Parole d'une militante qui soutient la motion E.

Publié le par Asse42

 

L'espoir à gauche, fier(e)s d'être socialistes

 

« La crise ». On en parle enfin. C'est pourtant un désordre annoncé depuis des années par un groupe de personnes et notamment en France par une responsable politique socialiste. Hélas, son message a été occulté. Anticiper et proposer du réel n'a pas sa place dans les bulles financières, écologiques, médiatiques dans lesquelles nous nous sommes tous enfermés.

Pour preuve, voici quelques citations des discours ou échanges prononcés par Royal ces dernières années à propos de la bulle financière :

Propos recueillis par MF Colombani entre 2005 et 2006 et publiés début 2007 -MAINTENANT- d'après les entretiens aves S Royal (une annonce dans ce livre du pacte présidentiel qui allait naître de la première démarche de démocratie participative.)

« Mais si vous entendez par libéralisme cette conception de l'économie, je dirais même ce dogme ou cette idéologie, qui confie aux marchés, et aux marchés seulement, la régulation des sociétés, alors, oui, je pense que le libéralisme est l'ennemi de la justice social... Les marchés ont leur logique, le profit maximum... Ils sont une « force «qui va », insensible aux conséquences sociales ou environnementales... Jaurés le disait déjà « Le capitalisme, c'est le desordre » Le capitalisme s'est profondement transformé mais le constat vaut toujours car le desordre fait partie, si j'ose dire, de son code génétique... ». Pages 180-181

« La mauvaise mondialisation, c'est la mondialisation subie, mal comprise, mal accompagnée, celle où la puissance publique renonce à exercer ses responsabilités...La bonne mondialisation, c'est celle qu'encadrent des règles du jeu équitables avec, à l'échelle nationale et internationale, des pouvoirs publics capables de les faire respecter dans l'intérêt bien compris de tous.

C'est celle qui introduira dans les règles de l'OMC les respect de normes sociales et environnementales, celle qui reformera le FMI et la Banque mondiale pour en faire des instruments au service du développement humain, celle qui mettra en place une taxe sur les flux financiers...Je ne sais pas à quel rythme nous y parviendrons, je ne sais pas si l'histoire connaïtra une de ses brusques accélérations dont elle a le secret ou si l'humanité, souvent peu capable de reformer à froid, différera longtemps encore les décisions nécessaires. Mais j'ai une certitude...: Il n'est pas d'autre direction à suivre que de peser de toutes nos forces pour l'avènement d'un ordre international juste et des outils qui lui sont nécessaires ». pages 204 à 208.

« Les pays européens sont partagés entre deux positions. Certains pensent que la monnaie est une affaire trop compliquée pour être confiée aux responsables politiques et, à travers eux, aux citoyens. Et d'autres, comme moi, pensent que la politique doit avoir le dernier mot...

Les textes européens donnent au Conseil de ministres de l'economie de l'Union (ECOFIN) la responsabilité de la politique de change. Elle a pourtant été abandonnée à la BCE. Il est temps de s'en ressaisir. J'ai l'intention de plaider vigoureusement auprès de nos amis européens pour que l'on inscrive dans les status de la Banque centrale l'objectif de la croissance et de l'emploi. Et pour que nous nous dotions d'un véritable gouvernement de la zone euro. C'est cela reprendre son destin en main et faire de l'Europe une force protectrice. C'est cela remettre sur le droit chemin le train européen. »pages 29 et 30

Discours à Paris du 6 février 2007 par S ROYAL

«... Je ne parle pas, bien sûr, du salaire, de l'argent du travail, mais du profit facile. Pas l'argent du labeur mais le profit rapace...le profit fainéant. Pas l'argent du risque pris par l'entrepreneur mais celui de la spéculation. Les profits avides de toujours plus: plus de licenciements boursiers, plus de dérèglementation, plus de stock-options, plus de privatisations, plus de marché sans foi ni loi. Ces profits arrogants qui se rêvent sans contraintes, sans contrôle, sans contre-pouvoirs. Ceux qui en possèdent bien plus qu'ils ne pourraient dépenser en plusieurs vies trouvent encore le moyen de le cacher, de le disimuler, préférant l'exil doré à l'impôt citoyen.S'il y a une crise morale en France, c'est d'abord là qu'il faut la chercher, dans cet égarement de ceux qui se veulent au-dessus de toute contrainte collective, de toute responsabilité politique et de toute solidarité nationale... »

Pour ce qui est de la crise écologique qui se prépare, également occultée mais qui ne va tarder à nous exploser à la figure, depuis plus de vingt ans Royal propose et l'anticipe avec d'autres, c'est vrai, mais également dans la plus compléte indifférence ou mépris de ceux qui ne voient que le profit rapace de court terme.

Il faudrait aussi rappeler l'importance dans le pacte présidentiel de la liaison économie-écologie: Des économies grâce à des économies d'énergie, de nouveaux emplois, de nouvelles entreprises, grâce aux nouvelles énergies.

