C'était une élection imperdable...

Publié le par Asse42



Je ne peux m'empêcher de paraphraser la phrase de cet éminent socialiste qui a mené la campagne des européennes. Cet éminent socialiste qui, avec JC Cambadélis et François Lamy, ont décidé de la tactique, de la stratégie pour faire gagner le parti socialiste. On voit le résultat. Une véritable catastrophe.

Pourtant cette élection était imperdable n'est-ce pas? La crise du capitalisme financier devrait offrir un boulevard au parti socialiste qui devait se positionner comme force d'alternative crédible au sarkozysme. On est loin du compte et on a perdu pour plusieurs raisons:

Le congrès de Reims.

Ce congrès aura marqué un tournant pour nombre de militants socialistes qui n'acceptent plus les magouilles, les votes truqués et le manque de démocratie. On a volé la victoire de Ségolène Royal, on a installé Martine Aubry même contre son gré à la tête du PS et on a finalement gardé les mêmes têtes au sommet. Ce sont toujours les mêmes qui dirigent le parti et toujours dans le mauvais sens. Nous n'avons eu aucune consultation des militants sur l'Europe qui aurait permis de nous mobiliser encore plus. La rénovation tant promise n'est pas venue et celle espérée avec Ségolène Royal a été étouffée dans l'oeuf par l'appareil socialiste.
Ce congrès de Reims aura été un crime contre le parti du XXI ème siècle. En faisant le choix de ne rien changer en attendant 2011 on a tué l'enthousiasme du changement et la ferveur populaire qui va avec. Cela se paye cash avec cette élection qui sanctionne le plus mauvais score du PS aux européennes.

La division Mélenchon.

En se séparant du parti socialiste, Jean-Luc Mélenchon allié au PC auteur d'un score de 6,5% environ, a affaibli le parti socialiste. Sans conteste. Il a attiré à lui ceux qui avaient voté NON au traité. Ce traité de Lisbonne qui est ressenti comme un frein à une Europe de gauche. En faisant habilement campagne pour récupérer le premier cercle de la gauche, "les gauchistes", il a remporté son duel contre le NPA et priver le PS des points lui permettant de retrouver un score normal.

L'abstention.

La plus forte abstention jamais enregistrée pour une élection européenne et partout en Europe. Au moment où le parlement européen va assumer des droits nouveaux, si le traité de Lisbonne rentre en vigueur, le peuple européen s'est détourné massivement de cette élection. Ce paradoxe est inquiétant car, comme le dit Ségolène Royal: " L'Europe sans les peuples se fera contre les peuples".
Encore une fois ce seront les anciens qui se seront massivement déplacés pour voter. Et l'on sait que pour eux, passe avant tout la sécurité. Pour cela c'est la droite qui l'incarne bien que l'insécurité augmente exponentiellement depuis l'arrivée de la droite au pouvoir en 2002. Allez comprendre... Les quartiers populaires, les classes moyennes, les jeunes, bref tous ceux qui sont touchés par la crise ne se sont pas déplacés pour voter, abandonnant l'Europe aux conservateurs libéraux qui vont s'en donner à coeur joie pour la formater selon leur bon vouloir.

L'Europe socialiste?

L'échec du Manifesto est flagrant. Pourtant il était construit à 27 pays et porteur d'un projet socialiste intéressant pour l'Europe. Mais il n'a pas convaincu parce que personne n'y a cru assez. Comment faire croire aux électeurs que les socialistes français défendent les mêmes valeurs que les travaillistes anglais ou les sociaux-démocrates anglo-saxons qui gouvernent avec la droite. Comment faire croire que les socialistes français défendent aussi une Euope atlantiste intégrée aux USA, alors que le modèle américain est porteur d'injustice et est responsable de la crise actuelle? Nous avons une vision floue sur l'Europe, comme sur bien d'autres sujets, parce que nous ne choisissons pas une voie claire.

La stratégie de la direction socialiste.

On peut dire sans se tromper que c'est un échec cinglant pour la direction socialiste. C'est-à-dire Cambadélis, Bartolone, Lamy autour de Martine Aubry. Cette direction socialiste a appliqué finalement ce qu'elle demandait pour Ségolène Royal lors des présidentielles: Attaquer la personne de Sarkozy. Elle se rend compte que la vision est contre n'est pas suffisante pour un parti de gouvernement.
Mais la faute la plus grande est de ne pas avoir fait l'union socialiste avant les élections et même, dès la fin du congrès. Alors qu'elle a été installé pour le moins brutalement par l'appareil, cette direction ne s'est ouverte que tardivement à l'autre moitié des militants socialistes achevant ainsi de les écoeurer du parti socialiste.  Il y aura donc eu un vote sanction pour le parti socialiste. Un vote d'avertissement.
Enfin aucune vision européenne d'avenir et seule Ségolène Royal a repris le flambeau des pères fondateurs mais elle n'a pas été suivie par la direction qui l'a ensuite marginalisée. Comme si un meeting suffisait pour faire croire à l'unité.

Quel avenir?

Bien sûr je ne suis pas dans le secret des Dieux et je ne suis pas habilité à donner mon avis, dommage, mais il faudra que ça change au parti socialiste. Et radicalement. Tout doit changer. La direction, l'implication militante, l'ouverture populaire, la communication,le respect,etc..Il va falloir redonner envie de revenir militer au parti socialiste et cette direction est mal placée pour cela. C'est le moment d'organiser un nouveau vote démocratique, une consultation militante pour savoir ce que devient le parti socialiste. Si on continue comme cela on est mort et Sarkozy va triompher pendant encore 5 ans supplémentaires.
Il faut revoir toute la stratégie d'avenir et, enfin, impliquer plus profondément Ségolène Royal qui porte les valeurs socialistes d'avenir de manière incontournable.

Publié dans parti socialiste

Commenter cet article