Ségolène Royal construit un nouveau monde plus fraternel.

Publié le par Asse42



Dans la continuité de l'UPPC sur la Fraternité, Ségolène Royal poursuit ce qu'elle a commencé pendant la campagne présidentielle. Elle reprend tous ses thèmes pour leur donner un sens politique profond susceptible d'incarner un désir d'avenir. Lors de l'UPPC sur " Quelles relations entre l'Europe et l'Afrique", Ségolène Royal continue de vouloir inscrire notre futur, notre avenir dans le respect du métissage qui caractérise nos sociétés humaines. Alors que la tentation est grande pour les peuples européens de se replier sur leur identité et refuser l'avenir du monde, Ségolène Royal, dans la ligne de la France métissée, poursuit sa construction d'un monde plus fraternel, d'un monde meilleur. Un monde qui n'accepte plus la domination d'une culture, d'une civilisation, d'une religion sur une autre. Un monde qui s'enrichit de la diversité de ses origines.
Ségolène Royal nous fait honneur,nous citoyens qui ne voulons plus la guerre, les tensions, les haines, de tracer le chemin vers la fraternité mondiale avec des mots simples comme Pardon, Merci, S'il vous plaît, en direction du continent oublié, méprisé, lessivé qu'est l'Afrique. Un continent dont le développement sera l'avenir de l'humanité.

Voici la dépêche AFP:

Ségolène Royal à l'Afrique: "pardon, merci, s'il vous plaît"

 

PARIS (AFP) — Ségolène Royal a réitéré lundi ses propos controversés tenus à Dakar (Sénégal) début avril, lançant "pardon, merci, s'il vous plaît" à l'Afrique qui est "notre avenir", tout en refusant la repentance.

"Je ne m'attarderai pas longtemps sur les mots que j'ai prononcés à Dakar", a-t-elle déclaré en ouverture d'une "soirée de réflexion" sur l'"avenir commun pour l'Afrique et l'Europe au XXIe siècle". Parlant de mots "simples", "évidents", elle a lancé : "pardon, merci, s'il vous plaît".

"Pardon pour l'esclavage et la colonisation, merci pour tout ce que l'Afrique a apporté à l'Histoire et pour sa participation à la Libération de la France et s'il vous plaît, construisons ensemble notre avenir commun", a demandé l'ex-candidate à la présidentielle.

"Dans un monde menacé par les conflits et déchiré par la crise, nous savons bien que nous aurons besoin de tous, et notamment de ce continent qui est si proche de nous : l'Afrique", a-t-elle poursuivi.

Selon Mme Royal, "il ne fut pas question de repentance dans ce discours de Dakar car la repentance se replie sur elle-même, la repentance est dépressive". "Il ne fut question que d'une chose : nous ouvrir à nouveau à l'universel" qui "est au coeur de notre identité", a-t-elle encore dit.

"Oui, l'Afrique est notre avenir", a-t-elle lancé.

"Soit l'Europe reste ce qu'elle est, atteinte par une crise de confiance, tentée par le repli sur soi, dépassée par les nations émergentes plus dynamiques, et alors elle se met sur la voie du déclin. Soit l'Europe transforme les ébranlements, les basculements de notre époque pour construire, grâce à un désir d'avenir, une nouvelle harmonie humaine".

Cette nouvelle harmonie, "il nous faut l'imaginer dans un monde dans lequel l'hégémonie occidentale n'est plus". Le partenariat entre l'Europe et l'Afrique constitue un "choix stratégique majeur", pour Mme Royal.

Invité par Mme Royal, José Bové, tête de liste Europe-Ecologie dans le Sud-Ouest pour les européennes du 7 juin, a estimé que "toutes les initiatives qui ont lieu et qui permettent de remettre la relation de l'Europe à l'Afrique au centre et bien montrer qu'il faut sortir de cette ère du néocolonialisme, sont à saluer".

Il faut "être capables d'unir tous les gens qui vont dans ce sens-là". L'Europe doit être "capable de couper les liens avec cette logique coloniale", a lancé l'altermondialiste à des journalistes.

Mme Royal avait déclenché une vive polémique début avril lors d'un voyage à Dakar en demandant "pardon" pour un discours de Nicolas Sarkozy sur l'Afrique prononcé au même endroit en 2007 et très controversé sur le continent.


Alors c'est sûr qu'elle na pas choisie le chemin électoral le plus facile. Dans une Europe où il est de bon ton de dénigrer les immigrés africains, via la directive retour initiée par le PPE et les gouvernements de droite; dans une Europe où un président populiste est capable de dire NON aux négociations à la Turquie par seul soucis électoraliste pour flatter sa frange la plus extrême; dans une Europe où l'islamophobie est hyperprésente; Ségolène Royal s'attaque frontalement à l'identité même de la civilisation humaine. Devons-nous exclure les autres pour vivre heureux? Ou bien devrons-nous faire l'effort de comprendre l'autre pour l'accepter et se donner la chance de l'aimer.
Ségolène Royal frappe toujours sur la porte de prison qui nous enferme sur nous-mêmes. Avec constance et détermination. Elle a tout mon fraternel soutien.

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article