Avec d'autres personnalités, S Royal a signé la motion E, présentée le 23 septembre au conseil national du PS. C'est, d'ailleurs, la seule motion qui prend en compte la « crise » ou plutôt les crises puisqu'il ne faut pas oublier la crise écologique qui est déjà à nos portes pour laquelle le sauvetage à travers de milliards de dollars sera impossible.

Il n'est peut-être pas trop tard, mais il est temps que nous, personnes de gauche, prenions enfin toutes et tous en considération des propositions qui laissent à l'avenir une petite chance humaniste. Une gauche forte et unie, par exemple, pour des Européennes qui pourraient peut-être en juin inverser la tendance à la sinistrose.

En présentant cette motion, Najat Belkacem proclamait :

« Le système financier mondial est en train de s'écraser.Il faut une Révolution démocratique, sociale, écologique, énergétique. Avec un PS radical et exigeant ».

Je crois en cette volonté de Révolution, à son impérieuse nécessité et à sa faisabilité.

Je vais tenter de vous expliquer donc pourquoi je voterai cette motion et pourquoi je fais confiance à cette équipe. Si j'avais pu avoir de doutes, le moment actuel que nous vivons confirme mon intuition et affinités:

Je voterai pour la motion E, donc, parce que cette motion prévoit et intègre la mondialisation, qui est irréversible, mais compte l'affronter sans crainte, luttant contre la spéculation et en allant vers une économie de pointe avec l'innovation des PME, en investissant dans des politiques nouvelles capables de nous différencier par rapport aux payx émergents et en pariant sur la mise en avant de l'enseignement supérieur et de la recherche. Concretement il est proposé, parmi bien d'autres mesures:

La création d'une Banque Publique pour accompagner le développement des PME.Soutenir l'économie sociale et solidaire et favoriser en particulier les reprises d'entreprises en Sociétés coopérative »s de production (SCOP) Instaurer un Small Business Act permettant aux PME d'accéder à la commande publique. Donner une vraie priorité budgétaire à la recherche publique.Intégrer les grandes écoles aux universités.Inciter les jeunes talents à poursuivre leurs études jusqu'au doctoratPousser les institutions communautaires à s'engager pour un renforcement prioritaire des programmes de recherche et développement en liaison avec les pôles de compétitivité.

Je voterai parce que pour reconcilier le dynamisme économique et le progrès social, cette motion souahite un Etat préventif et innovateur, et puisque l'Etat c'est NOUS, c'est de la solidarité bien gèrée et bien comprise qu'il s'agit, en tirant vers le haut l'effort citoyen sans faire du compassionnel et en rendant à la politique, aux citoyens, à l'Etat, donc, la prééminence des choix économiques, financiers et surtout écologiques :

Pour lutter contre la vie chère, pour rééquilibrer le rapport capital/travail, pour une fiscalite juste, pour le maintien et l'amélioration du service publique de l'Education National, pour repenser la Sécurité Sociale et la sauver et pour bâtir un système de retraite universel et personnalisé, voici quelques propositions, parmi beaucoup d'autres, propositions simples et à la portée de tout groupe de vie qui entend marcher les pieds sur terre en dehors de toute bulle fantasque :

  • La réglementation des abus bancaires (ah, les banques, encore les banques...)

  • Création d'une action de groupe à la française.

  • La réforme de l'indice des prix de l'INSEE.

  • Le respect des quotas de construction de logements sociaux.

  • Rétablir la vérité fiscale pour l'ensemble des contribuables

  • Reformer la fiscalité, en commençant par l'impôt direct

  • Donner à cet impôt citoyen une règle d'équité et de transparence (à revenu égal, impôt égal)

  • Calculer l'impôt au niveau de l'individu et non du couple

  • Supprimer l'essentiel des niches fiscales

  • Rééquilibrer les prélevements entre travail et capital.

  • Création d'un capital formation personnel qui accompagne les salariés tout au long de la vie.

  • La reforme en la clarifiant du système de retraite fondéé sur les comptes individuels de cotisations qui favorisera la mobilité et s'adaptera aux trajectoires professionnelles des individus.

  • Définir les objectifs pour la création d'un service de la petite enfance.

  • Rétablir les contrats éducatifs locaux.

  • Définir les normes d'élèves par classe en les limitant à 17 par classe en CP et en CE1 dans les ZEP et fixant la dotation aux établissements par éléve en difficulté à 25% de plus de la dotation ordinaire.

  • Le droit à un capital pour construire son projet de vie à tout jeune atteignant la majorité.

Pour l'urgence de l'excellence environnementale et pour préparer l'après pétrole, cette motion prévoit de calculer autrement la richesse pour mieux évaluer les dommages ou les bénéfices de la production. Aujourd'hui la croissance ne prend pas en compte les dégâts du capitalisme sur l'environnement et sur le patrimoine écologique. Plus nous consommons de l'énergie fossile plus le PIB augmente.

