Une chance historique.

Publié le par Asse42


Super c'est la crise!... Oui je sais que cela peut paraitre bête de ma part voire déconnecté des malheurs de ce monde qui s'écroule. C'est vrai quoi. Le malheur semble s'abattre sur les banques et les institutions financières qui vont entrainer dans leur chute des empires industriels et, évidemment, mettre des millions d'humains dans la précarité voire la misère. Et j'en serais heureux bêtement?

Et bien oui. Je serais même pour l'écroulement le plus radical possible, le plus brutal. Tellement même qu'on ne pourrait y faire face même en injectant des billions de dollars ou d'euros. Un effondrement tel que le monde serait démuni. Et après? Et bien il comprendrait qu'il est temps de passer à une autre étape du développement humain et que ce n'est pas en essayant de sauver ce pitoyable système de profits financiers pour quelques-uns que nous répondrons aux défis du futur. Ce monde financier s'écroule? Tant mieux.

Il est important maintenant d'apporter une vision différente du développement humain. L'idéal serait la disparition de l'argent dans les échanges de services entre nous. On travaillerait donc seulement par plaisir et en exploitant au maximum ses compétences. On irait se former comme on veut, on irait écouter les autres, on échangerait sans arrières-pensées... bref on commencerait à construire une société humaine basée sur la seule valeur qui vaille: Nous. Bien sûr je ne suis qu'un idéaliste utopique et ce que je pense est indigne de la situation présente et je suis inconscient etc... OK.

Parlons donc de la situation présente et essayons de voir comment on pourrait changer de système et mettre l'humain au cœur du développement tout en gardant l'argent comme vecteur d'échanges. Actuellement ce qui s'écroule c'est la bulle spéculative financière qui pèse 10 fois la valeur réelle de l'économie. Cette bulle spéculative est financée par du crédit lui-même soutenue par la création de monnaie virtuelle. Du vent quoi! Et bien cette bulle explose. La solution que nous propose ce monde actuel est de sauvegarder ce système en le finançant par de l'argent public. C'est-à-dire le nôtre! Nous qui avons été soumis à leur pouvoir dominant pendant des années, on nous demande maintenant de venir en aide à ceux qui nous ont précarisés, asservis, humiliés avec détermination, arrogance et mèpris. Et pour enfoncer le clou on nous dit qu'une fois que nous aurons sauvé ces financiers on s'en ira comme si de rien n'était et tout continuera comme avant! Comme dans les années 80-90 où l'état français après avoir remis sur pied des fleurons industriels à coups d'argent publics (Pechiney, Chantiers de l'atlantique, St gobain, etc...) les a revendu sans vergogne à des investisseurs privés qui se sont empressés de les délocaliser hors de France! On nous prend pour des cons non?

Alors quand je vois Aubry, DSK ou Delanoë, soi-disants socialistes, approuver ce plan de redressement je me dis qu'enfin les masques tombent et qu'il est temps de faire du socialisme avec des socialistes. Car nous devons proposer autre chose. Nous devons imposer au capitalisme financier des règles de développement autres en instituant à grande échelle le donnant-donnant. Il est temps d'exiger que l'argent public soit un outil d'échanges et donc doit générer une contrepartie. Donc en échange de ces monstrueuses masses d'argent public qui vont financer les financiers, on est en droit d'exiger un nouveau contrat de confiance et la constitution d'une nouvelle charte de développement pour le progrès humain. Il est temps que le capital financier soit au service du développement économique et que celui-ci soit au service du développement humain. Cela s'appelle l'ordre juste en économie.

Mais la priorité devrait être plutôt d'ouvrir de nouvelles fenêtre de développement et d'investir massivement dans l'humain et son environnement. C'est dans l'innovation, la recherche que l'on peut trouver des nouvelles formes industrielles de développement en adéquation avec le développement harmonieux. Les pistes d'avenir sont claires. Il s'agit juste d'une volonté politique et cela demande du courage car il nous faudra lutter contre les lobbys qui brandissent l'étendard du malheur mondial. Le malheur il est pour eux. Leur monde s'écroule. Il est temps que celui de l'humanité commence.

Commenter cet article

Aube 10/10/2008 16:19

Delanoë et Aubry sont dans un consensus mou avec Sarkozy. On les sent à la merci des financiers de Sarkozy qui tiennent les médias.