Notre ligne est claire.

Publié le par Asse42



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réunion de travail de la motion E autour de ségolène Royal.

A l'approche du vote des militants socialistes pour désigner leur ligne politique d'avenir, il me semble important de rappeler certaines choses.

La motion E s'appuie sur une ligne politique clairement socialiste progressiste. C'est une motion qui s'appuie sur les avancées du pacte présidentiel enrichie de plusieurs contributions plus spécifiques comme celle de la Ligne claire qui insiste sur la nécessaire décentralisation des décisions et sur l'appui des expériences menées au niveau local, et sur d'autres qui appellent au respect des militants et prônent une nouvelle organisation pour le parti.
La matrice intellectuelle de cette motion est de s'appuyer franchement sur nos valeurs socialistes humanistes pour construire une société plus juste. Cette matrice retourne à la racine du socialisme qui est à l'origine l'idéal républicain. Lorsque l'on parle de Liberté, Égalité, Fraternité, Laïcité c'est en pensant aux individus qui composent une société. Ce n'est pas une vision collectiviste égalitariste mais une reconnaissance de l'individualité pour l'intégrer au mieux ensuite dans une collectivité. Cette vision clairement acceptée remet en cause le socialisme passé qui n'a pas su prendre en considération ce nécessaire combat idéologique. Le Jospinisme s'est construit sur une faillite idéologique qui nous a précipité dans les bras du libéralisme. Car sans combat idéologique on est dominé par la droite libérale qui s'est imposée dans le pays. La gauche n'a donc pu que s'adapter sans combattre. C'est donc à ce socialisme là qu'il faudra mettre un terme. Et lorsque l'on voit dans les motions Jospinistes A et D une certaine sympathie pour la politique sarkozyste, une certaine fascination pour son activisme débridé et finalement un blanc seing de sa volonté de réformes, je me dis que le Jospinisme est dépassé car il est aveugle des conséquences subies par le peuple de France. Oui je suis vent debout contre le sarkozysme et non je ne crois pas à l'union nationale entre une droite atlantiste, religieuse, communautariste, ultralibérale dans le sens, où elle met les moyens de l'état au service d'intérêts privés et qui demandent toujours aux mêmes de faire des sacrifices pendant que ses amis, son clan, s'augmentent et s'enrichissent sans vergogne. Oui je le dis franchement je n'ai aucune complaisance pour le sarkozysme.
Mais nous ne voulons pas non plus n'être que le représentant d'une classe, d'une catégorie sociale contre les autres. Nous entendons incarner l'ensemble de la société contrairement à la motion C qui se revendique fièrement comme représentant des travailleurs. Nous avons une ambition pour le pays pas simplement pour une classe.

Nous combattrons donc sans relâche cette politique sarkozyste inique, injuste et destructrice du pacte républicain. Mais nous ne le ferons pas sans proposer parce que nous avons une haute idée de la politique et de notre pays. Notre objectif n'est pas de fomenter une révolution qui serait catastrophique sûrement pour les plus exposés, pour les plus faibles. Notre objectif est de convaincre le pays qu'il existe une autre politique possible que celle qui nous est proposée et que cette politique est socialiste. Clairement socialiste. Dans le sens où nos valeurs sont confrontées à la réalité et que nos propositions sont issues d'une volonté de recherche de consensus dans l'intérêt général. Il est hors de question pour nous de faire une politique de l'incantation ou de revendiquer des dogmes périmés. Nous avons des valeurs humanistes que nous entendons mettre en avant de toutes décisions prises. Et nous le ferons avec les citoyens. Car c'est le meilleur moyen d'imposer une volonté collective face aux lobbys financiers, médiatiques, militaro-industriels qui pèsent sur les décisions prises dans ce pays. Notre salut c'est le peuple. C'est avec lui que nous construirons une société meilleure, un socialisme d'avenir.

Notre ligne est claire car ce que nous voulons pour notre pays nous le ferons d'abord dans notre parti. Il est temps de refonder l'organisation de ce parti qui ne s'appuie pas sur sa base mais sur ses élus. Il n'est donc pas incohérent que ces élus se regroupent sur les motions sortantes A et D pour conserver leur pouvoir. Mais il existe d'autres élus qui sans se radicaliser, souhaitent une conception plus démocratique du parti. Ils ne veulent plus de luttes de clans qui ont pourri la vie interne de ce parti et l'ont empêché de travailler pour présenter un projet cohérent au pays. Veut-on continuer comme avant? Je ne le crois pas.
Nous respecterons les militants parce que nous en avons fait la preuve pendant la campagne présidentielle. Alors qu'on nous sommait de faire de la politique comme tout le monde, nous nous avions choisi d'anticiper la nécessaire révolution démocratique qu'il nous faudra commencer si on entend réformer profondément notre pays. Est-ce que ceux qui ont dénigré les militants à 20 euros, qui raillent les supporters, qui ne veulent pas d'un parti populaire, qui dénigrent la démocratie participative sont les mieux à même de vous respecter?
Nous construirons un parti socialiste fort sur un socle populaire représentant la diversité de la population française. Il faut nous ouvrir sur la société. Nous chercherons ensuite à définir avec nos partenaires historiques de gauche un projet collectif capable d'être porté ensemble pour le pays. Nous discuterons sans peur ensuite avec notre extrême-gauche pour comprendre ses motivations dans le futur et nous discuterons aussi sans tabous avec notre droite c'est-à-dire le Modem pour comprendre si il est possible de faire ressortir nos valeurs communes. Et nous le disons franchement on ne se cache pas car on sait, on l'a vu pendant la présidentielle, qu'on ne maitrise pas l'avenir. Mais on ne veut pas d'hypocrisie et dire non maintenant tout en disant le contraire auparavant. N'est-ce pas Mr Rocard, Mme Aubry, Mr Destot, Mr Glavany qui a fini par se contraindre à demander une alliance avec le Modem pour tenter de sauver sa mairie. Seulement l'hypocrisie les faux-semblants ne payent plus et il a perdu quand même. Surtout avec le socialisme que nous entendons construire. Nous entendons être meilleur que la société que nous voulons transformer. Pour cela il faudra définir de nouvelles règles, il faudra incarner une éthique politique, un comportement citoyen, un respect démocratique. Et cela nous le construirons ensemble.

Amis et camarades notre ligne est donc claire. Nous n'avons jamais dévié dans le sillage tracé par ségolène Royal de notre ambition pour le parti, pour le socialisme, pour le pays. Nous ne voulons plus des méthodes du passé, nous voulons construire un avenir meilleur pour l'humanité. Un avenir où le respect l'emportera dans toutes les décisions prises car le socialisme c'est la volonté du bien-être pour toutes et tous.

Commenter cet article