Et puis, je voterai cette motion parce que visceralement socialiste, je retrouve dans ses propositions pour garantir la démocratie, la laïcité, la culture dans toute sa diversité, la lutte contre les discriminations y comprise la discrimination des femmes et les violences qui leurs sont faites, la liberté de la presse et le droit à l'information, la justice et l'ordre social, je retrouve, donc, ce que je souhaite et que veux pour le monde qui m'entoure et pour mes enfants et petits-enfants.

D'autre part, la reconnaissance rationnelle qui est faite dans cette motion de cette France qui est d'ores et déjà métissée et de la richesse culturelle et d'émancipation des individus qu'elle apporte m'est très chère au coeur.

Et puis, et puis... parce que profondement socialiste, sans besoin d'avoir une carte du PS et sans besoin des statuts du parti pour cela, je ne comprends pas que des dirigeants socialistes ayant été élus avec le vote des militants se permettent de faire publiquement état de leur mépris envers 5000 militants , « adhérents à 20 francs », en les appelant secte ou encore mieux « ces-gens-là qui ne seraient pas capables d'écouter un discours politique de 3 heures » - et non, les discours à la « Fidel » comme les francs, sont dépassés. Les gens de la base qui sortaient la tête en compote et les pieds froids de ce type de verbosité (pour ne pas dire logorrhée) ont évolué, chers éléphants -.

Mais encore...étant foncièrement socialiste et ayant ma cart du PS, je comprends encore moins que les status du parti ne soient pas respectés par des dirigeants lorqu'ils se déclarent ne pas avoir voté pour la candidate socialiste lors du premier tour à la présidentielle ou que ces mêmes dirigeants au lieu de s'attaquer aux méfaits de la sarkozie, entament des batailles des chiffonniers entre eux et déttournent et aident de cette manière sa politique de démantèlement de l'Etat.

La motion E prévoit de moderniser les status et de les faire respecter, « la République du respect commence ici, chez nous et maintenant » et souhaite faire du socialisme « Une idée neuve pour le XXI siècle – Etre Socialiste suppose d'abord de penser le monde dans lequel nous vivons pour ne pas être contraints de subir le cours logique du monde tel qu'il va »

Pour ce qui doutent encore, je lvous propose de lire le discours du 2 octobre à Athènes, "La gauche et la mondialisation" : http://www.desirsdavenir.org/segolene-royal/les-actualites/discours-de-segolene-royal-sur-la-mondialisation-a-athenes/11-10-2008

Et de se poser le dilemme :

-Soit nous renflouons les banques coupables d'un aveuglement sans mesure. -Soit nous refusons.

La réponse de cette équipe et de l'une des signataires de la motion E: « Pour dépasser ce dilemme, je propose une condition radicale, immédiate et non négociable : l'intervention publique doit être conditionnée à une révolution en profondeur du système financier international ».

  • Remarque : cette condition radicale est à mettre en parallèle avec ce qui était prévu dans le pacte présidentiel pour lutter contre les délocalisations sauvages d'entreprises.

    Elle cause, oui, elle cause. Et elle cause bien, pour une Femme dont on a médit qu'elle n'avait pas d'idées !

    Et elle agit aussi ! Voir sur DA son billet, rubrique « blog », du 9 octobre « Les Régions tentent de lutter contre la crise ». Et son action en Poitou-Charentes, trois grands axes :

    -Innovation, ç-à-d recherche, créativité, un seul exemple, ces récentes voitures électriques performantes.

    -Aider les entreprises à investir, grâce aux fonds régionaux de garantie.

    -Réconcilier croissance économique avec écologie et social. Prêtsà taux zéro pour les rénovations d'habitation, développement des techniques photovoltaïques,.

    Nous savons que cette crise financière est grave. La crise écologique qui s'annonce le sera bien plus. Un remède est urgent, contre la spirale des faillites, du chômage qui s'emballe et contre la faillite de la planète Terre que l'ultra-libéralisme rapace et sans contrôle est en train d'épuiser de manière irréversible.

     

    NOTRE CHOIX DU 6 NOVEMBRE : PRISE DE CONSCIENCE..CAPITALE!

     

    Merci de votre attention.


Article publié par JNSPQD sur Médiapart:

Commenter cet article

ketty mendez 13/10/2008 08:41

Bonjour Fabrice, superbe ton blog, "il a de la gueule" comme vous dites, les français.
Peux-tu me donner ton adresse mail. Je voudrais te passer un fichier si tu es d'accord.
Pour quelqu'un qui a travaillé durant des années dans l'informatique, je ne suis pas un exemple. Je perds de manière systèmatique mes données sur ordi. La riguueur et la méthode semblent m'avoir abandonnée ou alors c'est la relache.
Sincères amitiés socialistes.