'horizon à Ségolène. Un jour il faudra que les militants prennent enfin le pouvoir dans le parti! Un homme, une femme , une voix. Non?

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article