Nous sommes fiers, nous socialistes.

Publié le par Asse42

Un discours de circonstance:

"Camarades! Oui je sais c'est un mot qui peut paraitre galvaudé voire archaïque mais je n'ose pas vous parlez de Fraternité parce que j'ai l'impression que pour certains socialistes ce mot est tabou voire dépassé. Pourtant moi, en tant que socialiste, je revendique la Fraternité. Elle fait partie de mon idéal au même titre que la Liberté et l'Egalité. Mais je comprends que pour certains d'entre vous vous ayez partie cette idéal républicain puisque certains en sont arrivés à siffler la marseillaise et huer le drapeau français.

Alors je ne vous parlerais que de camaraderie. Ca engage moins. Mais pourtant c'est aussi indispensable puisque c'est le premier pas sur le chemin de l'idéal. La camaraderie ça veut dire que quelque soit nos différences de pensée, nos sensibilités sur tel ou tel sujet et bien que nous sommes capable de nous respecter pour débattre sereinement.
La camaraderie c'est aussi comprendre que chaque adhérent au parti socialiste en est un. Qu'il soit élu, puissant, adhérent à 5000 ou à 20 euros. Nous sommes tous des camarades.

Si je soutiens avec autant de force et de détermination la motion E portée par Collomb et ségolène Royal c'est parce qu'elle incarne cette camaraderie. Grâce à la démocratie participative qui en est l'outil. Cette démocratie tant moquée à droite, parfois même à gauche, et qui pourtant représente une vraie révolution dans le sens où elle inclut le citoyen, le simple adhérent, dans le processus de réflexion collective. En faisant participer l'ensemble des adhérents à la construction du projet alors on arrive à dégager une certaine camaraderie car tout le monde se sent respecté.
Si je soutiens aussi cette motion E c'est parce que ségolène Royal en a fait la preuve pendant la campagne présidentielle. Contre vents et marées elle a su aller jusqu'au bout de son idée et de ses valeurs. Elle m'a donc convaincu par la preuve.

Camarades,je revendique pour le futur du parti socialiste l'ouverture aux autres. l'ouverture sur l'ensemble de la société pour que l'on devienne un grand parti de masse, populaire et attractif. Nous mettrons en place des universités socialistes pour que ceux qui nous rejoignent puissent s'imprégner de notre histoire, de nos valeurs et comprendre l'organisation du PS. On ne devient pas socialiste en payant une cotisation mais en s'imprégnant de son histoire.
Je revendique l'ouverture sur les forces mobilisatrices de la société que sont les syndicats, les associations et l'ensemble des mouvements de citoyens qui veulent faire évoluer les choses dans le sens du progrès humain.
C'est pourquoi je revendique enfin pour mon parti, l'ouverture à toutes les forces de progrès politique d'où qu'elles viennent sans exclusive. Sans sectarisme et sans tabous. Je ne voudrais pas voir mon parti affirmer un dogme aujourd'hui et le renier ensuite demain. Je demande donc la sincérité. Ce sera notre seule manière d'être crédible dans le futur.

Camarades, je suis fier d'être des vôtres, je partage avec vous les mêmes valeurs fondamentales humanistes et républicaines. Je n'en renie aucune d'entre elles. Il est temps maintenant de rentrer dans le XXI ème siècle en retrouvant nos valeurs historiques du XIXème. C'est en assumant son passé que l'on trouve de la force pour rentrer dans le futur.
Et cette force n'est valable que si je peux la partager avec vous.

Amitié et fraternité."

Commenter cet article