Royal / Sarkozy deux conceptions opposées de l'économie.

Publié le par Asse42

En ces temps de crise financière et de crise économique future, il est temps de montrer qu'il existe deux visions opposées de l'économie. Deux visions qui se sont déjà affrontées et dont les fondamentaux perdurent encore aujourd'hui.

On le sait sarkozy c'est un libéral dans le sens le plus néo-con du terme. C'est-à-dire que son idéal aurait été d'endetter au maximum les familles, de faire la retraite par capitalisation, de supprimer les freins au développement que sont les contraintes collectives,... Bref faire ce qu'a fait Bush ou Reagan avant lui: Déréguler au maximum pour permettre aux flux d'argent de circuler librement et ainsi nous faire croire que cela crée de la richesse. Certes mais pour qui?
Ses premières mesures ont été le paquet fiscal. Et bien ce paquet fiscal, qui est reconduit tous les ans, est symptomatique de la vision économique sarkozyste. Dans la loi TEPA il a fait le bouclier fiscal pour les plus riches, il a encore exonérer les transmissions de patrimoine pour les plus riches et, surtout, il a institué le paiement des heures supplémentaires! C'est-à-dire que l'état, la collectivité publique, paye aux entreprises, chaque année, les heures supplémentaires qu'elles auraient fait de toutes façons. Pire! Ces heures supplémentaires sont totalement défiscalisées ce qui fait qu'il n'y a aucun retour dans les caisses sociales de l'état. Et pire encore! (Si c'est possible) les heures sont défiscalisées aussi pour les salariés! C'est-à-dire qu'ils ne cotisent pas pour leur caisse sociales. C'est ce qu'on appelle jeter de l'argent par les fenêtre pour aucun résultat, parce que personne de censé ne pense une minute que cela ait pu contribué à baisser le chômage!

Mais pour achever de comprendre sa logique économique il faut analyser les mesures qu'il vient de prendre. Tout d'abord il nous dit, avec aplomb, que la collectivité va renflouer les banques à hauteur de 10 Milliards d'euros sans aucune contrepartie. Le seul objectif de l'état sera de revendre au bon moment sa participation pour faire un bénéfice. Autrement dit une fois parti, une fois les banques renflouées, tout continuera comme avant. Sauf que les banques, avec l'aide de l'état UMP, vous aura délesté de 10 Milliards d'euros. Et avec le sourire de Mme en plus!
Et sa dernière mesure qui est de proposer un fond souverain pour la pays abondé par l'endettement est une ineptie sans fondement! On sait que nos comptes sont dans le rouge, tous, que la dette explose et il nous annonce qu'il va encore la creuser joyeusement avec là aussi aucune contrepartie en terme de progrès humain puisqu'il s'agira de jouer en bourse pour en retirer le meilleur bénéfice. Imaginons que le kerviel du gouvernement se trompe et qu'il plante le pays de 100 Milliards d'euros, qu'est-ce qu'on fait? On voit bien qu'on est dans une logique purement financière et une vision purement économique de la société où ce qu'il compte est de renflouer les puissants sans aucune contrepartie en terme de progrès social et de respect de l'environnement.

C'est à l'opposé de la vision socialiste de la société qui prend en compte qu'il faille des richesses mais que celles-ci doivent être réparties de telles manières qu'elles amènent un progrès social et humain. Pendant la campagne présidentielle, ségolène Royal avait insisté sur le nécessaire cercle vertueux qu'il nous fallait enclencher entre un dynamique économique, un progrès social et l'excellence environnemental. Et comment on l'enclenche? par le donnant-donnant bien sûr et l'actualité de la crise est le bon moment pour redonner de la force à la puissance collective et pour réorienter les flux financiers vers le progrès humain. Notre objectif serait donc d'investir dans les banques mais aussi d'y rester quitte à diminuer ensuite notre part. De rester pour peser sur un nouveau rapport de force avec elle et les obliger à réorienter leurs aides à l'économie plutôt qu'à la spéculation financière. L'ordre juste économique c'est la finance (le capital) au service de l'économie (le travail) qui doit servir le progrès humain (nous).
Nous avions fortement insisté pendant la campagne présidentielle sur le fait qu'il fallait mettre en place une sorte de New deal avec les entreprises et qu'il fallait arrêter de gaspiller de l'argent public sans aucune contrepartie pour la collectivité. Nous avions insisté sur la nécessaire responsabilité citoyenne à faire émerger. Et cela par le donnant-donnant. Ce serait maintenant le bon moment or on constate que la France est le seul pays qui va fournir des liquidités aux banques et aux entreprises sans aucune contrepartie!

Sarkozy joue avec noter argent sans aucune pudeur. On sait qu'il s'est augmenté considérablement ainsi que ses conseillers, on sait qu'il a augmenté son budget de fonctionnement (nouvel Airbus par exemple), on sait qu'il continue à faire le paquet fiscal chaque année quelle que soit les conditions. On sait que sarkozy ne fera pas une politique pour le pays mais pour son clan. Son projet de fond souverain sera consacré aux entreprises cotées en bourse soit 0,5% d'entre elles! Autrement dit avec notre argent sarkozy va financer les entreprises boursières qui pèsent sur notre modèle social à la baisse et qui veulent nous précariser à outrance.
Non sarkozy n'est pas socialiste c'est une certitude. Et on se souvient de son discours à la convention UMP où il avait ouvertement applaudi cette Europe qui s'était débarrassée des idées socialistes. Ce monsieur change trop souvent d'avis, de réflexions pour être crédible. Par contre il ne change pas de politique même dans la tourmente. Et ce sont ses amis les puissants, son clan qui l'applaudit et qui nous pousse à la glorifier dans tous les médias. Françaises, français soyez bien conscient que son hyperactivité ne vous profitera nullement comme c'est déjà le cas depuis 2002.

Pour conclure, je paraphraserai Coluche: "Peuple de France, jusqu'à quand vous arrêterez-vous?" 


Commenter cet article